Angola: 45 ans de diplomatie

  • Le drapeau angolais
  • Angop 31356 Largo 1o De Maio
Luanda - L'insertion de l'Angola dans le concert des nations et sa contribution à l'élimination des foyers de tension et de conflits armés, l’attraction des investissements étrangers et la défense du multilatéralisme dans les relations internationales sont quelques-uns des axes qui ont marqué l'activité politico-diplomatique du pays, dans ses 45 ans d'indépendance.

 

 

Par Rui Vasco de l’ANGOP

 

L'Angola a accumulé de l’expérience pour son insertion ferme et reconnue dans le monde, l'approfondissement des relations bilatérales et multilatérales avec tous les pays, le renforcement de la coopération scientifique et technique pour le développement, dans des conditions justes et mutuellement avantageuses, ainsi que privilégier le dialogue et la diplomatie au détriment des positions musclées.

 

Au cours de ses 45 années d'existence, l'Angola a eu une diplomatie très active et respectée. Il a conquis, à son mérite, une place de premier plan avec des résultats reconnus, notamment deux fois membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies et deux mandats au Secrétariat exécutif de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), par exemple.

 

Dans son programme diplomatique, l'Angola a toujours coopéré avec la Communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme et les réseaux criminels, le blanchiment d'argent, le trafic d'êtres humains et de substances psychotropes et les principales endémies.

 

D'autres points forts du programme diplomatique de l'Angola sont la prise de mesures concrètes pour lutter contre le réchauffement global et le changement climatique, la gestion de dossiers sensibles liés aux traités internationaux de non-prolifération des armes nucléaires et la réforme des Nations Unies (ONU).

 

Les réformes à l'ONU, défendues par l'Angola, visent à rendre l'organisation plus équilibrée et plus juste, en ce qui concerne la représentation de tous les continents en tant que membres permanents de son Conseil de sécurité, afin de mieux refléter la réalité géopolitique et économique mondiale actuelle.

 

En particulier, l'Angola défend la position africaine, qui revendique deux sièges permanents pour l'Afrique, au Conseil de sécurité.

 

L’une des préoccupations permanentes de l’ordre du jour angolais est l’existence de conflits. Dans ce domaine, l'Angola défend la résolution des mêmes par la voie pacifique et le dialogue, en même temps qu'il s'efforce pour un monde plus juste, avec la paix et la sécurité. De l'expérience en la matière, a résulté l’émergence de la «doctrine angolaise de résolution des conflits».

 

Dans cette perspective, l'Angola cherche à centrer son action sur la promotion d'un agenda international de prévention et de résolution des conflits dans le monde, en s'appuyant sur son expérience nationale et son leadership, en particulier dans un contexte où le pays présidait la Conférence internationale sur la région de Grands Lacs.

Toujours dans le cadre du rétablissement de la paix et de la réconciliation nationale, de l'intégration et de l'inclusion sociale et des efforts et initiatives de paix, l'Angola transmet son expérience en République démocratique du Congo, au Burundi, en République Centrafricaine et au Soudan du Sud.

 

Dans son discours d'investiture, le 26 septembre 2017, le Président de la République, João Lourenço, a déclaré que l'Angola va continuer de lutter pour le maintien de relations d’amitié et de coopération avec tous les pays et peuples du monde, sur la base de principes de non-ingérence dans les affaires intérieures et de réciprocité des avantages, pour sauvegarder la paix, la justice et le progrès de l'humanité.

 

 

Insertion mondiale, continentale et régionale

 

Depuis la proclamation de son indépendance nationale, le 11 novembre 1975, la diplomatie angolaise a toujours été caractérisée par une performance remarquable, intégrant les principales organisations politiques, économiques, financières et autres, à caractère mondial, continental et régional.

 

Ainsi, l'Angola entretient des relations diplomatiques avec plus de 150 pays et est membre à part entière des Nations Unies (ONU) et des différentes agences spécialisées qui composent son système, de l'Union africaine et les organisations régionales.

 

La diplomatie angolaise privilégie les relations avec les pays voisins, à savoir la République démocratique du Congo (RDC), la Zambie et la Namibie et la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), qui sont importantes pour la défense, la sécurité et le développement régional de l’Afrique australe, les pays africains de langue officielle portugaise (PALOP), l'Union africaine (UA), ainsi que la défense d'une politique de rapprochement avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), en raison, entre autres, des relations historiques avec l'un de ses membres, la Guinée-Bissau.

 

Dans le cadre de la concertation politico-diplomatique et économique et de l'intégration régionale, l'Angola intègre la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), le Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), la Commission du golfe de Guinée (CGG), la Zone de paix et de coopération de l'Atlantique Sud (ZOPACAS), les Pays africains de Langue officielle portugaise (PALOP) et le Groupe Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP).

 

Il est important de souligner que les ambassadeurs angolais Gilberto Veríssimo et Georges Chikoti sont respectivement président de la Commission de la CEEAC et secrétaire général du groupe ACP.

 

Le fait que l'actuel ministre des Affaires étrangères, l'ambassadeur Tete António, ait été conseiller du Président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, et Observateur permanent de l'Union africaine auprès des Nations Unies, est également pertinent.

Actuellement, 19 agences du système des Nations Unies sont représentées dans le pays, dont le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut-commissariat pour les réfugiés  (UNHCR) et les Organisations pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et Mondiale de la santé (OMS).

 

L'Angola est également membre des Commissions des droits de l'homme et des peuples de l'Union africaine et des droits de l'homme des Nations Unies, de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), de l'Association des producteurs africains de pétrole (APPA), de la Banque mondiale (BM) ) et de la Banque Africaine du Développement (BAD), du Fonds monétaire international (FMI) et de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

En ratifiant certains instruments importants, l'Angola a commencé à participer régulièrement aux activités des Parlements de l'Union africaine et de la SADC, ayant également ratifié les protocoles de libre-échange en Afrique et de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

 

En vue de contribuer à la résolution de questions transversales d'intérêt mondial, le pays a ratifié ou adhéré à plusieurs instruments juridiques liés au changement climatique, à savoir l'Accord de Paris et le Protocole de Kyoto, ainsi que l'Amendement de Kigali au Protocole de Montréal (protection de la couche d'ozone).

 

Il a ratifié et/ou adhéré, entre autres, aux Conventions sur les droits de l'homme, sur la réduction des cas d'apatridie, sur le statut des apatrides, sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, contre la torture et autres formes de traitement cruel, inhumain ou dégradant, le Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits civils et politiques en vue de l'abolition de la peine de mort.

 

 

D'autres sont le Protocole sur le droit humanitaire (désarmement), le Protocole II additionnel aux Conventions de Genève, sur la protection des victimes des conflits armés non internationaux, et le Centre international de génie génétique et de biotechnologie, tandis que, dans le domaine de la culture, l’Angola a adhéré au Protocole sur le Patrimoine culturel immatériel.

 

 

L'un des succès de la diplomatie culturelle angolaise a été l'élévation du centre historique de Mbanza Kongo au patrimoine culturel de l'humanité, par l'UNESCO, en juillet 2017, lors de la quarante et unième réunion de sa Commission de patrimoine mondial, tenue en Pologne.

 

Accords bilatéraux

 

Dans le cadre bilatéral, sur 45 ans, des accords ont été signés dans différents domaines, parmi lesquels se distinguent ceux concernant la suppression et la facilitation des visas avec l'Afrique du Sud, la Guinée-Bissau, le Brésil, Cuba, la Chine, l'Espagne et la Russie, la Suisse, le Vietnam, la Corée du Sud, la France, les Pays-Bas, l’Italie, le Portugal, Sao Tomé et Principe, la Namibie, la Côte d'Ivoire, la Zambie, la Guinée équatoriale, le Cap-Vert, la République du Congo et le Mozambique.

 

Pour éviter la double imposition et prévenir l'évasion et la fraude fiscales, des accords sont également signés avec certains pays, en l’occurrence le Portugal et les Émirats arabes unis.

 

L'histoire de la diplomatie angolaise comprend également des accords de défense avec l'Afrique du Sud, le Cap-Vert, le Congo, la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, le Mozambique, la Namibie, la Zambie, le Zimbabwe, le Brésil, Cuba, les États-Unis d'Amérique, la Chine, la Corée du Sud, le Timor oriental, l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie, le Portugal, la Russie et la Serbie.

 

Dans le domaine de la sécurité et de l'ordre public, il existe des accords avec le Cap-Vert, la Guinée équatoriale, le Congo, le Mozambique, la Namibie, Sao Tomé et Principe, la Côte d'Ivoire, la Zambie, le Zimbabwe, l'Afrique du Sud, la Guinée-Bissau, le Brésil, Cuba, la Chine , le Vietnam, la Corée du Sud, le Timor oriental, la France, les Pays-Bas, l’Italie, le Portugal et la République démocratique du Congo.

 

En matière de justice, il existe des accords d'extradition, de transfèrement des personnes condamnées et d'assistance juridique avec la Namibie, le Cap-Vert, Sao Tomé et Príncipe, la Zambie, le Brésil, Cuba, les États-Unis d'Amérique, l'Allemagne, le Portugal, la Russie et la Chine.

 

Il convient de noter que, avec la France et la Russie, des accords sont signés respectivement sur l’utilisation du système d’observation de la Terre et sur l’utilisation de l’espace extérieur à des fins pacifiques.

 

Diplomatie économique

 

De nos jours, la diplomatie économique est sans aucun doute l'un des aspects les plus importants de la politique étrangère angolaise, visant à promouvoir les relations commerciales aux niveaux bilatéral, régional et multilatéral, à promouvoir l'image du pays à l'étranger, à exporter des marchandises et les services et attirer les investissements directs étrangers.

 

Entre 2018 et 2019, le Président de la République a misé sur une diplomatie économique agressive et réussie, en effectuant des visites d'État et de promotion et d’attraction d’investissements aux États-Unis d'Amérique, en République populaire de Chine, en Fédération de Russie, au Japon, en Allemagne, au Portugal, en France, en Italie, en Afrique du Sud, au Rwanda, aux Emirats Arabes Unis et au Qatar.

 

Cette offensive s’est accompagnée de la participation à de grands forums économiques mondiaux, tels que le Japon (TICAD), la Chine (Forum Chine-Afrique), la Suisse (Forum économique mondial de Davos) et la Côte d’Ivoire (Sommet Union africaine-Union européenne).

 

Il a également été au Parlement européen, à Bruxelles (Belgique), à l'Assemblée générale des Nations Unies, en 2018 et 2019, aux sommets annuels de l'Union africaine et de la SADC et à la CPLP, au Cap-Vert, en 2018.

 

L'Angola a signé des accords de promotion et de protection réciproque des investissements avec l'Afrique du Sud, le Cap-Vert, le Congo, la Guinée-Bissau, le Mozambique, la Namibie, São Tomé et Príncipe, le Brésil, Cuba, les États-Unis, l'Allemagne, l'Espagne, la France, le Royaume-Uni, l'Italie , les Pays-Bas, le Portugal, la Russie, la Suisse, les Emirats Arabes Unis, l’Israël et le Qatar.

 

L'Afrique du Sud, la République démocratique du Congo, la Zambie, l'Argentine, les Pays-Bas, le Portugal, le Cap-Vert et la Namibie sont les pays avec lesquels l'Angola a des accords d'assistance douanière.

 

Guerre et diplomatie

 

La bataille de Cuito Cuanavale est considérée comme le plus grand symbole de la résistance angolaise contre l'armée du régime d' «apartheid », qui était en vigueur en Afrique du Sud, et son résultat a été décisif, du point de vue politico-diplomatique, dans l'ensemble des changements qui se sont produits en Afrique australe.

 

En effet, les dissoutes Forces armées populaires pour la libération de l'Angola (FAPLA, désignation de l'armée angolaise, jusqu'à la création des Forces armées angolaises - FAA, en octobre 1991, conformément aux accords de Bicesse), soutenues par les forces militaires cubaines, ont vaincu l'armée sud-africaine, le 23 mars 1988 et aujourd'hui, ce jour est célébré comme jour férié dans tous les pays membres de la SADC.

 

Les résultats de la bataille de Cuito Cuanavale ont détruit le mythe de la prétendue supériorité et invincibilité du régime de «l'apartheid», contraint de négocier, de libérer Nelson Mandela et d'accepter l'inévitable montée au pouvoir des représentants de la majorité noire sud-africaine.

 

Du point de vue diplomatique, la victoire de la coalition de l'armée angolaise avec les forces cubaines a "forcé" les représentants de l'apartheid à céder et à signer les accords de New York, sous la médiation des États-Unis d'Amérique, en décembre 1988, aboutissant à l'indépendance de la Namibie, à la démocratisation de la société sud-africaine et à la paix en Angola.

 

José Eduardo dos Santos, alors Président de la République, a déclaré, en avril 2010, dans un hommage aux participants à l'affrontement militaire, que «la bataille de Cuito Cuanavale a eu une répercussion indéniable sur tout le continent et constitue une référence incontournable dans l'affirmation de l'identité et de la dignité des peuples africains ».

 

 

 «Doctrine angolaise de résolution des conflits»

 

Le spécialiste des relations internationales africaines, Mário Augusto, dans son livre «Les conflits en Afrique et l'expérience de l'Angola dans leur résolution», réaffirme que la paix, la stabilité et le développement sont les priorités stratégiques de la politique étrangère angolaise, basée sur le respect pour la souveraineté, l'égalité et l'intégrité territoriale des États et une coopération mutuellement avantageuse.

 

À la suite de la douloureuse expérience de guerre, qui a encore de graves répercussions sur la vie du pays et de ses habitants actuellement, l'ancien Président de la République, José Eduardo dos Santos, a défini les trois piliers de la «Doctrine angolaise de résolution des conflits» désormais reconnue.

 

Dans le premier pilier, il est défini que la règle de la résolution des conflits doit être le dialogue et le débat franc et ouvert, comme moyen d’obtenir le consensus, en respectant l'effort qui doit être déployé pour la défense des droits, libertés et garanties des citoyens d'un pays.

 

Dans le second, les problèmes qui génèrent des conflits ne doivent pas être résolus par une confrontation violente, mais par des consultations et des négociations permanentes, aboutissant à un accord qui répond aux aspirations des parties impliquées et respecte les intérêts nationaux supérieurs, tels que la souveraineté, l'unité, l'intégrité de la nation et le respect de la dignité humaine.

 

Une réconciliation sincère entre les citoyens, un pardon mutuel, un effort continu de confiance, une acceptation mutuelle qui conduit à une pacification des esprits et un sentiment de plus grande «complicité nationale» constituent le troisième pilier de la «doctrine angolaise de résolution des conflits».

 

Cette doctrine fait partie des références positives, conduisant l'Angola à être l'un des pays les plus respectés de la diplomatie africaine, un mérite consolidé en 45 ans, en développant une politique diplomatique de respect mutuel et d'avantages réciproques, de bon voisinage et d'application des normes des traités internationaux desquels il fait partie ou qu’il rejoint.

 

De 1975 à 2002, l'Angola a réalisé de nombreuses et intenses actions diplomatiques, qui ont abouti à la signature de plusieurs accords et engagements pour le rétablissement de la paix, la réconciliation nationale et la stabilité dans certains pays africains.

 

«Maux de tête» appelé Guinée-Bissau

 

L'une des «frustrations» de la diplomatie angolaise, au cours des 45 années d'indépendance, est sans aucun doute la gestion du problème complexe que vit encore aujourd'hui la Guinée-Bissau, pays indépendant depuis le 24 septembre 1974 et avec une histoire très tragique.

 

En fait, son histoire est marquée par des coups d'État, survenus en 1980, 2003 et 2012, ainsi que par des révoltes militaires, qui ont entraîné la mort d'un Président de la République, un candidat à la présidentielle, de trois chefs d'état-major et de plusieurs autres autorités militaires et civiles.

 

La Guinée-Bissau a des problèmes profonds qui affectent une bonne partie de sa classe politique et militaire. L'augmentation du trafic de drogue dans le pays affecte non seulement les pays voisins, mais toute la région, avec des conséquences sur la stabilité et la sécurité régionales.

 

Par conséquent, dans un effort de solidarité bilatérale, l'Angola a proposé d'apporter son soutien à la réforme du secteur de défense et sécurité, mais il a échoué, car les militaires de ce pays ne consentent pas à céder le pouvoir qu'ils détiennent dans le pays, d'une manière «instrumentalisée» par des politiciens.

 

En fait, la tentative de l'Angola, avec la Mission d'assistance technico-militaire de l'Angola (MISSANG), qui consacrait une solution éminemment bilatérale, par la réforme indispensable du secteur de la défense et de la sécurité, a échoué, avec la consommation d'un coup d'État militaire, qui a eu lieu le 12 avril 2012.

 

La MISSANG était le résultat d'un accord de coopération bilatérale signé entre les gouvernements des deux pays, qui comprenait un programme d'aide financière pour le budget de la Guinée-Bissau et un protocole de coopération technico-militaire, pour soutenir la réforme du secteur de défense et sécurité.

 

Les États membres de la CPLP, réunis lors du Sommet des Chefs d'État, à Luanda, le 22 juillet 2010, et après d'intenses consultations avec leurs partenaires de la CEDEAO, ont approuvé une feuille de route pour la mise en œuvre du programme de réforme du secteur de défense et sécurité. La solidarité de la CPLP avec la Guinée-Bissau est permanente et active.

 

Il n'a pas non plus été possible de mettre en œuvre la feuille de route susmentionnée, incluse dans un mémorandum d'entente tripartite entre le gouvernement de la Guinée-Bissau, la CEDEAO et la CPLP, faisant passer la diplomatie angolaise à une approche multilatérale au soutien de la stabilisation de la Guinée-Bissau.

 

Actuellement, l'approche multilatérale du dossier toujours difficile et imprévisible de la Guinée-Bissau se fait à travers le mécanisme P-5, qui implique l'ONU, l'Union africaine, la CPLP, la CEDEAO et l'Union européenne, avec l'Angola, comme tous les membres de la CPLP et la communauté internationale, souhaitant voir ce pays respecter les principes de la coexistence démocratique et des bonnes pratiques de gouvernance, avec stabilité et développement.

 

Communauté des pays de langue portugaise (CPLP)

 

La CPLP, créée le 17 juillet 1996, à Lisbonne, Portugal, réunit présentement ses neuf États membres (Angola, Brésil, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Mozambique, Portugal, Sao Tomé et Principe et Timor Est) pour les liens linguistiques et le partage des héritages historiques et culturels, cimentés par une coopération multiforme entre eux.

 

Fondés sur des liens historiques et fraternels, les objectifs généraux de la CPLP sont la concertation politique et diplomatique et la coopération entre ses États membres, ainsi que la promotion et la diffusion de la langue portugaise.

 

L'Angola, qui assumera la présidence de l'organisation en 2021, joue un rôle actif dans la promotion et la diffusion de la langue portugaise, partant de la reconnaissance de la responsabilité de la CPLP de faire de la langue commune un instrument de projection collective et une contribution à l'insertion internationale des ses États membres et pour le développement économique, social et culturel de leurs peuples respectifs.

 

Sans aucun doute, la CPLP reste une organisation à caractère essentiellement culturel, basée sur la langue commune, et continue d'avoir dans la culture l'un des axes fondamentaux de son action. Ce facteur peut également stimuler et accroître la coopération intracommunautaire, en mettant l'accent sur le thème actuel: la mobilité entre les États membres.

 

L'Angola assumera la présidence de l'organisation en 2021, avec le dossier de la mobilité entre les États membres parmi les priorités. En raison de la pandémie du Covid-19, le pays n'a pas assumé la présidence de la CPLP cette année.

 

Il est important de se rappeler que la CPLP n’est pas un espace d’intégration économique, sociale et politique, notamment parce que chacun de ses États membres est déjà inséré dans des zones d’intégration en Afrique, en Europe, en Amérique et en Asie.

 

La diplomatie angolaise continue de défendre l'affirmation de la CPLP en tant qu'espace de concertation politique et d'actions de solidarité, de promotion de la coopération économique, scientifique et technique et des échanges culturels et sportifs et d’approfondissant de la connaissance mutuelle des peuples respectifs.

 

 

Commission du Golfe de Guinée

 

Le pays abrite le siège de la Commission du Golfe de Guinée, une organisation dont la création est le résultat d'un traité signé à Libreville (capitale du Gabon), le 3 juillet 2001, par l'Angola, le Congo, le Gabon, le Nigéria et Sao Tomé et Principe. En 2008, le Cameroun, la République démocratique du Congo et la Guinée équatoriale ont rejoint l'organisation.

 

Le principal défi de l'organisation est de maintenir le Golfe de Guinée une zone de paix, de stabilité, de concertation et de coopération, valorisant ses immenses ressources et les transformant en facteurs de développement économique et de promotion du bien-être et du progrès social des peuples de la région.

 

Les dirigeants de la région sont alignés pour travailler dans un esprit d'entraide, de solidarité mutuelle et de complémentarité, pour faire du Golfe de Guinée une zone de paix et de sécurité dans l'Atlantique Sud, ainsi que pour contribuer à la promotion du commerce international.

 

En Angola, un centre de communication est installé, dans le cadre du travail conjoint des pays de la région du Golfe de Guinée, pour lutter contre la piraterie, la pêche et l'immigration illégale et maintenir la sécurité dans la région.

 

Faits pertinents avant l'indépendance

 

Avant l'indépendance nationale, il y a eu des actions diplomatiques qui ont contribué à confirmer la détermination des Angolais à se libérer du joug colonial.

 

Parmi les actions menées par les nationalistes angolais, dans les couloirs les plus variés de la diplomatie mondiale, une référence particulière à l'audience accordée par le Pape Paul VI, le 1er juillet 1970, à trois dirigeants des mouvements de libération des colonies portugaises d'alors en Afrique, en marge de la Conférence de solidarité avec les peuples des colonies portugaises, qui a eu lieu quelques jours avant la réunion, du 27 au 29 juin.

 

Amílcar Cabral, du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), Agostinho Neto, du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), et Marcelino dos Santos, l'un des membres de la «troïka» qui dirigeait le Front de libération du Mozambique (FRELIMO), après l'assassinat de son fondateur, Eduardo Mondlane, en 1969, à Dar es Salaam (République-Unie de Tanzanie).

 

L'événement a sapé les relations diplomatiques déjà troublées entre le Portugal et le Saint-Siège. À titre d'exemple, les autorités portugaises, à l'époque, ont coupé la référence au droit à l'autodétermination des peuples de l'encyclique "Pacem in Terris", du Pape Jean XXIII.

 

Selon les rapports de cette époque, un autre événement a marqué par le négatif, dans la perspective du gouvernement portugais, ses relations avec le Vatican. C'était la communication du cardinal Agostino Casaroli à l'ambassadeur du Portugal auprès du Saint-Siège, Eduardo Brazão, le 10 mars 1970, que le premier évêque noir d'une colonie portugaise, Mgr Eduardo André Muaca, serait nommé évêque auxiliaire du diocèse de Luanda.

 

La présidente de l'Association italienne des amis de la «Présence Africaine», la journaliste Marcella Glisenti, a été la principale organisatrice de la rencontre entre les trois leaders indépendants africains et Paulo VI, préparé «méticuleusement et secrètement, pour échapper à la surveillance de la Police politique portugaise».

 

La préparation de la rencontre a également impliqué l'archevêque de Conakry, Raymond Marie Tchidimbo, qui a considéré la tenue de l'audience comme une «occasion unique» pour la reconnaissance, par l'Église catholique, des «justes droits à la dignité et à l'autodétermination des peuples Africains ».

 

Détail important et diplomatique: l'audience privée du Pape aux trois dirigeants africains, accompagnés de Marcella Glisenti, a eu lieu à Sala dos Paramentos, où les ambassadeurs étrangers ont été officiellement reçus.

 

Il n’est pas de la connaissance du public un enregistrement photographique ou écrit de la réunion, mais on sait que le Pape a recommandé aux dirigeants africains d'utiliser des moyens pacifiques pour parvenir à leurs fins, distribuant à chacun d'eux des exemplaires de l'encyclique «Populorumprogressio» (1967) et a fait ses adieux en disant à Amílcar Cabral: «Je prie pour vous!».

 

La revue catholique «Informations Catholiques Internationales» réclame un autre titre attribué au Pape Paul VI: «L'Eglise est du côté des pays qui souffrent».

 

Vingt-cinq ans après la rencontre, Marcelino dos Santos a rappelé, dans une interview au journal portugais «Expresso», en juillet 1995, que les trois dirigeants africains avaient déclaré au Pape Paul VI qu'ils luttaient pour la paix, contre le régime colonial et fasciste, et qu’ils avaient appelé Sa Sainteté à défendre auprès du Portugal le droit des colonies portugaises à l'indépendance.

 

Une référence à la figure d'António Manuel Nvunda, dit «O Negrita», aujourd'hui considéré comme un précurseur de la diplomatie angolaise moderne, devenu célèbre au XVe siècle (1604-1608) en tant qu'émissaire/ambassadeur du royaume du Kongo au Vatican.

 

Après l'arrivée des Portugais, le royaume de Kongo s'est converti au christianisme et c'est dans ce contexte que le prince António Manuel Nvunda a été envoyé à Rome comme ambassadeur, par Mgr Álvaro II, roi du Royaume du Kongo, pour établir des relations avec le Saint-Siège.

 

L'histoire enregistre Nsaku Ne Vunda (nom baptisé António Manuel Nvunda) en tant que premier ambassadeur de l'ancien Royaume du Kongo auprès du Saint-Siège, fait reconnu par le pape émérite Benoît XVI en 2007, lors d'une audience publique sur la place Saint Pierre, à la Cité du Vatican.

 

Ayant quitté Mbanza Kongo, capitale de l'ancien Royaume du Kongo, Nsaku Ne Vunda arrive à Rome le 3 janvier 1608, après quatre ans de voyage, en très mauvaise santé, après un voyage très long et extrêmement difficile, étant tombé gravement malade.

 

Installé au Vatican, il a reçu toute l'assistance possible, mais il meurt dans la nuit du 5 au 6 janvier de la même année, malgré les efforts personnels du Pape Paul V, qui a recouru à son médecin personnel pour assister le visiteur.

 

Les relations diplomatiques entre l'Angola et le Vatican ont été établies le 8 juillet 1997, avec la nomination du premier ambassadeur non résident auprès du Saint-Siège, DomingosQuiosa, accrédité le 7 février 1998, et le 13 septembre 2019, les deux États ont signé un accord-cadre qui reconnaît la personnalité juridique de l'Église catholique en Angola.

 

La facette d'Agostinho Neto en tant que diplomate

 

Agostinho Neto, le fondateur de la Nation angolaise, est reconnu comme un homme politique, poète et homme d'État de prestige national, régional et international, dont le parcours et l’œuvre sont marqués par des actions politiques et diplomatiques considérées comme décisives pour la conquête de l'indépendance nationale et, aussi, en faveur de la libération d'autres peuples, en particulier dans la région de l'Afrique australe.

 

En août 1978, lors d'une réunion avec les ambassadeurs angolais, Agostinho Neto a défendu que «elle n’a aucun sens, elle n’est pas complète l'idée de parvenir à la liberté économique et sociale, sans apporter une contribution positive à la libération politique des autres peuples. Il serait contradictoire, ce serait trahir l'intérêt des classes ouvrières du monde d’adopter la position d’égoïsme ou de nationalisme étroit ».

 

L'intense activité diplomatique d'Agostinho Neto a empêché que la lutte du peuple angolais soit isolée et la reconnaissance de l'Angola dans le monde soit une réalité, malgré les barrières soulevées par les intérêts géopolitiques et stratégiques, dérivés de la «guerre froide», engendrée par les blocs mondiaux : le capitalisme/impérialisme et le socialisme/communisme.

 

Les citations «L'Angola est et sera, de son la volonté propre, une tranchée solide de la révolution en Afrique» et «En Namibie, au Zimbabwe et en Afrique du Sud, c'est la continuation de notre lutte» traduisent clairement la «vision de la diplomatie pragmatique» d'Agostinho Neto, tel que défini par le spécialiste des relations internationales, Belarmino Van-Dúnem.

 

Et, au cours des 45 années d'indépendance, le rôle de l'Angola a été crucial pour mettre fin au régime d'apartheid raciste en Afrique du Sud et pour obtenir l'indépendance du Zimbabwe le 18 avril 1980 et de la Namibie, le 21 mars 1990.

 

Selon Belarmino Van-Dúnem, dans les années 90, la conjoncture politique des relations internationales change avec la fin du conflit Est-Ouest, ouvrant une nouvelle ère qui fait de l'Angola un pays «pivot» de la paix et de la stabilité sur le continent africain.

 

L'Angola doit continuer à se concentrer sur la pratique d'une diplomatie active et attentive, qui œuvre pour garantir la stabilité politique, consolider la paix, la sécurité du pays et de ses citoyens, promouvoir un développement durable et diversifié, ainsi que lutter contre les inégalités et les injustices dans le monde.

 

Enfin, le pays est un facteur important de paix et de stabilité régionale et doit continuer à contribuer, au niveau des sous-régions auxquelles il appartient, de l'Union africaine et des Nations Unies, pour la préservation et le rétablissement de la paix, de la stabilité et de la sécurité universelles.

 

 

Par Rui Vasco de l’ANGOP

 

L'Angola a accumulé de l’expérience pour son insertion ferme et reconnue dans le monde, l'approfondissement des relations bilatérales et multilatérales avec tous les pays, le renforcement de la coopération scientifique et technique pour le développement, dans des conditions justes et mutuellement avantageuses, ainsi que privilégier le dialogue et la diplomatie au détriment des positions musclées.

 

Au cours de ses 45 années d'existence, l'Angola a eu une diplomatie très active et respectée. Il a conquis, à son mérite, une place de premier plan avec des résultats reconnus, notamment deux fois membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies et deux mandats au Secrétariat exécutif de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), par exemple.

 

Dans son programme diplomatique, l'Angola a toujours coopéré avec la Communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme et les réseaux criminels, le blanchiment d'argent, le trafic d'êtres humains et de substances psychotropes et les principales endémies.

 

D'autres points forts du programme diplomatique de l'Angola sont la prise de mesures concrètes pour lutter contre le réchauffement global et le changement climatique, la gestion de dossiers sensibles liés aux traités internationaux de non-prolifération des armes nucléaires et la réforme des Nations Unies (ONU).

 

Les réformes à l'ONU, défendues par l'Angola, visent à rendre l'organisation plus équilibrée et plus juste, en ce qui concerne la représentation de tous les continents en tant que membres permanents de son Conseil de sécurité, afin de mieux refléter la réalité géopolitique et économique mondiale actuelle.

 

En particulier, l'Angola défend la position africaine, qui revendique deux sièges permanents pour l'Afrique, au Conseil de sécurité.

 

L’une des préoccupations permanentes de l’ordre du jour angolais est l’existence de conflits. Dans ce domaine, l'Angola défend la résolution des mêmes par la voie pacifique et le dialogue, en même temps qu'il s'efforce pour un monde plus juste, avec la paix et la sécurité. De l'expérience en la matière, a résulté l’émergence de la «doctrine angolaise de résolution des conflits».

 

Dans cette perspective, l'Angola cherche à centrer son action sur la promotion d'un agenda international de prévention et de résolution des conflits dans le monde, en s'appuyant sur son expérience nationale et son leadership, en particulier dans un contexte où le pays présidait la Conférence internationale sur la région de Grands Lacs.

Toujours dans le cadre du rétablissement de la paix et de la réconciliation nationale, de l'intégration et de l'inclusion sociale et des efforts et initiatives de paix, l'Angola transmet son expérience en République démocratique du Congo, au Burundi, en République Centrafricaine et au Soudan du Sud.

 

Dans son discours d'investiture, le 26 septembre 2017, le Président de la République, João Lourenço, a déclaré que l'Angola va continuer de lutter pour le maintien de relations d’amitié et de coopération avec tous les pays et peuples du monde, sur la base de principes de non-ingérence dans les affaires intérieures et de réciprocité des avantages, pour sauvegarder la paix, la justice et le progrès de l'humanité.

 

 

Insertion mondiale, continentale et régionale

 

Depuis la proclamation de son indépendance nationale, le 11 novembre 1975, la diplomatie angolaise a toujours été caractérisée par une performance remarquable, intégrant les principales organisations politiques, économiques, financières et autres, à caractère mondial, continental et régional.

 

Ainsi, l'Angola entretient des relations diplomatiques avec plus de 150 pays et est membre à part entière des Nations Unies (ONU) et des différentes agences spécialisées qui composent son système, de l'Union africaine et les organisations régionales.

 

La diplomatie angolaise privilégie les relations avec les pays voisins, à savoir la République démocratique du Congo (RDC), la Zambie et la Namibie et la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), qui sont importantes pour la défense, la sécurité et le développement régional de l’Afrique australe, les pays africains de langue officielle portugaise (PALOP), l'Union africaine (UA), ainsi que la défense d'une politique de rapprochement avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), en raison, entre autres, des relations historiques avec l'un de ses membres, la Guinée-Bissau.

 

Dans le cadre de la concertation politico-diplomatique et économique et de l'intégration régionale, l'Angola intègre la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), le Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), la Commission du golfe de Guinée (CGG), la Zone de paix et de coopération de l'Atlantique Sud (ZOPACAS), les Pays africains de Langue officielle portugaise (PALOP) et le Groupe Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP).

 

Il est important de souligner que les ambassadeurs angolais Gilberto Veríssimo et Georges Chikoti sont respectivement président de la Commission de la CEEAC et secrétaire général du groupe ACP.

 

Le fait que l'actuel ministre des Affaires étrangères, l'ambassadeur Tete António, ait été conseiller du Président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, et Observateur permanent de l'Union africaine auprès des Nations Unies, est également pertinent.

Actuellement, 19 agences du système des Nations Unies sont représentées dans le pays, dont le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut-commissariat pour les réfugiés  (UNHCR) et les Organisations pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et Mondiale de la santé (OMS).

 

L'Angola est également membre des Commissions des droits de l'homme et des peuples de l'Union africaine et des droits de l'homme des Nations Unies, de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), de l'Association des producteurs africains de pétrole (APPA), de la Banque mondiale (BM) ) et de la Banque Africaine du Développement (BAD), du Fonds monétaire international (FMI) et de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

 

En ratifiant certains instruments importants, l'Angola a commencé à participer régulièrement aux activités des Parlements de l'Union africaine et de la SADC, ayant également ratifié les protocoles de libre-échange en Afrique et de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC).

 

En vue de contribuer à la résolution de questions transversales d'intérêt mondial, le pays a ratifié ou adhéré à plusieurs instruments juridiques liés au changement climatique, à savoir l'Accord de Paris et le Protocole de Kyoto, ainsi que l'Amendement de Kigali au Protocole de Montréal (protection de la couche d'ozone).

 

Il a ratifié et/ou adhéré, entre autres, aux Conventions sur les droits de l'homme, sur la réduction des cas d'apatridie, sur le statut des apatrides, sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, contre la torture et autres formes de traitement cruel, inhumain ou dégradant, le Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits civils et politiques en vue de l'abolition de la peine de mort.

 

 

D'autres sont le Protocole sur le droit humanitaire (désarmement), le Protocole II additionnel aux Conventions de Genève, sur la protection des victimes des conflits armés non internationaux, et le Centre international de génie génétique et de biotechnologie, tandis que, dans le domaine de la culture, l’Angola a adhéré au Protocole sur le Patrimoine culturel immatériel.

 

 

L'un des succès de la diplomatie culturelle angolaise a été l'élévation du centre historique de Mbanza Kongo au patrimoine culturel de l'humanité, par l'UNESCO, en juillet 2017, lors de la quarante et unième réunion de sa Commission de patrimoine mondial, tenue en Pologne.

 

Accords bilatéraux

 

Dans le cadre bilatéral, sur 45 ans, des accords ont été signés dans différents domaines, parmi lesquels se distinguent ceux concernant la suppression et la facilitation des visas avec l'Afrique du Sud, la Guinée-Bissau, le Brésil, Cuba, la Chine, l'Espagne et la Russie, la Suisse, le Vietnam, la Corée du Sud, la France, les Pays-Bas, l’Italie, le Portugal, Sao Tomé et Principe, la Namibie, la Côte d'Ivoire, la Zambie, la Guinée équatoriale, le Cap-Vert, la République du Congo et le Mozambique.

 

Pour éviter la double imposition et prévenir l'évasion et la fraude fiscales, des accords sont également signés avec certains pays, en l’occurrence le Portugal et les Émirats arabes unis.

 

L'histoire de la diplomatie angolaise comprend également des accords de défense avec l'Afrique du Sud, le Cap-Vert, le Congo, la Guinée-Bissau, la Guinée équatoriale, le Mozambique, la Namibie, la Zambie, le Zimbabwe, le Brésil, Cuba, les États-Unis d'Amérique, la Chine, la Corée du Sud, le Timor oriental, l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie, le Portugal, la Russie et la Serbie.

 

Dans le domaine de la sécurité et de l'ordre public, il existe des accords avec le Cap-Vert, la Guinée équatoriale, le Congo, le Mozambique, la Namibie, Sao Tomé et Principe, la Côte d'Ivoire, la Zambie, le Zimbabwe, l'Afrique du Sud, la Guinée-Bissau, le Brésil, Cuba, la Chine , le Vietnam, la Corée du Sud, le Timor oriental, la France, les Pays-Bas, l’Italie, le Portugal et la République démocratique du Congo.

 

En matière de justice, il existe des accords d'extradition, de transfèrement des personnes condamnées et d'assistance juridique avec la Namibie, le Cap-Vert, Sao Tomé et Príncipe, la Zambie, le Brésil, Cuba, les États-Unis d'Amérique, l'Allemagne, le Portugal, la Russie et la Chine.

 

Il convient de noter que, avec la France et la Russie, des accords sont signés respectivement sur l’utilisation du système d’observation de la Terre et sur l’utilisation de l’espace extérieur à des fins pacifiques.

 

Diplomatie économique

 

De nos jours, la diplomatie économique est sans aucun doute l'un des aspects les plus importants de la politique étrangère angolaise, visant à promouvoir les relations commerciales aux niveaux bilatéral, régional et multilatéral, à promouvoir l'image du pays à l'étranger, à exporter des marchandises et les services et attirer les investissements directs étrangers.

 

Entre 2018 et 2019, le Président de la République a misé sur une diplomatie économique agressive et réussie, en effectuant des visites d'État et de promotion et d’attraction d’investissements aux États-Unis d'Amérique, en République populaire de Chine, en Fédération de Russie, au Japon, en Allemagne, au Portugal, en France, en Italie, en Afrique du Sud, au Rwanda, aux Emirats Arabes Unis et au Qatar.

 

Cette offensive s’est accompagnée de la participation à de grands forums économiques mondiaux, tels que le Japon (TICAD), la Chine (Forum Chine-Afrique), la Suisse (Forum économique mondial de Davos) et la Côte d’Ivoire (Sommet Union africaine-Union européenne).

 

Il a également été au Parlement européen, à Bruxelles (Belgique), à l'Assemblée générale des Nations Unies, en 2018 et 2019, aux sommets annuels de l'Union africaine et de la SADC et à la CPLP, au Cap-Vert, en 2018.

 

L'Angola a signé des accords de promotion et de protection réciproque des investissements avec l'Afrique du Sud, le Cap-Vert, le Congo, la Guinée-Bissau, le Mozambique, la Namibie, São Tomé et Príncipe, le Brésil, Cuba, les États-Unis, l'Allemagne, l'Espagne, la France, le Royaume-Uni, l'Italie , les Pays-Bas, le Portugal, la Russie, la Suisse, les Emirats Arabes Unis, l’Israël et le Qatar.

 

L'Afrique du Sud, la République démocratique du Congo, la Zambie, l'Argentine, les Pays-Bas, le Portugal, le Cap-Vert et la Namibie sont les pays avec lesquels l'Angola a des accords d'assistance douanière.

 

Guerre et diplomatie

 

La bataille de Cuito Cuanavale est considérée comme le plus grand symbole de la résistance angolaise contre l'armée du régime d' «apartheid », qui était en vigueur en Afrique du Sud, et son résultat a été décisif, du point de vue politico-diplomatique, dans l'ensemble des changements qui se sont produits en Afrique australe.

 

En effet, les dissoutes Forces armées populaires pour la libération de l'Angola (FAPLA, désignation de l'armée angolaise, jusqu'à la création des Forces armées angolaises - FAA, en octobre 1991, conformément aux accords de Bicesse), soutenues par les forces militaires cubaines, ont vaincu l'armée sud-africaine, le 23 mars 1988 et aujourd'hui, ce jour est célébré comme jour férié dans tous les pays membres de la SADC.

 

Les résultats de la bataille de Cuito Cuanavale ont détruit le mythe de la prétendue supériorité et invincibilité du régime de «l'apartheid», contraint de négocier, de libérer Nelson Mandela et d'accepter l'inévitable montée au pouvoir des représentants de la majorité noire sud-africaine.

 

Du point de vue diplomatique, la victoire de la coalition de l'armée angolaise avec les forces cubaines a "forcé" les représentants de l'apartheid à céder et à signer les accords de New York, sous la médiation des États-Unis d'Amérique, en décembre 1988, aboutissant à l'indépendance de la Namibie, à la démocratisation de la société sud-africaine et à la paix en Angola.

 

José Eduardo dos Santos, alors Président de la République, a déclaré, en avril 2010, dans un hommage aux participants à l'affrontement militaire, que «la bataille de Cuito Cuanavale a eu une répercussion indéniable sur tout le continent et constitue une référence incontournable dans l'affirmation de l'identité et de la dignité des peuples africains ».

 

 

 «Doctrine angolaise de résolution des conflits»

 

Le spécialiste des relations internationales africaines, Mário Augusto, dans son livre «Les conflits en Afrique et l'expérience de l'Angola dans leur résolution», réaffirme que la paix, la stabilité et le développement sont les priorités stratégiques de la politique étrangère angolaise, basée sur le respect pour la souveraineté, l'égalité et l'intégrité territoriale des États et une coopération mutuellement avantageuse.

 

À la suite de la douloureuse expérience de guerre, qui a encore de graves répercussions sur la vie du pays et de ses habitants actuellement, l'ancien Président de la République, José Eduardo dos Santos, a défini les trois piliers de la «Doctrine angolaise de résolution des conflits» désormais reconnue.

 

Dans le premier pilier, il est défini que la règle de la résolution des conflits doit être le dialogue et le débat franc et ouvert, comme moyen d’obtenir le consensus, en respectant l'effort qui doit être déployé pour la défense des droits, libertés et garanties des citoyens d'un pays.

 

Dans le second, les problèmes qui génèrent des conflits ne doivent pas être résolus par une confrontation violente, mais par des consultations et des négociations permanentes, aboutissant à un accord qui répond aux aspirations des parties impliquées et respecte les intérêts nationaux supérieurs, tels que la souveraineté, l'unité, l'intégrité de la nation et le respect de la dignité humaine.

 

Une réconciliation sincère entre les citoyens, un pardon mutuel, un effort continu de confiance, une acceptation mutuelle qui conduit à une pacification des esprits et un sentiment de plus grande «complicité nationale» constituent le troisième pilier de la «doctrine angolaise de résolution des conflits».

 

Cette doctrine fait partie des références positives, conduisant l'Angola à être l'un des pays les plus respectés de la diplomatie africaine, un mérite consolidé en 45 ans, en développant une politique diplomatique de respect mutuel et d'avantages réciproques, de bon voisinage et d'application des normes des traités internationaux desquels il fait partie ou qu’il rejoint.

 

De 1975 à 2002, l'Angola a réalisé de nombreuses et intenses actions diplomatiques, qui ont abouti à la signature de plusieurs accords et engagements pour le rétablissement de la paix, la réconciliation nationale et la stabilité dans certains pays africains.

 

«Maux de tête» appelé Guinée-Bissau

 

L'une des «frustrations» de la diplomatie angolaise, au cours des 45 années d'indépendance, est sans aucun doute la gestion du problème complexe que vit encore aujourd'hui la Guinée-Bissau, pays indépendant depuis le 24 septembre 1974 et avec une histoire très tragique.

 

En fait, son histoire est marquée par des coups d'État, survenus en 1980, 2003 et 2012, ainsi que par des révoltes militaires, qui ont entraîné la mort d'un Président de la République, un candidat à la présidentielle, de trois chefs d'état-major et de plusieurs autres autorités militaires et civiles.

 

La Guinée-Bissau a des problèmes profonds qui affectent une bonne partie de sa classe politique et militaire. L'augmentation du trafic de drogue dans le pays affecte non seulement les pays voisins, mais toute la région, avec des conséquences sur la stabilité et la sécurité régionales.

 

Par conséquent, dans un effort de solidarité bilatérale, l'Angola a proposé d'apporter son soutien à la réforme du secteur de défense et sécurité, mais il a échoué, car les militaires de ce pays ne consentent pas à céder le pouvoir qu'ils détiennent dans le pays, d'une manière «instrumentalisée» par des politiciens.

 

En fait, la tentative de l'Angola, avec la Mission d'assistance technico-militaire de l'Angola (MISSANG), qui consacrait une solution éminemment bilatérale, par la réforme indispensable du secteur de la défense et de la sécurité, a échoué, avec la consommation d'un coup d'État militaire, qui a eu lieu le 12 avril 2012.

 

La MISSANG était le résultat d'un accord de coopération bilatérale signé entre les gouvernements des deux pays, qui comprenait un programme d'aide financière pour le budget de la Guinée-Bissau et un protocole de coopération technico-militaire, pour soutenir la réforme du secteur de défense et sécurité.

 

Les États membres de la CPLP, réunis lors du Sommet des Chefs d'État, à Luanda, le 22 juillet 2010, et après d'intenses consultations avec leurs partenaires de la CEDEAO, ont approuvé une feuille de route pour la mise en œuvre du programme de réforme du secteur de défense et sécurité. La solidarité de la CPLP avec la Guinée-Bissau est permanente et active.

 

Il n'a pas non plus été possible de mettre en œuvre la feuille de route susmentionnée, incluse dans un mémorandum d'entente tripartite entre le gouvernement de la Guinée-Bissau, la CEDEAO et la CPLP, faisant passer la diplomatie angolaise à une approche multilatérale au soutien de la stabilisation de la Guinée-Bissau.

 

Actuellement, l'approche multilatérale du dossier toujours difficile et imprévisible de la Guinée-Bissau se fait à travers le mécanisme P-5, qui implique l'ONU, l'Union africaine, la CPLP, la CEDEAO et l'Union européenne, avec l'Angola, comme tous les membres de la CPLP et la communauté internationale, souhaitant voir ce pays respecter les principes de la coexistence démocratique et des bonnes pratiques de gouvernance, avec stabilité et développement.

 

Communauté des pays de langue portugaise (CPLP)

 

La CPLP, créée le 17 juillet 1996, à Lisbonne, Portugal, réunit présentement ses neuf États membres (Angola, Brésil, Cap-Vert, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Mozambique, Portugal, Sao Tomé et Principe et Timor Est) pour les liens linguistiques et le partage des héritages historiques et culturels, cimentés par une coopération multiforme entre eux.

 

Fondés sur des liens historiques et fraternels, les objectifs généraux de la CPLP sont la concertation politique et diplomatique et la coopération entre ses États membres, ainsi que la promotion et la diffusion de la langue portugaise.

 

L'Angola, qui assumera la présidence de l'organisation en 2021, joue un rôle actif dans la promotion et la diffusion de la langue portugaise, partant de la reconnaissance de la responsabilité de la CPLP de faire de la langue commune un instrument de projection collective et une contribution à l'insertion internationale des ses États membres et pour le développement économique, social et culturel de leurs peuples respectifs.

 

Sans aucun doute, la CPLP reste une organisation à caractère essentiellement culturel, basée sur la langue commune, et continue d'avoir dans la culture l'un des axes fondamentaux de son action. Ce facteur peut également stimuler et accroître la coopération intracommunautaire, en mettant l'accent sur le thème actuel: la mobilité entre les États membres.

 

L'Angola assumera la présidence de l'organisation en 2021, avec le dossier de la mobilité entre les États membres parmi les priorités. En raison de la pandémie du Covid-19, le pays n'a pas assumé la présidence de la CPLP cette année.

 

Il est important de se rappeler que la CPLP n’est pas un espace d’intégration économique, sociale et politique, notamment parce que chacun de ses États membres est déjà inséré dans des zones d’intégration en Afrique, en Europe, en Amérique et en Asie.

 

La diplomatie angolaise continue de défendre l'affirmation de la CPLP en tant qu'espace de concertation politique et d'actions de solidarité, de promotion de la coopération économique, scientifique et technique et des échanges culturels et sportifs et d’approfondissant de la connaissance mutuelle des peuples respectifs.

 

 

Commission du Golfe de Guinée

 

Le pays abrite le siège de la Commission du Golfe de Guinée, une organisation dont la création est le résultat d'un traité signé à Libreville (capitale du Gabon), le 3 juillet 2001, par l'Angola, le Congo, le Gabon, le Nigéria et Sao Tomé et Principe. En 2008, le Cameroun, la République démocratique du Congo et la Guinée équatoriale ont rejoint l'organisation.

 

Le principal défi de l'organisation est de maintenir le Golfe de Guinée une zone de paix, de stabilité, de concertation et de coopération, valorisant ses immenses ressources et les transformant en facteurs de développement économique et de promotion du bien-être et du progrès social des peuples de la région.

 

Les dirigeants de la région sont alignés pour travailler dans un esprit d'entraide, de solidarité mutuelle et de complémentarité, pour faire du Golfe de Guinée une zone de paix et de sécurité dans l'Atlantique Sud, ainsi que pour contribuer à la promotion du commerce international.

 

En Angola, un centre de communication est installé, dans le cadre du travail conjoint des pays de la région du Golfe de Guinée, pour lutter contre la piraterie, la pêche et l'immigration illégale et maintenir la sécurité dans la région.

 

Faits pertinents avant l'indépendance

 

Avant l'indépendance nationale, il y a eu des actions diplomatiques qui ont contribué à confirmer la détermination des Angolais à se libérer du joug colonial.

 

Parmi les actions menées par les nationalistes angolais, dans les couloirs les plus variés de la diplomatie mondiale, une référence particulière à l'audience accordée par le Pape Paul VI, le 1er juillet 1970, à trois dirigeants des mouvements de libération des colonies portugaises d'alors en Afrique, en marge de la Conférence de solidarité avec les peuples des colonies portugaises, qui a eu lieu quelques jours avant la réunion, du 27 au 29 juin.

 

Amílcar Cabral, du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC), Agostinho Neto, du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), et Marcelino dos Santos, l'un des membres de la «troïka» qui dirigeait le Front de libération du Mozambique (FRELIMO), après l'assassinat de son fondateur, Eduardo Mondlane, en 1969, à Dar es Salaam (République-Unie de Tanzanie).

 

L'événement a sapé les relations diplomatiques déjà troublées entre le Portugal et le Saint-Siège. À titre d'exemple, les autorités portugaises, à l'époque, ont coupé la référence au droit à l'autodétermination des peuples de l'encyclique "Pacem in Terris", du Pape Jean XXIII.

 

Selon les rapports de cette époque, un autre événement a marqué par le négatif, dans la perspective du gouvernement portugais, ses relations avec le Vatican. C'était la communication du cardinal Agostino Casaroli à l'ambassadeur du Portugal auprès du Saint-Siège, Eduardo Brazão, le 10 mars 1970, que le premier évêque noir d'une colonie portugaise, Mgr Eduardo André Muaca, serait nommé évêque auxiliaire du diocèse de Luanda.

 

La présidente de l'Association italienne des amis de la «Présence Africaine», la journaliste Marcella Glisenti, a été la principale organisatrice de la rencontre entre les trois leaders indépendants africains et Paulo VI, préparé «méticuleusement et secrètement, pour échapper à la surveillance de la Police politique portugaise».

 

La préparation de la rencontre a également impliqué l'archevêque de Conakry, Raymond Marie Tchidimbo, qui a considéré la tenue de l'audience comme une «occasion unique» pour la reconnaissance, par l'Église catholique, des «justes droits à la dignité et à l'autodétermination des peuples Africains ».

 

Détail important et diplomatique: l'audience privée du Pape aux trois dirigeants africains, accompagnés de Marcella Glisenti, a eu lieu à Sala dos Paramentos, où les ambassadeurs étrangers ont été officiellement reçus.

 

Il n’est pas de la connaissance du public un enregistrement photographique ou écrit de la réunion, mais on sait que le Pape a recommandé aux dirigeants africains d'utiliser des moyens pacifiques pour parvenir à leurs fins, distribuant à chacun d'eux des exemplaires de l'encyclique «Populorumprogressio» (1967) et a fait ses adieux en disant à Amílcar Cabral: «Je prie pour vous!».

 

La revue catholique «Informations Catholiques Internationales» réclame un autre titre attribué au Pape Paul VI: «L'Eglise est du côté des pays qui souffrent».

 

Vingt-cinq ans après la rencontre, Marcelino dos Santos a rappelé, dans une interview au journal portugais «Expresso», en juillet 1995, que les trois dirigeants africains avaient déclaré au Pape Paul VI qu'ils luttaient pour la paix, contre le régime colonial et fasciste, et qu’ils avaient appelé Sa Sainteté à défendre auprès du Portugal le droit des colonies portugaises à l'indépendance.

 

Une référence à la figure d'António Manuel Nvunda, dit «O Negrita», aujourd'hui considéré comme un précurseur de la diplomatie angolaise moderne, devenu célèbre au XVe siècle (1604-1608) en tant qu'émissaire/ambassadeur du royaume du Kongo au Vatican.

 

Après l'arrivée des Portugais, le royaume de Kongo s'est converti au christianisme et c'est dans ce contexte que le prince António Manuel Nvunda a été envoyé à Rome comme ambassadeur, par Mgr Álvaro II, roi du Royaume du Kongo, pour établir des relations avec le Saint-Siège.

 

L'histoire enregistre Nsaku Ne Vunda (nom baptisé António Manuel Nvunda) en tant que premier ambassadeur de l'ancien Royaume du Kongo auprès du Saint-Siège, fait reconnu par le pape émérite Benoît XVI en 2007, lors d'une audience publique sur la place Saint Pierre, à la Cité du Vatican.

 

Ayant quitté Mbanza Kongo, capitale de l'ancien Royaume du Kongo, Nsaku Ne Vunda arrive à Rome le 3 janvier 1608, après quatre ans de voyage, en très mauvaise santé, après un voyage très long et extrêmement difficile, étant tombé gravement malade.

 

Installé au Vatican, il a reçu toute l'assistance possible, mais il meurt dans la nuit du 5 au 6 janvier de la même année, malgré les efforts personnels du Pape Paul V, qui a recouru à son médecin personnel pour assister le visiteur.

 

Les relations diplomatiques entre l'Angola et le Vatican ont été établies le 8 juillet 1997, avec la nomination du premier ambassadeur non résident auprès du Saint-Siège, DomingosQuiosa, accrédité le 7 février 1998, et le 13 septembre 2019, les deux États ont signé un accord-cadre qui reconnaît la personnalité juridique de l'Église catholique en Angola.

 

La facette d'Agostinho Neto en tant que diplomate

 

Agostinho Neto, le fondateur de la Nation angolaise, est reconnu comme un homme politique, poète et homme d'État de prestige national, régional et international, dont le parcours et l’œuvre sont marqués par des actions politiques et diplomatiques considérées comme décisives pour la conquête de l'indépendance nationale et, aussi, en faveur de la libération d'autres peuples, en particulier dans la région de l'Afrique australe.

 

En août 1978, lors d'une réunion avec les ambassadeurs angolais, Agostinho Neto a défendu que «elle n’a aucun sens, elle n’est pas complète l'idée de parvenir à la liberté économique et sociale, sans apporter une contribution positive à la libération politique des autres peuples. Il serait contradictoire, ce serait trahir l'intérêt des classes ouvrières du monde d’adopter la position d’égoïsme ou de nationalisme étroit ».

 

L'intense activité diplomatique d'Agostinho Neto a empêché que la lutte du peuple angolais soit isolée et la reconnaissance de l'Angola dans le monde soit une réalité, malgré les barrières soulevées par les intérêts géopolitiques et stratégiques, dérivés de la «guerre froide», engendrée par les blocs mondiaux : le capitalisme/impérialisme et le socialisme/communisme.

 

Les citations «L'Angola est et sera, de son la volonté propre, une tranchée solide de la révolution en Afrique» et «En Namibie, au Zimbabwe et en Afrique du Sud, c'est la continuation de notre lutte» traduisent clairement la «vision de la diplomatie pragmatique» d'Agostinho Neto, tel que défini par le spécialiste des relations internationales, Belarmino Van-Dúnem.

 

Et, au cours des 45 années d'indépendance, le rôle de l'Angola a été crucial pour mettre fin au régime d'apartheid raciste en Afrique du Sud et pour obtenir l'indépendance du Zimbabwe le 18 avril 1980 et de la Namibie, le 21 mars 1990.

 

Selon Belarmino Van-Dúnem, dans les années 90, la conjoncture politique des relations internationales change avec la fin du conflit Est-Ouest, ouvrant une nouvelle ère qui fait de l'Angola un pays «pivot» de la paix et de la stabilité sur le continent africain.

 

L'Angola doit continuer à se concentrer sur la pratique d'une diplomatie active et attentive, qui œuvre pour garantir la stabilité politique, consolider la paix, la sécurité du pays et de ses citoyens, promouvoir un développement durable et diversifié, ainsi que lutter contre les inégalités et les injustices dans le monde.

 

Enfin, le pays est un facteur important de paix et de stabilité régionale et doit continuer à contribuer, au niveau des sous-régions auxquelles il appartient, de l'Union africaine et des Nations Unies, pour la préservation et le rétablissement de la paix, de la stabilité et de la sécurité universelles.