Syrie: Au moins 17 combattants pro-iraniens tués dans une frappe aérienne américaine

Damas - Au moins 17 combattants pro-iraniens sont morts ce vendredi dans une frappe aérienne américaine contre des milices soutenues par Téhéran dans l'est de la Syrie, a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Les attaques ont détruit trois camions de munitions [...]. Il y a beaucoup de morts. Au moins 17 combattants sont morts selon une évaluation préliminaire, tous membres de Hachd al-Chaabi [une coalition de milices pro-iraniennes]", a déclaré le directeur de l'ONG OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les États-Unis ont mené une frappe aérienne contre une "infrastructure utilisée par des milices soutenues" par Téhéran dans l'est de la Syrie, a annoncé le Pentagone.

"Les attaques ont été autorisées en réponse aux récentes attaques contre des responsables américains et de la coalition en Irak, et aux menaces continues contre ces responsables", a souligné le porte-parole du département américain de la Défense, John Kirby, dans un communiqué.

La frappe aérienne contre une "infrastructure utilisée par les milices soutenues par l'Iran dans l'est de la Syrie" est la première action militaire connue sous le président Joe Biden, qui a commencé son mandat fin janvier.

"Les attaques ont détruit trois camions de munitions [...]. Il y a beaucoup de morts. Au moins 17 combattants sont morts selon une évaluation préliminaire, tous membres de Hachd al-Chaabi [une coalition de milices pro-iraniennes]", a déclaré le directeur de l'ONG OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les États-Unis ont mené une frappe aérienne contre une "infrastructure utilisée par des milices soutenues" par Téhéran dans l'est de la Syrie, a annoncé le Pentagone.

"Les attaques ont été autorisées en réponse aux récentes attaques contre des responsables américains et de la coalition en Irak, et aux menaces continues contre ces responsables", a souligné le porte-parole du département américain de la Défense, John Kirby, dans un communiqué.

La frappe aérienne contre une "infrastructure utilisée par les milices soutenues par l'Iran dans l'est de la Syrie" est la première action militaire connue sous le président Joe Biden, qui a commencé son mandat fin janvier.