L'Angola célèbre son 44e anniversaire en tant que membre de l'ONU

  • Siège de l'ONU à New York
Luanda - L'Angola célèbre ce mardi 1er décembre le 44e anniversaire de son admission en tant que membre à part entière des Nations Unies (ONU).

Il y a 44 ans, l'admission de l'Angola à l'ONU a été recommandée à l'Assemblée générale par le Conseil de sécurité, par le biais de la résolution 397/76, avec des votes favorables de la majorité des membres permanents du Conseil de sécurité.

Depuis, le pays, indépendant depuis le 11 novembre 1975, a été présent dans la discussion des grands enjeux mondiaux.

L'Angola a déjà été deux fois au Conseil de sécurité des Nations Unies, en tant que membre non permanent (2003-2004 et 2015-2016).

En reconnaissance du succès de son processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR), ainsi que de celui de consolidation de la paix et de réconciliation nationale, en 2006, l'Angola a bénéficié de la confiance des États membres de l'ONU et a présidé la première Commission de consolidation de la paix (PBC) de l'organisation.

Récemment, le pays a déposé trois instruments juridiques d'adhésion aux traités internationaux, après avoir été approuvés par l'Assemblée nationale et signés par le Président de la République, João Lourenço.

Il s'agit des lettres d'adhésion à l'Accord de Paris sur le changement climatique et d'adhésion aux statuts du Centre international de génie génétique et de biotechnologie.

Le troisième est la lettre d'adhésion à l'amendement de Kigali au protocole de Montréal sur la protection de la couche d'ozone, qui établit un engagement à réduire la consommation et la production d'hydrofluorocarbures par tous les pays.

Ces instruments ont été remis au Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, en tant que dépositaire fidèle desdits traités, conformément aux formalités juridiques nécessaires après la ratification par les Etat parties.

Déposées par la Mission permanente de l'Angola auprès de l'ONU à New York, les lettres d'adhésion réaffirment l'engagement du pays à participer aux affaires mondiales, en faveur de la paix, de la coopération et du développement international durable.
 

Il y a 44 ans, l'admission de l'Angola à l'ONU a été recommandée à l'Assemblée générale par le Conseil de sécurité, par le biais de la résolution 397/76, avec des votes favorables de la majorité des membres permanents du Conseil de sécurité.

Depuis, le pays, indépendant depuis le 11 novembre 1975, a été présent dans la discussion des grands enjeux mondiaux.

L'Angola a déjà été deux fois au Conseil de sécurité des Nations Unies, en tant que membre non permanent (2003-2004 et 2015-2016).

En reconnaissance du succès de son processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR), ainsi que de celui de consolidation de la paix et de réconciliation nationale, en 2006, l'Angola a bénéficié de la confiance des États membres de l'ONU et a présidé la première Commission de consolidation de la paix (PBC) de l'organisation.

Récemment, le pays a déposé trois instruments juridiques d'adhésion aux traités internationaux, après avoir été approuvés par l'Assemblée nationale et signés par le Président de la République, João Lourenço.

Il s'agit des lettres d'adhésion à l'Accord de Paris sur le changement climatique et d'adhésion aux statuts du Centre international de génie génétique et de biotechnologie.

Le troisième est la lettre d'adhésion à l'amendement de Kigali au protocole de Montréal sur la protection de la couche d'ozone, qui établit un engagement à réduire la consommation et la production d'hydrofluorocarbures par tous les pays.

Ces instruments ont été remis au Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, en tant que dépositaire fidèle desdits traités, conformément aux formalités juridiques nécessaires après la ratification par les Etat parties.

Déposées par la Mission permanente de l'Angola auprès de l'ONU à New York, les lettres d'adhésion réaffirment l'engagement du pays à participer aux affaires mondiales, en faveur de la paix, de la coopération et du développement international durable.