L'éducation à Luanda annule les examens pour fraude présumée

  • Complexo escolar (Arquivo)
Luanda – Le Bureau provincial de l'éducation de Luanda a suspendu les examens de neuvième année pour l'année scolaire en cours, pour suspicion de fraude dans le transit des questionnaires.

S'adressant à l'ANGOP, jeudi, le directeur provincial de l'Éducation, Narciso Benedito, a déclaré qu'il existe des "preuves" de la distribution des questionnaires et du corrigé des tests aux étudiants, avant de passer les examens.

Selon le responsable, l'institution en a pris connaissance par le biais de plaintes, et a décidé d'annuler les tests, y compris ceux déjà effectués depuis le 7 juin.

Il a précisé que pour avoir accès au test élaboré et étendre à d'autres écoles, certains étudiants ont créé un groupe WhatsApp.

Narciso Benedito a indiqué que de nouveaux tests sont en cours de préparation pour tous les cours, dont les examens auront lieu dans les prochains jours.

Le Bureau provincial de l'éducation a déjà déposé une plainte pénale dans un commissariat de la police nationale, dans le district de Maianga, municipalité de Luanda, afin de demander des comptes aux personnes impliquées dans la distribution illégale des questionnaires.

L'ANGOP a appris d'une source du Service des enquêtes criminelles (SIC), que, dans une première phase, tous les techniciens impliqués dans le processus de production des examens sont suspectés.

À Luanda, plus de 140 000 élèves des écoles publiques et privées font ces examens.

S'adressant à l'ANGOP, jeudi, le directeur provincial de l'Éducation, Narciso Benedito, a déclaré qu'il existe des "preuves" de la distribution des questionnaires et du corrigé des tests aux étudiants, avant de passer les examens.

Selon le responsable, l'institution en a pris connaissance par le biais de plaintes, et a décidé d'annuler les tests, y compris ceux déjà effectués depuis le 7 juin.

Il a précisé que pour avoir accès au test élaboré et étendre à d'autres écoles, certains étudiants ont créé un groupe WhatsApp.

Narciso Benedito a indiqué que de nouveaux tests sont en cours de préparation pour tous les cours, dont les examens auront lieu dans les prochains jours.

Le Bureau provincial de l'éducation a déjà déposé une plainte pénale dans un commissariat de la police nationale, dans le district de Maianga, municipalité de Luanda, afin de demander des comptes aux personnes impliquées dans la distribution illégale des questionnaires.

L'ANGOP a appris d'une source du Service des enquêtes criminelles (SIC), que, dans une première phase, tous les techniciens impliqués dans le processus de production des examens sont suspectés.

À Luanda, plus de 140 000 élèves des écoles publiques et privées font ces examens.