La Chine nie que les chercheurs de Wuhan soient tombés malades en 2019

  • Drapeau de la Chine
Pékin - La Chine a nié ce lundi que trois chercheurs de l'Institut de virologie de Wuhan, la ville où les premiers cas de covid-19 ont été détectés, soient tombés malades en novembre 2019 avec des symptômes similaires à ceux causés par le nouveau coronavirus.

Cette information a été publiée ce lundi par le journal américain The Wall Street Journal, qui a cité un rapport remis au département d'État américain par les services de renseignement.

Le document indiquait que trois chercheurs chinois de l'Institut de virologie de Wuhan sont tombés malades à l'automne 2019, semant le doute sur l'origine du virus.

"Il n'y a eu aucun cas de covid-19 dans cet institut à l'automne 2019. La nouvelle est complètement fausse", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian lors d'une conférence de presse.

Le rapport a été rédigé dans les derniers jours de l'administration Donald Trump. Le document a noté que les symptômes des chercheurs étaient également compatibles avec les maladies saisonnières courantes, selon le Wall Street Journal.

La Chine a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) que le premier patient présentant des symptômes de type covid-19 avait été détecté à Wuhan le 8 décembre 2019.

Cependant, plusieurs épidémiologistes et virologues estiment que le nouveau coronavirus a commencé à circuler dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, en novembre 2019.

Le journal a souligné que l'Institut de virologie de Wuhan ne partageait pas les données brutes, la sécurité et les enregistrements de laboratoire sur son travail approfondi avec les nouveaux coronavirus détectés chez les chauves-souris, que beaucoup considèrent comme la source la plus probable du virus.

Le rapport des services de renseignement américains a considéré la théorie selon laquelle le virus aurait pu avoir une origine naturelle, basée sur le contact entre les animaux et les humains, comme plus plausible.

Cependant, cela n'exclut pas la possibilité que sa propagation à Wuhan soit le résultat d'une évasion accidentelle de l'Institut de virologie de Wuhan.

La Chine nie à plusieurs reprises que le virus s'est échappé de l'un de ses laboratoires.

Cette information a été publiée ce lundi par le journal américain The Wall Street Journal, qui a cité un rapport remis au département d'État américain par les services de renseignement.

Le document indiquait que trois chercheurs chinois de l'Institut de virologie de Wuhan sont tombés malades à l'automne 2019, semant le doute sur l'origine du virus.

"Il n'y a eu aucun cas de covid-19 dans cet institut à l'automne 2019. La nouvelle est complètement fausse", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian lors d'une conférence de presse.

Le rapport a été rédigé dans les derniers jours de l'administration Donald Trump. Le document a noté que les symptômes des chercheurs étaient également compatibles avec les maladies saisonnières courantes, selon le Wall Street Journal.

La Chine a informé l'Organisation mondiale de la santé (OMS) que le premier patient présentant des symptômes de type covid-19 avait été détecté à Wuhan le 8 décembre 2019.

Cependant, plusieurs épidémiologistes et virologues estiment que le nouveau coronavirus a commencé à circuler dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, en novembre 2019.

Le journal a souligné que l'Institut de virologie de Wuhan ne partageait pas les données brutes, la sécurité et les enregistrements de laboratoire sur son travail approfondi avec les nouveaux coronavirus détectés chez les chauves-souris, que beaucoup considèrent comme la source la plus probable du virus.

Le rapport des services de renseignement américains a considéré la théorie selon laquelle le virus aurait pu avoir une origine naturelle, basée sur le contact entre les animaux et les humains, comme plus plausible.

Cependant, cela n'exclut pas la possibilité que sa propagation à Wuhan soit le résultat d'une évasion accidentelle de l'Institut de virologie de Wuhan.

La Chine nie à plusieurs reprises que le virus s'est échappé de l'un de ses laboratoires.