Les États-Unis annoncent avoir tué Abdul Hamid al-Matar , un dirigeant d'Al-Qaïda en Syrie

  • Mapa da Siria
Une frappe de drone américaine a tué, vendredi, un haut dirigeant d’Al-Qaïda, Abdul Hamid al-Matar, dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé un porte-parole du commandement central de l’armée américaine, lit-on sur France 24.

L’armée américaine a annoncé, vendredi 22 octobre, avoir tué un dirigeant d’Al-Qaida dans une frappe de drone en Syrie, deux jours après l’attaque contre une base du sud syrien utilisée par la coalition antijihadiste menée par les États-Unis.

"Une frappe aérienne américaine menée aujourd’hui dans le nord-ouest de la Syrie a tué le haut dirigeant d’Al-Qaïda Abdul Hamid al-Matar", a indiqué le commandant John Rigsbee, un porte-parole du commandement central de l’armée américaine (Centcom) dans un communiqué.

La frappe a été menée dans la région de Soulouk, dans le nord de la Syrie sous contrôle turc.

"Nous n’avons constaté aucun signe de victimes civiles à la suite de la frappe, qui a été menée par un drone MQ-9", a-t-il précisé en référence au drone armé surnommé "Reaper" ("la faucheuse" en anglais).

Le porte-parole n’a pas précisé si la frappe avait été menée en représailles après l’attaque de mercredi contre la base d’al-Tanf, utilisée par la coalition antijihadiste près des frontières syriennes avec la Jordanie et l’Irak, qui n’a pas fait de victime. Selon Centcom, cette attaque "délibérée et coordonnée" avait été menée avec des drones et des tirs d’artillerie.

L’armée américaine a annoncé, vendredi 22 octobre, avoir tué un dirigeant d’Al-Qaida dans une frappe de drone en Syrie, deux jours après l’attaque contre une base du sud syrien utilisée par la coalition antijihadiste menée par les États-Unis.

"Une frappe aérienne américaine menée aujourd’hui dans le nord-ouest de la Syrie a tué le haut dirigeant d’Al-Qaïda Abdul Hamid al-Matar", a indiqué le commandant John Rigsbee, un porte-parole du commandement central de l’armée américaine (Centcom) dans un communiqué.

La frappe a été menée dans la région de Soulouk, dans le nord de la Syrie sous contrôle turc.

"Nous n’avons constaté aucun signe de victimes civiles à la suite de la frappe, qui a été menée par un drone MQ-9", a-t-il précisé en référence au drone armé surnommé "Reaper" ("la faucheuse" en anglais).

Le porte-parole n’a pas précisé si la frappe avait été menée en représailles après l’attaque de mercredi contre la base d’al-Tanf, utilisée par la coalition antijihadiste près des frontières syriennes avec la Jordanie et l’Irak, qui n’a pas fait de victime. Selon Centcom, cette attaque "délibérée et coordonnée" avait été menée avec des drones et des tirs d’artillerie.