Le MED lance le 2e volume du dictionnaire de la langue des signes angolaise

  • Le ministère de l'Éducation organise une table ronde
Luanda - Le ministère de l'Éducation (MED) prépare le deuxième volume du dictionnaire de la langue des signes angolaise pour l'enseignement et l'apprentissage des personnes malentendantes, a informé jeudi le directeur général de l'Institut d'éducation spéciale, Laureano Sobrinho.

Le MED a commencé des études de recherche pour la standardisation de la langue des signes angolaise en 2004, qui a donné lieu à l'édition du premier volume du dictionnaire de la langue des signes angolaise, un instrument qui permet aux enfants malentendants de communiquer dans leur langue maternelle.

S'exprimant lors de la table ronde sur « l'importance de la langue des signes angolaise », il a expliqué que le processus se déroulera en trois phases, dont la première correspond à la collecte, qui se termine en novembre.

Le directeur a déploré le manque d'enseignants interprètes dans les écoles, bien que certains soient déjà formés au niveau national, ainsi que le fait que la profession d'interprète en langue des signes angolaise n'est pas formalisée.

Selon la source, le nombre de professeurs d'interprétation représente une échelle de 4 %.

Le secrétaire d'État à l'Éducation préscolaire, Pacheco Francisco, a réitéré que le MED a mené des actions en vue d'introduire la langue des signes angolaise dans le système d'éducation et d'enseignement des élèves malentendants.

Pacheco Francisco a dit qu'ils sont conscients de la nécessité d'éliminer les barrières de communication qui provoquent l'isolement des personnes sourdes et de la responsabilité de construire une société inclusive, dont les fondements se trouvent dans l'inclusion scolaire.

Cet événement est une bonne représentation de l'engagement du gouvernement, dans le but de contribuer à l'élargissement des connaissances que la société a sur les personnes sourdes, au renforcement des bases, dans le but de construire une communauté inclusive et par conséquent développée.

La table ronde a réuni des spécialistes, des techniciens, des enseignants et des personnes malentendantes pour analyser conjointement des thèmes tels que « L'importance dans le contexte de l'éducation inclusive pour les enfants et les élèves malentendants », « La cécité sourde, un défi en Angola », « La déficience auditive en Angola : Causes ».

Le MED a commencé des études de recherche pour la standardisation de la langue des signes angolaise en 2004, qui a donné lieu à l'édition du premier volume du dictionnaire de la langue des signes angolaise, un instrument qui permet aux enfants malentendants de communiquer dans leur langue maternelle.

S'exprimant lors de la table ronde sur « l'importance de la langue des signes angolaise », il a expliqué que le processus se déroulera en trois phases, dont la première correspond à la collecte, qui se termine en novembre.

Le directeur a déploré le manque d'enseignants interprètes dans les écoles, bien que certains soient déjà formés au niveau national, ainsi que le fait que la profession d'interprète en langue des signes angolaise n'est pas formalisée.

Selon la source, le nombre de professeurs d'interprétation représente une échelle de 4 %.

Le secrétaire d'État à l'Éducation préscolaire, Pacheco Francisco, a réitéré que le MED a mené des actions en vue d'introduire la langue des signes angolaise dans le système d'éducation et d'enseignement des élèves malentendants.

Pacheco Francisco a dit qu'ils sont conscients de la nécessité d'éliminer les barrières de communication qui provoquent l'isolement des personnes sourdes et de la responsabilité de construire une société inclusive, dont les fondements se trouvent dans l'inclusion scolaire.

Cet événement est une bonne représentation de l'engagement du gouvernement, dans le but de contribuer à l'élargissement des connaissances que la société a sur les personnes sourdes, au renforcement des bases, dans le but de construire une communauté inclusive et par conséquent développée.

La table ronde a réuni des spécialistes, des techniciens, des enseignants et des personnes malentendantes pour analyser conjointement des thèmes tels que « L'importance dans le contexte de l'éducation inclusive pour les enfants et les élèves malentendants », « La cécité sourde, un défi en Angola », « La déficience auditive en Angola : Causes ».