La police espagnole mène une opération contre le trafic de drogue avec des « drones» à Ceuta

Madrid - La garde civile espagnole et la police nationale de Ceuta ont mené lundi une opération contre le trafic de drogue entre l'Espagne et le Maroc à l'aide de «drones», au cours de laquelle ils ont arrêté au moins une personne et saisi de nombreux documents.

L'opération conjointe des deux forces de police a été lancée à la suite d'une enquête ouverte à la fin de l'été dernier, suite à la localisation d'un «  drone »' (engin aérien sans pilote) avec de la drogue tombé dans une zone montagneuse de Ceuta.

Selon des sources proches de l'enquête, citées par l'agence de presse EFE, l'opération contre l'utilisation de ces appareils pour transporter de la drogue est menée dans différents quartiers de la ville.

Les agents ont perquisitionné plusieurs maisons, dont l'une, située dans le quartier de Príncipe Alfonso, a détenu une personne en raison de son association avec cette organisation criminelle.

Les agents ont rassemblé du matériel pour l'enquête. Ce type de trafic découle de la fermeture de la frontière terrestre entre Ceuta et le Maroc, qui a entravé ce type d'activités clandestines.

L'enquête reste ouverte et la possibilité de nouvelles arrestations n'est pas exclue.

L'opération conjointe des deux forces de police a été lancée à la suite d'une enquête ouverte à la fin de l'été dernier, suite à la localisation d'un «  drone »' (engin aérien sans pilote) avec de la drogue tombé dans une zone montagneuse de Ceuta.

Selon des sources proches de l'enquête, citées par l'agence de presse EFE, l'opération contre l'utilisation de ces appareils pour transporter de la drogue est menée dans différents quartiers de la ville.

Les agents ont perquisitionné plusieurs maisons, dont l'une, située dans le quartier de Príncipe Alfonso, a détenu une personne en raison de son association avec cette organisation criminelle.

Les agents ont rassemblé du matériel pour l'enquête. Ce type de trafic découle de la fermeture de la frontière terrestre entre Ceuta et le Maroc, qui a entravé ce type d'activités clandestines.

L'enquête reste ouverte et la possibilité de nouvelles arrestations n'est pas exclue.