Venezuela : sanctions de l'UE contre 19 hauts fonctionnaires du régime Maduro

  • Les drapeaux des pays de l'UE
L'Union européenne a sanctionné lundi 19 hauts fonctionnaires du régime de Nicolás Maduro pour leur rôle dans des actes et décisions portant atteinte à la démocratie et à l'État de droit au Venezuela, a annoncé un communiqué officiel.

La décision, validée par les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept réunis lundi 22 février, porte à 55 le nombre total de responsables et hauts fonctionnaires du gouvernement de Nicolás Maduro sanctionnés par l'UE - avec interdiction de voyager et gel des avoirs sur le territoire de l'Union.

«Ces mesures ciblées sont conçues pour ne pas avoir d'effets humanitaires négatifs ou de conséquences involontaires sur la population vénézuélienne, et peuvent être annulées», précise le communiqué. «Les personnes ajoutées à la liste sont responsables, notamment, de l'atteinte aux droits électoraux de l'opposition et au fonctionnement démocratique de l'Assemblée nationale, ainsi que de graves violations des droits de l'homme et de restrictions des libertés fondamentales», est-il souligné.

Deux députés de la nouvelle assemblée nationale «non démocratiquement élue», José Bernabé Gutierrez Parra, dirigeant du parti «Accion Democratica» et Jose Dionisio Brito Rodriguez, dirigeant du parti «Primero Justicia», sont au nombre des personnalités sanctionnées. L'UE a également sanctionné Omar Jose Prieto, gouverneur de l'État de Zulia, le commandant des forces armées Remigio Ceballos Ichaso, et trois responsables du Conseil électoral, dont sa présidente Indira Maira Alfonzo Izaguirre.

La décision, validée par les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Sept réunis lundi 22 février, porte à 55 le nombre total de responsables et hauts fonctionnaires du gouvernement de Nicolás Maduro sanctionnés par l'UE - avec interdiction de voyager et gel des avoirs sur le territoire de l'Union.

«Ces mesures ciblées sont conçues pour ne pas avoir d'effets humanitaires négatifs ou de conséquences involontaires sur la population vénézuélienne, et peuvent être annulées», précise le communiqué. «Les personnes ajoutées à la liste sont responsables, notamment, de l'atteinte aux droits électoraux de l'opposition et au fonctionnement démocratique de l'Assemblée nationale, ainsi que de graves violations des droits de l'homme et de restrictions des libertés fondamentales», est-il souligné.

Deux députés de la nouvelle assemblée nationale «non démocratiquement élue», José Bernabé Gutierrez Parra, dirigeant du parti «Accion Democratica» et Jose Dionisio Brito Rodriguez, dirigeant du parti «Primero Justicia», sont au nombre des personnalités sanctionnées. L'UE a également sanctionné Omar Jose Prieto, gouverneur de l'État de Zulia, le commandant des forces armées Remigio Ceballos Ichaso, et trois responsables du Conseil électoral, dont sa présidente Indira Maira Alfonzo Izaguirre.