Genève: restriction de l’espace aérien pour le sommet Biden-Poutine

  • Art photographique des présidents de la Russie, Vladimir Poutine et des États-Unis, Joe Biden
L’usage de l’espace aérien sera temporairement réduit à Genève du 15 au 17 juin lors de la rencontre entre les présidents Joe Biden et Vladimir Poutine, a annoncé vendredi le Conseil fédéral. Les Forces aériennes assureront un service de police aérienne et une surveillance renforcée de l’espace aérien.

La Suisse est tenue d’assurer la sécurité entourant la rencontre de haut niveau entre le président américain et le président russe à Genève. La restriction de l’usage de l’espace aérien sera ainsi en place du 15 juin à 8 heures au 17 juin à 17 heures. Elle est limitée à une zone centrée sur la place des Nations et ne concerne pas les vols commerciaux à destination de l’aéroport de Genève.

Les autorités cantonales genevoises pourront également bénéficier d’un appui de l’armée au sol pour la sécurité. Le Conseil fédéral a approuvé l’engagement subsidiaire d’un effectif maximal de 1000 militaires en service d’appui. Du matériel sera mis à disposition de la police cantonale dans le domaine du transport aérien et lacustre. L’armée se chargera également de la protection des représentations étrangères.

Ces mesures viennent compléter le dispositif sécuritaire mis en place par le canton. Elles n’entraînent pas de dépenses supplémentaires pour la Confédération, précise le gouvernement.

Le sommet entre les deux dirigeants se tiendra le 16 juin dans la Villa La Grange. Un dispositif de sécurité considérable est prévu.

La Suisse est tenue d’assurer la sécurité entourant la rencontre de haut niveau entre le président américain et le président russe à Genève. La restriction de l’usage de l’espace aérien sera ainsi en place du 15 juin à 8 heures au 17 juin à 17 heures. Elle est limitée à une zone centrée sur la place des Nations et ne concerne pas les vols commerciaux à destination de l’aéroport de Genève.

Les autorités cantonales genevoises pourront également bénéficier d’un appui de l’armée au sol pour la sécurité. Le Conseil fédéral a approuvé l’engagement subsidiaire d’un effectif maximal de 1000 militaires en service d’appui. Du matériel sera mis à disposition de la police cantonale dans le domaine du transport aérien et lacustre. L’armée se chargera également de la protection des représentations étrangères.

Ces mesures viennent compléter le dispositif sécuritaire mis en place par le canton. Elles n’entraînent pas de dépenses supplémentaires pour la Confédération, précise le gouvernement.

Le sommet entre les deux dirigeants se tiendra le 16 juin dans la Villa La Grange. Un dispositif de sécurité considérable est prévu.