Un historien raconte les réalisations de Kimpa Vita

  • L'historien angolais, Patricio Batiskama
Luanda – Un historien Angolais, Patrício Batiskama a lancé lundi, au Brésil, l'ouvrage intitulé "Dona Beatriz Nsimba Vita", dédié à la nationaliste Kimpa Vita.

Le livre raconte des faits liés à la trajectoire de cette femme, de manière à rendre son héritage plus célèbre à la nouvelle génération.

 

Selon l'auteur, "Dona Beatriz Nsiba Vita" est encore mal connue dans l'espace académique, social et politique angolais, d'où cette contribution historique.

 

"Kimpa Vita est considérée comme une prophétesse, mais personne ne raconte bien son histoire", a déclaré l'historien à l’Angop.

 

L'ouvrage signale deux sources qui parle de cette brave femme: Les Frères mineurs capucins Fernando Zagalo et Lourenço, mas aussi la tradition orale.

 

Pour écrire ce livre, Patrício Batiskama a aussi consulté les archives du Vatican, de Belgique, de Suède et plusieurs enregistrements, ainsi que les sources orales.

 

Composé de 220 pages, l'ouvrage sort avec la chancellerie de l'éditeur brésilien ANCESTER, en collaboration avec l'Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) en études africaines.

 

Le livre raconte des faits liés à la trajectoire de cette femme, de manière à rendre son héritage plus célèbre à la nouvelle génération.

 

Selon l'auteur, "Dona Beatriz Nsiba Vita" est encore mal connue dans l'espace académique, social et politique angolais, d'où cette contribution historique.

 

"Kimpa Vita est considérée comme une prophétesse, mais personne ne raconte bien son histoire", a déclaré l'historien à l’Angop.

 

L'ouvrage signale deux sources qui parle de cette brave femme: Les Frères mineurs capucins Fernando Zagalo et Lourenço, mas aussi la tradition orale.

 

Pour écrire ce livre, Patrício Batiskama a aussi consulté les archives du Vatican, de Belgique, de Suède et plusieurs enregistrements, ainsi que les sources orales.

 

Composé de 220 pages, l'ouvrage sort avec la chancellerie de l'éditeur brésilien ANCESTER, en collaboration avec l'Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) en études africaines.