Entrée en vigueur du Traité interdisant les armes nucléaires, l'ONU et le pape s'en félicitent

  • Sede da ONU em Nova Iorque
Le Traité international interdisant les armes nucléaires, non signé par les pays détenteurs de l'arme atomique, est entré vendredi en vigueur, une concrétisation saluée par l'ONU et le pape François, lit-on sur i24 News.

"Le Traité représente une étape importante sur la voie d'un monde exempt d'armes nucléaires et témoigne de l'appui résolu que suscitent les initiatives de désarmement nucléaire multilatérales", a souligné dans un communiqué le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Il s'agit du "premier traité multilatéral de désarmement nucléaire conclu depuis plus de vingt ans", a-t-il ajouté, en demandant "à tous les États d'oeuvrer ensemble pour (...) faire progresser la sécurité et la sûreté collectives".

Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires prohibe l'utilisation, le développement, la production, les essais, le stationnement, le stockage et la menace d'utilisation de telles armes.

C'est le "premier instrument juridiquement contraignant à interdire explicitement ces armes, dont l'utilisation a un impact indiscriminé, touche un grand nombre de personnes en peu de temps et cause des dommages à très long terme à l'environnement", a aussi fait valoir cette semaine le pape.

Le président du Comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer, a abondé dans le même sens. "Aujourd'hui est une victoire pour notre humanité commune. Saisissons le moment - et poussons le traité jusqu’à son objectif: un monde sans armes nucléaires", a-t-il dit dans un communiqué.

Le 24 octobre, un 50e pays avait ratifié le Traité approuvé par une centaine d'Etats, permettant sa mise en oeuvre 90 jours plus tard, soit ce vendredi.

 

 

"Le Traité représente une étape importante sur la voie d'un monde exempt d'armes nucléaires et témoigne de l'appui résolu que suscitent les initiatives de désarmement nucléaire multilatérales", a souligné dans un communiqué le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Il s'agit du "premier traité multilatéral de désarmement nucléaire conclu depuis plus de vingt ans", a-t-il ajouté, en demandant "à tous les États d'oeuvrer ensemble pour (...) faire progresser la sécurité et la sûreté collectives".

Le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires prohibe l'utilisation, le développement, la production, les essais, le stationnement, le stockage et la menace d'utilisation de telles armes.

C'est le "premier instrument juridiquement contraignant à interdire explicitement ces armes, dont l'utilisation a un impact indiscriminé, touche un grand nombre de personnes en peu de temps et cause des dommages à très long terme à l'environnement", a aussi fait valoir cette semaine le pape.

Le président du Comité international de la Croix-Rouge, Peter Maurer, a abondé dans le même sens. "Aujourd'hui est une victoire pour notre humanité commune. Saisissons le moment - et poussons le traité jusqu’à son objectif: un monde sans armes nucléaires", a-t-il dit dans un communiqué.

Le 24 octobre, un 50e pays avait ratifié le Traité approuvé par une centaine d'Etats, permettant sa mise en oeuvre 90 jours plus tard, soit ce vendredi.