Un accord avec la Suisse permet le recouvrement d'avoirs

 
  
  • Signature d'un protocole d'accord entre l'Angola et la Suisse dans le domaine de la justice
  • Ministro das Relações Exteriores, Tete António
  • Embaixador da Suíça em Angola, Nicolas Herbert
  • Procurador-Geral da República, Hélder Pitta Groz
  • Signature d'un protocole d'accord entre l'Angola et la Suisse dans le domaine de la justice
  • Logo du bureau du Procureur Général de la République (PGR)
Luanda – La République d'Angola et le Conseil fédéral suisse ont signé, ce lundi, à Luanda, un protocole d'accord visant à faciliter la récupération des avoirs illégalement sortis des caisses de l'État angolais et déposés dans ce pays européen.

L'accord a été signé par le procureur général de la République, Hélder Fernando Pitta Grós, et par l'ambassadeur de la Confédération suisse en Angola, Nicolas Herbert Lang.

Selon le procureur général, l'accord prévoit une coopération dans les domaines de la notification des actes judiciaires, de la collecte des déclarations, des perquisitions, de la transmission spontanée d'informations, du recouvrement effectif des avoirs et du gel des avoirs.

Il a déclaré que le recouvrement d'avoirs était l'une des principales priorités de la politique pénale de l'État angolais.

A son tour, l'ambassadeur de la Confédération suisse a exprimé l'intérêt de son pays à contribuer à lutter contre la criminalité financière, notamment les malversations, les pots-de-vin et le blanchiment d'argent, commis aux dépens de l'Etat et au détriment du peuple.

Il a expliqué que la loi suisse stipule que l'argent d'origine illégale, pour autant qu'il soit prouvé, doit être restitué dans le cadre d'une procédure d'aide judiciaire.

Le diplomate a assuré qu'avec ce protocole, il deviendra plus difficile de profiter de la corruption et d'autres actes criminels, tant en Angola qu'en Suisse.

Il a indiqué que la place financière suisse, avec plus de 250 banques et 200 compagnies d'assurance, continue d'être le leader mondial dans la gestion de fortunes d'environ 2,5 billions de dollars d'actifs transfrontaliers.

Il a souligné le fait qu'aucun autre pays n'a jusqu'à présent renvoyé plus de fonds illicites aux pays d'origine que la Suisse.

Selon Nicolas Herbert Lang, en Suisse il n'y a plus de comptes bancaires anonymes et le secret des clients des banques étrangères a été aboli, ajoutant que son pays maintient un échange automatique d'informations sur les comptes financiers avec 75 Etats partenaires.

Pour le ministre de la Justice et des Droits de l'Homme, Francisco Queiróz, l'accord signé, après deux ans de négociations, permettra à l'État angolais de récupérer davantage d'avoirs détournés.

Pour le ministre des Relations Extérieures, Téte António, a dit que la coopération avec la Suisse est exemplaire et que des accords avec d'autres pays pourraient également être signés chaque fois qu'ils se justifient.

De 2019 à 2020, le Service national de recouvrement des avoirs (SNRA) du Bureau du procureur général a récupéré plus de cinq milliards de dollars américains (USD) au profit de l'État angolais, en biens et en argent.

En décembre 2020, à l'occasion de la cérémonie de présentation des vœux de fin d'année, Hélder Pitta Gróz a révélé que le SNRA avait demandé à ses homologues de saisir des avoirs et de l'argent pour un montant de 5 milliards 434 millions 100 mille USD, citant des pays tels que Suisse, Pays-Bas, Luxembourg, Portugal, Royaume-Uni, Singapour et Bermudes.

L'accord a été signé par le procureur général de la République, Hélder Fernando Pitta Grós, et par l'ambassadeur de la Confédération suisse en Angola, Nicolas Herbert Lang.

Selon le procureur général, l'accord prévoit une coopération dans les domaines de la notification des actes judiciaires, de la collecte des déclarations, des perquisitions, de la transmission spontanée d'informations, du recouvrement effectif des avoirs et du gel des avoirs.

Il a déclaré que le recouvrement d'avoirs était l'une des principales priorités de la politique pénale de l'État angolais.

A son tour, l'ambassadeur de la Confédération suisse a exprimé l'intérêt de son pays à contribuer à lutter contre la criminalité financière, notamment les malversations, les pots-de-vin et le blanchiment d'argent, commis aux dépens de l'Etat et au détriment du peuple.

Il a expliqué que la loi suisse stipule que l'argent d'origine illégale, pour autant qu'il soit prouvé, doit être restitué dans le cadre d'une procédure d'aide judiciaire.

Le diplomate a assuré qu'avec ce protocole, il deviendra plus difficile de profiter de la corruption et d'autres actes criminels, tant en Angola qu'en Suisse.

Il a indiqué que la place financière suisse, avec plus de 250 banques et 200 compagnies d'assurance, continue d'être le leader mondial dans la gestion de fortunes d'environ 2,5 billions de dollars d'actifs transfrontaliers.

Il a souligné le fait qu'aucun autre pays n'a jusqu'à présent renvoyé plus de fonds illicites aux pays d'origine que la Suisse.

Selon Nicolas Herbert Lang, en Suisse il n'y a plus de comptes bancaires anonymes et le secret des clients des banques étrangères a été aboli, ajoutant que son pays maintient un échange automatique d'informations sur les comptes financiers avec 75 Etats partenaires.

Pour le ministre de la Justice et des Droits de l'Homme, Francisco Queiróz, l'accord signé, après deux ans de négociations, permettra à l'État angolais de récupérer davantage d'avoirs détournés.

Pour le ministre des Relations Extérieures, Téte António, a dit que la coopération avec la Suisse est exemplaire et que des accords avec d'autres pays pourraient également être signés chaque fois qu'ils se justifient.

De 2019 à 2020, le Service national de recouvrement des avoirs (SNRA) du Bureau du procureur général a récupéré plus de cinq milliards de dollars américains (USD) au profit de l'État angolais, en biens et en argent.

En décembre 2020, à l'occasion de la cérémonie de présentation des vœux de fin d'année, Hélder Pitta Gróz a révélé que le SNRA avait demandé à ses homologues de saisir des avoirs et de l'argent pour un montant de 5 milliards 434 millions 100 mille USD, citant des pays tels que Suisse, Pays-Bas, Luxembourg, Portugal, Royaume-Uni, Singapour et Bermudes.