La ministre en faveur de la transformation numérique des établissements d'enseignement supérieur

  • La ministre de l'Enseignement supérieur, Technologie et Innovation, Maria do Rosário Sambo
Lubango - La transformation numérique doit être une priorité pour les établissements d'enseignement supérieur du pays, notamment dans cette phase de la pandémie Covid-19, afin qu'ils ne soient pas en marge des défis de la science et de la technologie, a défendu la ministre de l'Enseignement supérieur, Technologie et Innovation, Maria do Rosário Sambo.

Le défi a été lancé lors d'une conférence tenue à Lubango, dans laquelle elle a été conférencière par visioconférence, sur la «Transformation numérique et l’enseignement supérieur dans le contexte de Covid-19, défis et opportunités», dans le cadre de la semaine de la femme sur la science et technologie, organisé par l'Institut Supérieur Polytechnique de Huíla.

Pour la gouvernante, le pari sur la numérisation et la technologie doit être un besoin constant, dans une optique de mise à jour pour obtenir des solutions innovantes.

 Pour elle, le besoin n'est pas pour la direction, mais pour les étudiants et les enseignants, qui dans l'utilisation de ces outils trouvent des occasions de faire un travail de recherche approfondi et d'améliorer la gamme des connaissances à tous les niveaux.

Maria Sambo a déclaré que la transformation numérique peut être une option pour rendre les institutions plus résilientes et plus flexibles, car elles sont confrontées à une série de défis, dont certains difficiles.

 Il a déclaré qu'avec la propagation de la pandémie, le réseau d'enseignement supérieur public et privé de tout le monde a été touché et que l'Angola ne fait pas exception, il a donc dû adapter son fonctionnement, sans l'un des éléments les plus fondamentaux du processus d'enseignement et d'apprentissage, l’espace universitaire.

Selon la ministre, ce processus de numérisation passe également par la socialisation des enseignants et l'utilisation d'outils technologiques et de plateformes numériques pour assurer la continuité de l'action éducative dans de nombreuses réalités géographiques.

L'événement a également été marqué par une exposition photographique de la plasticienne Diva Almeida, avec des images représentant des femmes et les défis de la pandémie Covid-19.

 

 

 

 

 

Le défi a été lancé lors d'une conférence tenue à Lubango, dans laquelle elle a été conférencière par visioconférence, sur la «Transformation numérique et l’enseignement supérieur dans le contexte de Covid-19, défis et opportunités», dans le cadre de la semaine de la femme sur la science et technologie, organisé par l'Institut Supérieur Polytechnique de Huíla.

Pour la gouvernante, le pari sur la numérisation et la technologie doit être un besoin constant, dans une optique de mise à jour pour obtenir des solutions innovantes.

 Pour elle, le besoin n'est pas pour la direction, mais pour les étudiants et les enseignants, qui dans l'utilisation de ces outils trouvent des occasions de faire un travail de recherche approfondi et d'améliorer la gamme des connaissances à tous les niveaux.

Maria Sambo a déclaré que la transformation numérique peut être une option pour rendre les institutions plus résilientes et plus flexibles, car elles sont confrontées à une série de défis, dont certains difficiles.

 Il a déclaré qu'avec la propagation de la pandémie, le réseau d'enseignement supérieur public et privé de tout le monde a été touché et que l'Angola ne fait pas exception, il a donc dû adapter son fonctionnement, sans l'un des éléments les plus fondamentaux du processus d'enseignement et d'apprentissage, l’espace universitaire.

Selon la ministre, ce processus de numérisation passe également par la socialisation des enseignants et l'utilisation d'outils technologiques et de plateformes numériques pour assurer la continuité de l'action éducative dans de nombreuses réalités géographiques.

L'événement a également été marqué par une exposition photographique de la plasticienne Diva Almeida, avec des images représentant des femmes et les défis de la pandémie Covid-19.