La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala assume ce lundi le leadership de l'OMC

  • Logo de l'Organisation mondiale du commerce (OMC)
Genève - La Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala prend ce lundi la direction de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), devenant ainsi la première femme et la première Africaine à occuper ce poste.

L'OMC a annoncé le 15 février la nomination de Ngozi Okonjo-Iweala au poste de directrice générale de l'organisation, un choix fait par consensus.

"Dr. Okonjo-Iweala deviendra la première femme et la première femme africaine à diriger l'OMC. Elle entre en fonction le 1er mars et son mandat, qui peut être renouvelé, expirera le 31 août 2025", faisait référence le message de l’organisation de supervision du commerce mondial.

Suite à la nomination, Okonjo-Iweala, 66 ans, a publié une déclaration appelant à une relance de l'OMC pour en faire une institution «forte» et soutenir la reprise de l'économie mondiale après la pandémie du covid-19.

«Une OMC forte est essentielle si nous voulons nous remettre complètement et rapidement des dommages causés par la pandémie du covid-19.

[...] Notre organisation fait face à de nombreux défis, mais si nous travaillons ensemble, nous pouvons rendre l'OMC plus forte, plus agile et plus adaptée aux réalités d'aujourd'hui », a souligné Okonjo-Iweala dans le communiqué.

Quelques jours plus tard, dans des déclarations à l'AFP, la Nigériane a indiqué comme objectifs immédiats d'améliorer l'accès des pays pauvres aux vaccins contre le covid-19 et de résister aux tendances protectionnistes afin que le libre-échange puisse contribuer à la reprise économique.

L'OMC a annoncé le 15 février la nomination de Ngozi Okonjo-Iweala au poste de directrice générale de l'organisation, un choix fait par consensus.

"Dr. Okonjo-Iweala deviendra la première femme et la première femme africaine à diriger l'OMC. Elle entre en fonction le 1er mars et son mandat, qui peut être renouvelé, expirera le 31 août 2025", faisait référence le message de l’organisation de supervision du commerce mondial.

Suite à la nomination, Okonjo-Iweala, 66 ans, a publié une déclaration appelant à une relance de l'OMC pour en faire une institution «forte» et soutenir la reprise de l'économie mondiale après la pandémie du covid-19.

«Une OMC forte est essentielle si nous voulons nous remettre complètement et rapidement des dommages causés par la pandémie du covid-19.

[...] Notre organisation fait face à de nombreux défis, mais si nous travaillons ensemble, nous pouvons rendre l'OMC plus forte, plus agile et plus adaptée aux réalités d'aujourd'hui », a souligné Okonjo-Iweala dans le communiqué.

Quelques jours plus tard, dans des déclarations à l'AFP, la Nigériane a indiqué comme objectifs immédiats d'améliorer l'accès des pays pauvres aux vaccins contre le covid-19 et de résister aux tendances protectionnistes afin que le libre-échange puisse contribuer à la reprise économique.