L'Angola défend le renforcement de la sécurité à la frontière avec la Namibie

Lubango (Angola) - Le ministre de l'Intérieur, Eugénio Laborinho, a défendu vendredi, à Lubango, province de Huíla, le renforcement de la sécurité à la frontière avec la Namibie, afin d'éviter l'immigration clandestine et d'autres crimes connexes.

S'exprimant lors de la 21e réunion bilatérale entre les ministères de l'intérieur de l'Angola et des Affaires intérieures, de la Migration, de la Protection et de la Sécurité de la République de Namibie, il a déclaré que cette mesure contribuera également à enrayer d'autres crimes, tels que la contrebande de carburant, le trafic de drogue et d’êtres humains, le vol de véhicules, l’abattage de la flore et le braconnage.

Toujours en matière de sécurité, Eugénio Laborinho a plaidé pour l'amélioration du mécanisme d'échange d'informations entre les deux pays, fondamentalement lié aux détenus dans les établissements pénitentiaires.

Concernant une éventuelle réouverture de la frontière commune, le ministre angolais a dit qu'avec la dynamique de vaccination contre le Covid-19 en cours, les gouvernements angolais et namibien "pourront décider de reprendre les procédures d'entrée et de sortie dans l'espace commun".

"Nous saluons les processus de vaccination en cours dans les deux pays, car cela contribuera à atténuer les effets économiques causés par la réduction des transactions commerciales", a-t-il souligné.

A son tour, le gouverneur de Huíla, Nuno Mahapi, qui a également pris la parole lors de l'événement, a estimé que c'est dans les réunions du genre que les deux pays bâtiront des voies permettant d'éviter de mettre en péril les acquis obtenus.

Il a indiqué que le développement économique et social et la prospérité des deux peuples sont des valeurs inaliénables et doivent être préservés, car l'Angola et la Namibie doivent être unis en termes de défense et de sécurité publique.

Depuis mercredi, des experts des deux pays et des gouverneurs des provinces transfrontalières, ainsi que Huíla, de la part de l'Angola, ont analysé des questions d'intérêt commun à la frontière de mille 367 km de long.

La coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité et de l'ordre public, y compris les instruments juridiques en la matière, ainsi que les accords d'exemption de visa dans les passeports ordinaires et la libre circulation des personnes et des marchandises à la frontière, ont été au centre des discussions.

S'exprimant lors de la 21e réunion bilatérale entre les ministères de l'intérieur de l'Angola et des Affaires intérieures, de la Migration, de la Protection et de la Sécurité de la République de Namibie, il a déclaré que cette mesure contribuera également à enrayer d'autres crimes, tels que la contrebande de carburant, le trafic de drogue et d’êtres humains, le vol de véhicules, l’abattage de la flore et le braconnage.

Toujours en matière de sécurité, Eugénio Laborinho a plaidé pour l'amélioration du mécanisme d'échange d'informations entre les deux pays, fondamentalement lié aux détenus dans les établissements pénitentiaires.

Concernant une éventuelle réouverture de la frontière commune, le ministre angolais a dit qu'avec la dynamique de vaccination contre le Covid-19 en cours, les gouvernements angolais et namibien "pourront décider de reprendre les procédures d'entrée et de sortie dans l'espace commun".

"Nous saluons les processus de vaccination en cours dans les deux pays, car cela contribuera à atténuer les effets économiques causés par la réduction des transactions commerciales", a-t-il souligné.

A son tour, le gouverneur de Huíla, Nuno Mahapi, qui a également pris la parole lors de l'événement, a estimé que c'est dans les réunions du genre que les deux pays bâtiront des voies permettant d'éviter de mettre en péril les acquis obtenus.

Il a indiqué que le développement économique et social et la prospérité des deux peuples sont des valeurs inaliénables et doivent être préservés, car l'Angola et la Namibie doivent être unis en termes de défense et de sécurité publique.

Depuis mercredi, des experts des deux pays et des gouverneurs des provinces transfrontalières, ainsi que Huíla, de la part de l'Angola, ont analysé des questions d'intérêt commun à la frontière de mille 367 km de long.

La coopération bilatérale dans le domaine de la sécurité et de l'ordre public, y compris les instruments juridiques en la matière, ainsi que les accords d'exemption de visa dans les passeports ordinaires et la libre circulation des personnes et des marchandises à la frontière, ont été au centre des discussions.