L'exécutif veut formaliser le commerce transfrontalier à Luvo

  • Zaire: Vue partielle du le fleuve Zaire
Mbanza Kongo - La formalisation du commerce transfrontalier réalisé à Luvo, province de Zaïre, afin d'augmenter le volume des recettes fiscales collectées à ce poste frontière avec la République Démocratique du Congo (RDC) fait partie des priorités de l'Exécutif.

Cette déclaration a été faite par le secrétaire d’État au Commerce, Amadeu Leitão Nunes, qui s’est entretenu avec Angop mardi, à Mbanza Kongo, dans le cadre de sa visite de travail de 48 heures à Zaïre.

Il a expliqué que cette formalisation impliquerait la construction d'un entrepôt douanier et d'une plateforme logistique, visant à améliorer le niveau d'organisation, les conditions de commodité et d'hygiène dans les échanges avec le pays voisin (RDC).

Amadeu Nunes a indiqué que l'entrepôt douanier occuperait une superficie de 17 hectares, tandis que l'entrepôt logistique s'étendrait sur un espace de 92 hectares.

Le secrétaire d'Etat au Commerce a déclaré qu'il avait déjà constaté, à Luvo, la circulation désorganisée et incontrôlée des camions qui exportent diverses marchandises vers la RDC. Selon Amadeu Nunes, cette situation encourage  l'évasion fiscale.

Un plus grand contrôle sur l'entrée et la sortie des marchandises, la perception des recettes fiscales, ainsi que la création d'emplois pour les habitants de la région font partie des avantages soulignés par Amadeu Nunes.

Il a assuré que le projet sera mis en œuvre sous la forme d'un partenariat public-privé, respectant les règles des marchés publics.

L'exécutif attend des informations techniques pour le lancement de l'appel d'offres public.

Actuellement, en raison des mesures contenues dans le décret présidentiel sur la situation de catastrophe publique pour stopper la propagation de la pandémie de Covid-19, les activités commerciales ne sont menées que du côté de la RDC.

L'immense marché de Luvo, qui fonctionne depuis les années 1980, est devenu largement connu depuis l'instauration de la paix en avril 2002 en Angola.

Cette déclaration a été faite par le secrétaire d’État au Commerce, Amadeu Leitão Nunes, qui s’est entretenu avec Angop mardi, à Mbanza Kongo, dans le cadre de sa visite de travail de 48 heures à Zaïre.

Il a expliqué que cette formalisation impliquerait la construction d'un entrepôt douanier et d'une plateforme logistique, visant à améliorer le niveau d'organisation, les conditions de commodité et d'hygiène dans les échanges avec le pays voisin (RDC).

Amadeu Nunes a indiqué que l'entrepôt douanier occuperait une superficie de 17 hectares, tandis que l'entrepôt logistique s'étendrait sur un espace de 92 hectares.

Le secrétaire d'Etat au Commerce a déclaré qu'il avait déjà constaté, à Luvo, la circulation désorganisée et incontrôlée des camions qui exportent diverses marchandises vers la RDC. Selon Amadeu Nunes, cette situation encourage  l'évasion fiscale.

Un plus grand contrôle sur l'entrée et la sortie des marchandises, la perception des recettes fiscales, ainsi que la création d'emplois pour les habitants de la région font partie des avantages soulignés par Amadeu Nunes.

Il a assuré que le projet sera mis en œuvre sous la forme d'un partenariat public-privé, respectant les règles des marchés publics.

L'exécutif attend des informations techniques pour le lancement de l'appel d'offres public.

Actuellement, en raison des mesures contenues dans le décret présidentiel sur la situation de catastrophe publique pour stopper la propagation de la pandémie de Covid-19, les activités commerciales ne sont menées que du côté de la RDC.

L'immense marché de Luvo, qui fonctionne depuis les années 1980, est devenu largement connu depuis l'instauration de la paix en avril 2002 en Angola.