Allemagne: le salaire des non-vaccinés en quarantaine bientôt plus pris en charge

  • Illustration du Covid-19
Les salaires des personnes non-vaccinées contre le Covid-19 ne seront bientôt plus pris en charge en Allemagne durant les périodes de quarantaine, a annoncé mercredi le ministre de la Santé. La décision, négociée avec les régions allemandes, entrera en vigueur le 1er novembre, lit-on sur Le Figaro.

«On dit parfois qu'il s'agirait d'une pression pour les non-vaccinés, mais je pense qu'il faut voir les choses dans l'autre sens, c'est une question d'équité», a expliqué Jens Spahn lors d'une conférence de presse. Jusqu'à présent, les personnes placées en quarantaine étaient indemnisées pour compenser leur perte de revenus. Plusieurs «Länder» ont cependant déjà mis fin à cette pratique.

«Ceux qui se protègent et protègent les autres par la vaccination se posent la question justifiée de savoir pourquoi payer pour quelqu'un qui était en vacances dans une zone à risque et qui, parce qu'il n'est pas vacciné, doit être mis en quarantaine, pourquoi payer pour une telle personne?», a-t-il justifié. «Lorsque les gens disent que c'est leur libre décision personnelle - et cela reste leur libre décision personnelle - de se faire vacciner ou non, cette décision doit également s'accompagner de la responsabilité d'en assumer les conséquences financières», a fait valoir le ministre.

«On dit parfois qu'il s'agirait d'une pression pour les non-vaccinés, mais je pense qu'il faut voir les choses dans l'autre sens, c'est une question d'équité», a expliqué Jens Spahn lors d'une conférence de presse. Jusqu'à présent, les personnes placées en quarantaine étaient indemnisées pour compenser leur perte de revenus. Plusieurs «Länder» ont cependant déjà mis fin à cette pratique.

«Ceux qui se protègent et protègent les autres par la vaccination se posent la question justifiée de savoir pourquoi payer pour quelqu'un qui était en vacances dans une zone à risque et qui, parce qu'il n'est pas vacciné, doit être mis en quarantaine, pourquoi payer pour une telle personne?», a-t-il justifié. «Lorsque les gens disent que c'est leur libre décision personnelle - et cela reste leur libre décision personnelle - de se faire vacciner ou non, cette décision doit également s'accompagner de la responsabilité d'en assumer les conséquences financières», a fait valoir le ministre.