La santé mentale encore plus fragilisée en raison de la pandémie

  • Illustration du Covid-19
Lisbonne – La santé mentale a été beaucoup fragilisée dans le monde entier en raison de la pandémie de covid-19, des études dans plusieurs pays reflétant l'augmentation des taux de peur, d'anxiété et de dépression dans leurs populations.

En Argentine, le pays qui avait la plus grande quarantaine au monde, il y a environ huit mois, une étude de la Faculté de psychologie de l'Université de Buenos Aires a conclu que le confinement avait affecté la santé mentale de 80,3% des Argentins.

 

Parmi les troubles les plus visibles dus à un confinement prolongé en Argentine, la peur, l'anxiété et la dépression sont apparues.

 

Une étude récente, menée par l'Université de la Sarre, indique que la satisfaction à l'égard de la vie quotidienne a considérablement diminué.

 

Les chercheurs ont analysé les conséquences psychologiques et sociales de l'année écoulée sur 1.500 hommes et femmes, concluant que «les inquiétudes, le stress et la dépression ont augmenté».

 

En Argentine, le pays qui avait la plus grande quarantaine au monde, il y a environ huit mois, une étude de la Faculté de psychologie de l'Université de Buenos Aires a conclu que le confinement avait affecté la santé mentale de 80,3% des Argentins.

 

Parmi les troubles les plus visibles dus à un confinement prolongé en Argentine, la peur, l'anxiété et la dépression sont apparues.

 

Une étude récente, menée par l'Université de la Sarre, indique que la satisfaction à l'égard de la vie quotidienne a considérablement diminué.

 

Les chercheurs ont analysé les conséquences psychologiques et sociales de l'année écoulée sur 1.500 hommes et femmes, concluant que «les inquiétudes, le stress et la dépression ont augmenté».