L'Angola attend l'extradition de l'ancien PDG de TCUL

  • Le Palais de justice
Luanda - Les autorités angolaises attendent l'extradition de l'ancien président du Conseil d'administration de la société des transports urbains de Luanda (TCUL), Abel António Cosme, impliqué dans "l'affaire CNC".

L'information a été rendue publique ce jeudi, à Luanda, par le procureur général de la République, Hélder Pitta Gróz, qui a indiqué qu’Abel Cosme, détenu au Portugal, serait extradé suite à la demande de la justice angolaise.

"Nous attendons à tout moment que cela soit concrétisé. Nous avons requiert l’extradition (...) et nous attendons que la justice et le gouvernement portugais prennent cette mesure", a déclaré Hélder Pitta Gróz à la Rádio Nacional de Angola.

Abel Cosme a été condamné par contumace dans l'« Affaire CNC » pour délits de blanchiment d'argent, corruption et détournement de fonds de l'État angolais, ainsi que pour association de malfaiteurs.

En janvier de l'année en cours, il a été arrêté par la police judiciaire portugaise, dans la région de Grande Lisbonne.

L'« Affaire CNC » a pour figure principale l'ancien ministre des Transports, Augusto Tomás, condamné en première instance, en août 2019, à 14 ans de prison, pour délits de détournement de fonds, violation des règles d'exécution du Plan et Budget, abus de pouvoir et participation économique.

Après avoir fait appel devant la Cour suprême, Augusto Tomás a vu sa peine réduite en décembre 2019 à huit ans et quatre mois de prison.

Dans le même processus, l'ancien directeur général du CNC, Manuel António Paulo, l'ancien directrice adjoint chargée des finances, Isabel Bragança, et l'ancien directeur adjoint pour les affaires techniques, Rui Manuel Moita, ont été condamnés.

L'information a été rendue publique ce jeudi, à Luanda, par le procureur général de la République, Hélder Pitta Gróz, qui a indiqué qu’Abel Cosme, détenu au Portugal, serait extradé suite à la demande de la justice angolaise.

"Nous attendons à tout moment que cela soit concrétisé. Nous avons requiert l’extradition (...) et nous attendons que la justice et le gouvernement portugais prennent cette mesure", a déclaré Hélder Pitta Gróz à la Rádio Nacional de Angola.

Abel Cosme a été condamné par contumace dans l'« Affaire CNC » pour délits de blanchiment d'argent, corruption et détournement de fonds de l'État angolais, ainsi que pour association de malfaiteurs.

En janvier de l'année en cours, il a été arrêté par la police judiciaire portugaise, dans la région de Grande Lisbonne.

L'« Affaire CNC » a pour figure principale l'ancien ministre des Transports, Augusto Tomás, condamné en première instance, en août 2019, à 14 ans de prison, pour délits de détournement de fonds, violation des règles d'exécution du Plan et Budget, abus de pouvoir et participation économique.

Après avoir fait appel devant la Cour suprême, Augusto Tomás a vu sa peine réduite en décembre 2019 à huit ans et quatre mois de prison.

Dans le même processus, l'ancien directeur général du CNC, Manuel António Paulo, l'ancien directrice adjoint chargée des finances, Isabel Bragança, et l'ancien directeur adjoint pour les affaires techniques, Rui Manuel Moita, ont été condamnés.