CDCA présente « Places incorporées » à l'UEA

  • Um bailarino da companhia de dança contemporânea em Luanda
Luanda – La compagnie de danse contemporaine d'Angola (CDCA), en partenariat avec l'Association Kalu, se produit, du 17 juin au 16 juillet, à l'Union des écrivains angolais (UEA), dans le cadre du projet “Lugares InCORPOrados” (Places Incorporées).

Le projet comprend l’édition d'un livre et l’exposition de 16 photographies de danseurs de quatre générations ainsi que 16 bâtiments et endroits de la ville de Luanda, illustrant la multiplicité des liens sociaux et affectifs qui s'établissent entre les personnes et les lieux qu'elles habitent.

L’exposition photographique de Rui Tavares met en évidence un patrimoine d'une importance fondamentale pour la caractérisation, l'histoire et les mémoires de la ville capitale de l'Angola, dans une approche des affinités entre la danse et l'architecture, en tant que langages qui reflètent, dans leur tridimensionnalité, les relations entre les corps, le mouvement et l'espace.

Le projet vise à alerter et à participer à la prise de conscience de la société sur le risque qu’est exposé le patrimoine bâti, dans l'espoir qu'il puisse être secouru, récupéré et rendu à la société de Luanda.

L’exposition est itinérante et est ouverte depuis avril, se déroulera jusqu'en décembre  en 9 espaces de la ville de Luanda.

Fondé en 1991 par la chorégraphe Ana Clara Guerra Marques, la CDCA a construit, à travers un parcours d'innovation et de singularité, une histoire exclusive qui  fait un collectif historique et unique, dans un contexte artistique qui reste fragile, conservateur et fortement marqué par les danses patrimoniales et urbaines de loisirs et par l'absence de mouvement créatif de l'auteur, en matière de danse.

Le projet comprend l’édition d'un livre et l’exposition de 16 photographies de danseurs de quatre générations ainsi que 16 bâtiments et endroits de la ville de Luanda, illustrant la multiplicité des liens sociaux et affectifs qui s'établissent entre les personnes et les lieux qu'elles habitent.

L’exposition photographique de Rui Tavares met en évidence un patrimoine d'une importance fondamentale pour la caractérisation, l'histoire et les mémoires de la ville capitale de l'Angola, dans une approche des affinités entre la danse et l'architecture, en tant que langages qui reflètent, dans leur tridimensionnalité, les relations entre les corps, le mouvement et l'espace.

Le projet vise à alerter et à participer à la prise de conscience de la société sur le risque qu’est exposé le patrimoine bâti, dans l'espoir qu'il puisse être secouru, récupéré et rendu à la société de Luanda.

L’exposition est itinérante et est ouverte depuis avril, se déroulera jusqu'en décembre  en 9 espaces de la ville de Luanda.

Fondé en 1991 par la chorégraphe Ana Clara Guerra Marques, la CDCA a construit, à travers un parcours d'innovation et de singularité, une histoire exclusive qui  fait un collectif historique et unique, dans un contexte artistique qui reste fragile, conservateur et fortement marqué par les danses patrimoniales et urbaines de loisirs et par l'absence de mouvement créatif de l'auteur, en matière de danse.