Allemagne/Élections : le Parti social-démocrate l'emporte avec 25,7% - données provisoires

Berlin - Le Parti social-démocrate (SPD) a remporté les élections législatives allemandes, qui ont marqué la fin de l'ère d'Angela Merkel, avec 25,7% des voix, salon un décompte officiel provisoire annoncé lundi par la Commission fédérale des élections.

L'alliance conservatrice CDU/CSU, dirigée par Armin Laschet, l'a emporté avec 24,1 % des voix, le pire résultat de son histoire.

Les Verts occupent la troisième place avec 14,8%, suivis du parti libéral FDP avec 11,5%.

Ce contentieux électoral sera remporté par celui qui parviendra à constituer une coalition majoritaire entre au moins trois formations de partis, après que les négociations aient commencé ce lundi.

Ce n'est qu'après que les membres du Bundestag aient officiellement nommé leur successeur, ce qui pourrait arriver dans quelques semaines, voire quelques mois, qu'Angela Merkel peut se retirer du centre de la politique allemande.

Peu de temps après la fermeture des bureaux de vote, le candidat social-démocrate Olaf Scholz a déclaré que le résultat était un "succès" pour le SPD - qui a obtenu le meilleur résultat depuis Gerard Schroder - et que les Allemands le voulaient comme chancelier d'Allemagne.

Malgré le faible avantage du SPD, les démocrates-chrétiens se disent en mesure de former un gouvernement, tout dépend des alliances qu'ils parviendront à forger.

"Nous allons tout faire pour pouvoir former un gouvernement dirigé par l'alliance CDU/CSU", a déclaré Laschet.

Désormais, tout dépendra des négociations avec les autres partis, notamment avec les Verts et les libéraux du FDP.

En 2017, les négociations pour la formation du gouvernement ont duré plus de 200 jours.

L'alliance conservatrice CDU/CSU, dirigée par Armin Laschet, l'a emporté avec 24,1 % des voix, le pire résultat de son histoire.

Les Verts occupent la troisième place avec 14,8%, suivis du parti libéral FDP avec 11,5%.

Ce contentieux électoral sera remporté par celui qui parviendra à constituer une coalition majoritaire entre au moins trois formations de partis, après que les négociations aient commencé ce lundi.

Ce n'est qu'après que les membres du Bundestag aient officiellement nommé leur successeur, ce qui pourrait arriver dans quelques semaines, voire quelques mois, qu'Angela Merkel peut se retirer du centre de la politique allemande.

Peu de temps après la fermeture des bureaux de vote, le candidat social-démocrate Olaf Scholz a déclaré que le résultat était un "succès" pour le SPD - qui a obtenu le meilleur résultat depuis Gerard Schroder - et que les Allemands le voulaient comme chancelier d'Allemagne.

Malgré le faible avantage du SPD, les démocrates-chrétiens se disent en mesure de former un gouvernement, tout dépend des alliances qu'ils parviendront à forger.

"Nous allons tout faire pour pouvoir former un gouvernement dirigé par l'alliance CDU/CSU", a déclaré Laschet.

Désormais, tout dépendra des négociations avec les autres partis, notamment avec les Verts et les libéraux du FDP.

En 2017, les négociations pour la formation du gouvernement ont duré plus de 200 jours.