‘‘Sona’’ élevé au rang de patrimoine culturel immatériel national

  • "Sona" Arte etnomatemática de contar história através de desenhos
Dundo - L'art ethno-mathématique de raconter des histoires à travers des dessins dans le sable, appelé «Sona», symbole de la culture Tchokwe, a été élevé, ce mois-ci, au rang de patrimoine culturel immatériel par le ministère de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement, a annoncé mercredi le doyen de l'Université Lueji A'nkonde, Carlos Yoba.

L'élévation de cet art, résulte des recommandations des membres participants à la première Conférence internationale sur l'enseignement de la mathématique en Angola, promue en 2019 dans la province de Lunda Norte, par l'École Supérieur Pédagogique  attachée à l’Université Lueji A'nkonde.

Sona, qui signifie écrire dans le sable, était une forme de communication des ancêtres de la région orientale du pays, dominée par le peuple Tchokwe, qui écrivaient des messages par des gravures sur les murs des maisons, sur les arbres et au sol (sable) dans les villages, pour être déchiffrés par les autres membres de la communauté.

Ces gravures (Sona), difficiles à comprendre, se trouvent actuellement au musée de Dundo, dans un livre sur la culture bantoue et ont été déjà dépeint dans un long métrage " Les dieux de l'eau", une coproduction entre l'Argentine et L'Angola en 2013.

Actuellement, il existe plus de 10 ouvrages scientifiques publiés dans diverses parties du monde représentant le Sona, mais aucun en Angola.

Carlos Yoba a déclaré que l'élévation de cet art au rang de patrimoine national, résultant d'un effort conjoint avec le gouvernement de Lunda Norte, représente une étape importante pour être élevé au patrimoine mondial à l'avenir.

L'élévation de cet art, résulte des recommandations des membres participants à la première Conférence internationale sur l'enseignement de la mathématique en Angola, promue en 2019 dans la province de Lunda Norte, par l'École Supérieur Pédagogique  attachée à l’Université Lueji A'nkonde.

Sona, qui signifie écrire dans le sable, était une forme de communication des ancêtres de la région orientale du pays, dominée par le peuple Tchokwe, qui écrivaient des messages par des gravures sur les murs des maisons, sur les arbres et au sol (sable) dans les villages, pour être déchiffrés par les autres membres de la communauté.

Ces gravures (Sona), difficiles à comprendre, se trouvent actuellement au musée de Dundo, dans un livre sur la culture bantoue et ont été déjà dépeint dans un long métrage " Les dieux de l'eau", une coproduction entre l'Argentine et L'Angola en 2013.

Actuellement, il existe plus de 10 ouvrages scientifiques publiés dans diverses parties du monde représentant le Sona, mais aucun en Angola.

Carlos Yoba a déclaré que l'élévation de cet art au rang de patrimoine national, résultant d'un effort conjoint avec le gouvernement de Lunda Norte, représente une étape importante pour être élevé au patrimoine mondial à l'avenir.