L’Union africaine souhaite que le Café africain devienne une marque internationale

  • Exposition du café angolais à Cuanza Sul
Luanda – La création d’une image de marque du café africain et plaidoyer pour cette reconnaissance sur le marché international font partie des enjeux de l'Union Africaine (UA), à court terme, afin de mettre la production continentale sous les projecteurs et parmi les préférences des consommateurs.

Cette information est fournie mercredi à l’Angop, par l'Angolaise Josefa Sacko, qui trouve nécessaire de mobiliser les investissements du secteur privé pour soutenir la durabilité des marques et / ou des origines du café africain.

 

Selon la commissaire de l’Union africaine à l’agriculture et au développement rural, à l’économie bleue et à l’environnement durable, il est impérieux de mettre en place, une chaîne régionale d’approvisionnement du café durable.

 

S’exprimant à propos de la Journée internationale du Café (célébrée mercredi 14 mars), la responsable a dit que ces intentions s'inscrivaient dans le cadre de la transformation éventuelle de l’OIAC dans une organisation spécialisée de l’UA, en vue de renforcer ces objectifs continentaux.

 

"Créer la demande, en mettant un accent particulier sur les liens avec le marché et l'investissement, mais aussi le réinvestissement du secteur privé par les producteurs, promouvoir le climat et les pratiques respectueuses de l'environnement, sont d'autres défis auxquels va faire face cette Organisation dans ce domaine", a-t-il poursuivi.

 

Gérer les connaissances accumulées, diffuser les informations pertinentes et les leçons apprises, afin de construire des partenariats inclusifs et équitables, est selon Josefa Sacko, le principal objectif qui oblige chaque pays membre à intensifier ses efforts.

Dans ce cas particulier, l’ancienne secrétaire générale de l’Organisation internationale du Café (OIAC) a encouragé la promotion de la production durable et de l’approvisionnement en café des origines spécifiques.

 

Influencer la politique d’appui aux systèmes de production du café résistant au climat, et réorienter les statistiques pour démontrer la viabilité économique de la production de café par les petits producteurs au niveau des petits exploitants sont également incluses dans les stratégies.

 

La Journée mondiale du café est célébrée chaque année le 14 avril. La date rend hommage à l'une des boissons les plus appréciées au monde, avec une production accentuée en Angola. Ainsi, dans la période pré-indépendance, la province d'Uíge était en tête, avec une récolte d’environ 18.000 tonnes /an.

 

Cette information est fournie mercredi à l’Angop, par l'Angolaise Josefa Sacko, qui trouve nécessaire de mobiliser les investissements du secteur privé pour soutenir la durabilité des marques et / ou des origines du café africain.

 

Selon la commissaire de l’Union africaine à l’agriculture et au développement rural, à l’économie bleue et à l’environnement durable, il est impérieux de mettre en place, une chaîne régionale d’approvisionnement du café durable.

 

S’exprimant à propos de la Journée internationale du Café (célébrée mercredi 14 mars), la responsable a dit que ces intentions s'inscrivaient dans le cadre de la transformation éventuelle de l’OIAC dans une organisation spécialisée de l’UA, en vue de renforcer ces objectifs continentaux.

 

"Créer la demande, en mettant un accent particulier sur les liens avec le marché et l'investissement, mais aussi le réinvestissement du secteur privé par les producteurs, promouvoir le climat et les pratiques respectueuses de l'environnement, sont d'autres défis auxquels va faire face cette Organisation dans ce domaine", a-t-il poursuivi.

 

Gérer les connaissances accumulées, diffuser les informations pertinentes et les leçons apprises, afin de construire des partenariats inclusifs et équitables, est selon Josefa Sacko, le principal objectif qui oblige chaque pays membre à intensifier ses efforts.

Dans ce cas particulier, l’ancienne secrétaire générale de l’Organisation internationale du Café (OIAC) a encouragé la promotion de la production durable et de l’approvisionnement en café des origines spécifiques.

 

Influencer la politique d’appui aux systèmes de production du café résistant au climat, et réorienter les statistiques pour démontrer la viabilité économique de la production de café par les petits producteurs au niveau des petits exploitants sont également incluses dans les stratégies.

 

La Journée mondiale du café est célébrée chaque année le 14 avril. La date rend hommage à l'une des boissons les plus appréciées au monde, avec une production accentuée en Angola. Ainsi, dans la période pré-indépendance, la province d'Uíge était en tête, avec une récolte d’environ 18.000 tonnes /an.