Les experts défendent le réajustement des programmes de mathématiques

  • Élèves en classe
Malanje (Angola) - Les experts en mathématiques défendent la nécessité de réajuster le cursus de ce cours, dans l'enseignement général, en réduisant la charge de travail pour améliorer le processus d'enseignement et d'apprentissage.

Cette vision a été défendue vendredi, lors d'une table ronde sur l'état actuel de l'enseignement des mathématiques, au cours de laquelle ils considèrent tout aussi importante la formation continue des enseignants dans cette matière, afin d'éviter les situations dans lesquelles l'enseignant enseigne les mathématiques pendant plus de 5 ans, par exemple, sans mettre à jour le contenu.

Pour le master en mathématiques et applications, Manuel Tomás Gomes, le plan curriculaire de cette matière dans le pays est en décalage avec le contexte actuel, nous devons donc travailler sur sa reformulation, afin de simplifier le contenu et de le rendre plus attractif pour étudiants.

Surtout, il a souligné le programme des Lycées comme un exemple de surcharge de travail pour une année scolaire, ce qui signifie que les matières d'une certaine période du programme sont reportées aux années suivantes, comme c'est le cas avec le contenu des statistiques, proportions et analyses combinatoires et dérivés.

L'idée est partagée par la maître en mathématiques pour enseignants, Rabilde Zage, qui souligne la nécessité pour les enseignants de «déconstruire» les préjugés des élèves sur la discipline, afin qu'ils prennent goût aux contenus.

D'autre part, il a indiquéque le mono-enseignement vient, en partie, aggraver les difficultés dans le processus d'enseignement et d'apprentissage des mathématiques, compte tenu du fait que de nombreux enseignants des classes mono-enseignement ne sont pas formés dans le domaine, c'est pourquoi il est impératif de continuer leur formation pour augmenter leurs performances.

A l’occasion, le directeur du Bureau provincial de l'éducation, Manuel Osório, a rappelé que les mathématiques sont l'une des unités curriculaires les plus «détestées» à tous les niveaux de l'enseignement, ce qui oblige les enseignants à être plus proactifs et à se perfectionner, afin de convaincre les étudiants d'apprendre par goût et non par obligation.

La table ronde sur l'état actuel de l'enseignement des mathématiques a réuni des enseignants, des coordinateurs de matières et des directeurs d'école.

Des sujets tels que le concept des mathématiques dans le domaine épistémologique, la nature des connaissances mathématiques par rapport aux stratégies d'enseignement, les composantes de l'enseignement des mathématiques, l'organisation du programme de mathématiques dans l'enseignement non universitaire, entre autres, ont été abordés lors de la rencontre.

Cette vision a été défendue vendredi, lors d'une table ronde sur l'état actuel de l'enseignement des mathématiques, au cours de laquelle ils considèrent tout aussi importante la formation continue des enseignants dans cette matière, afin d'éviter les situations dans lesquelles l'enseignant enseigne les mathématiques pendant plus de 5 ans, par exemple, sans mettre à jour le contenu.

Pour le master en mathématiques et applications, Manuel Tomás Gomes, le plan curriculaire de cette matière dans le pays est en décalage avec le contexte actuel, nous devons donc travailler sur sa reformulation, afin de simplifier le contenu et de le rendre plus attractif pour étudiants.

Surtout, il a souligné le programme des Lycées comme un exemple de surcharge de travail pour une année scolaire, ce qui signifie que les matières d'une certaine période du programme sont reportées aux années suivantes, comme c'est le cas avec le contenu des statistiques, proportions et analyses combinatoires et dérivés.

L'idée est partagée par la maître en mathématiques pour enseignants, Rabilde Zage, qui souligne la nécessité pour les enseignants de «déconstruire» les préjugés des élèves sur la discipline, afin qu'ils prennent goût aux contenus.

D'autre part, il a indiquéque le mono-enseignement vient, en partie, aggraver les difficultés dans le processus d'enseignement et d'apprentissage des mathématiques, compte tenu du fait que de nombreux enseignants des classes mono-enseignement ne sont pas formés dans le domaine, c'est pourquoi il est impératif de continuer leur formation pour augmenter leurs performances.

A l’occasion, le directeur du Bureau provincial de l'éducation, Manuel Osório, a rappelé que les mathématiques sont l'une des unités curriculaires les plus «détestées» à tous les niveaux de l'enseignement, ce qui oblige les enseignants à être plus proactifs et à se perfectionner, afin de convaincre les étudiants d'apprendre par goût et non par obligation.

La table ronde sur l'état actuel de l'enseignement des mathématiques a réuni des enseignants, des coordinateurs de matières et des directeurs d'école.

Des sujets tels que le concept des mathématiques dans le domaine épistémologique, la nature des connaissances mathématiques par rapport aux stratégies d'enseignement, les composantes de l'enseignement des mathématiques, l'organisation du programme de mathématiques dans l'enseignement non universitaire, entre autres, ont été abordés lors de la rencontre.