Zaire : Le SINPROF mécontent de l'inclusion de nouveaux acteurs dans l'accord avec le  MED

  • Une salle de classe
Mbanza Kongo (Angola)- Le noyau provincial du Syndicat National des Enseignants (SINPROF) à Zaire a manifesté, vendredi, contre l'éventuelle inclusion de nouveaux acteurs dans la mise en œuvre de l'accord conclu avec le Ministère de l'Education, le 24 mai dernier.

Le SINPROF à Zaire fait valoir que seuls les signataires du protocole d'accord, qui a abouti à l'ouverture du concours pour la promotion de 181 624 enseignants dans les carrières de l'enseignement primaire et secondaire, par le MED, devraient être engagés dans la mise en œuvre de ce processus dans le pays.

L'annonce de ce concours public de promotion, destiné à pourvoir les postes vacants dans l'enseignement primaire et secondaire, est exprimée dans un arrêté du 7 juin signé par la ministre de l'Éducation, Luísa Maria Alves Grilo.

Le secrétaire provincial du SINPROF à Zaire, Mambwene Ernesto António, qui s'adressait à l'ANGOP, considère que c'est une violation par le MED d'inclure, dans ce processus, l'Union nationale des travailleurs non enseignants et l'Association des enseignants angolais (AMPA).

Il a rappelé que le protocole d'accord entre le SINPROF et le MED, qui a dicté la suspension de la grève dans le secteur, impliquait également le ministère de l'Administration publique, du Travail et de la Sécurité sociale (MAPTESS), pour lequel il a exprimé son admiration lorsqu'il a constaté l'émergence de d'autres "entités étranges" dans le processus.

Par conséquent, il a demandé au ministère de l'Éducation de revoir la situation (le processus et ses acteurs), ce qui, à son avis, pourrait rendre la réalisation des points convenus avec le secteur irréalisable et forcer le déclenchement d'une éventuelle nouvelle grève dans le pays.

Il a toutefois averti le Bureau provincial de l'éducation et les directions municipales respectives de prêter attention à l'inclusion des membres du SINPROF dans l'ensemble du processus du concours public d’entrée qui aura lieu dans cette partie du pays.

Le SINPROF à Zaire contrôle environ 1700 membres.

Le SINPROF à Zaire fait valoir que seuls les signataires du protocole d'accord, qui a abouti à l'ouverture du concours pour la promotion de 181 624 enseignants dans les carrières de l'enseignement primaire et secondaire, par le MED, devraient être engagés dans la mise en œuvre de ce processus dans le pays.

L'annonce de ce concours public de promotion, destiné à pourvoir les postes vacants dans l'enseignement primaire et secondaire, est exprimée dans un arrêté du 7 juin signé par la ministre de l'Éducation, Luísa Maria Alves Grilo.

Le secrétaire provincial du SINPROF à Zaire, Mambwene Ernesto António, qui s'adressait à l'ANGOP, considère que c'est une violation par le MED d'inclure, dans ce processus, l'Union nationale des travailleurs non enseignants et l'Association des enseignants angolais (AMPA).

Il a rappelé que le protocole d'accord entre le SINPROF et le MED, qui a dicté la suspension de la grève dans le secteur, impliquait également le ministère de l'Administration publique, du Travail et de la Sécurité sociale (MAPTESS), pour lequel il a exprimé son admiration lorsqu'il a constaté l'émergence de d'autres "entités étranges" dans le processus.

Par conséquent, il a demandé au ministère de l'Éducation de revoir la situation (le processus et ses acteurs), ce qui, à son avis, pourrait rendre la réalisation des points convenus avec le secteur irréalisable et forcer le déclenchement d'une éventuelle nouvelle grève dans le pays.

Il a toutefois averti le Bureau provincial de l'éducation et les directions municipales respectives de prêter attention à l'inclusion des membres du SINPROF dans l'ensemble du processus du concours public d’entrée qui aura lieu dans cette partie du pays.

Le SINPROF à Zaire contrôle environ 1700 membres.