Angola - Dix-neuf ans sans guerre

  • Le drapeau angolais
Luanda - Depuis le 11 novembre 1975, date à laquelle l'indépendance nationale a été obtenue, l'Angola a connu les signes les plus violents de conflit armé et de destruction.

Cette guerre, qui a duré environ 27 ans, a laissé des dommages graves aux tissus humains et à l'économie nationale, dont les réflexes sont encore visibles aujourd'hui, malgré les signes prometteurs de croissance économique observés entre 2008 et 2014.

 

La guerre, qui a éclaté après la proclamation de l'indépendance nationale est sans aucun doute un triste souvenir pour les Angolais, tant pour son impact social que pour ses répercussions sur la déstructuration des familles et le retard de développement du pays.

 

Face au conflit armé, l'Angola a dû suivre un chemin épineux, enregistrant environ 4,28 millions de personnes déplacées, des milliers d'orphelins, de veuves et un nombre extrêmement élevé de champs de mines.

 

Avec la guerre destructrice, le pays a connu les indicateurs les plus frappants de revers social et économique, qui n'ont commencé à ralentir qu'à partir du 4 avril 2002, lorsque les accords de paix de Luena (Moxico) ont été signés entre le Gouvernement et l'UNITA.

 

La fin des affrontements militaires a ouvert la porte à la naissance d'un nouveau pays, dont l'ANGOP présente la trajectoire et les résultats tangibles des 19 dernières années dans ce dossier spécial sur la paix et la réconciliation nationale.

 

Dans ce travail, le cher internaute va connaître les principales négociations qui ont conduit les Angolais aux accords de paix de Luena, et apprendra à connaître les projets les plus marquants de la dernière décennie, dans les domaines politique, social et économique.

 

Il sera également informé des mesures prises par l'Exécutif pour maintenir la stabilité politique, consolider la démocratie, réduire les asymétries régionales, relancer l'économie et réduire l'inflation, ainsi que pour améliorer la qualité de vie des citoyens.

 

Le présent dossier est une petite contribution de l'ANGOP qui vise essentiellement à rappeler aux Angolais et au monde à quel point il était difficile de parvenir à la paix.

 

Le but de ce travail est aussi de créer un espace de débat sur la manière dont les Angolais ont préservé les fondements de la paix et de la réconciliation, et d'avertir de la nécessité d'éviter les erreurs susceptibles de conduire à de nouveaux conflits.

 

À travers des entretiens avec des personnalités éminentes de la société civile, des articles et des commentaires sur la situation dans le pays, nos professionnels montrent la voie vers un nouvel Angola, où la paix et la justice prévalent, sans ressentiment et sans extrémisme politique.

 

Suivez-nous dans ce dossier des principaux repères que le pays a enregistré depuis 2002, fondamentalement à partir de 2008, lorsque qu’il a eu le boom économique et le début d'une nouvelle ère dans la lutte contre le sous-développement.

 

 

Cette guerre, qui a duré environ 27 ans, a laissé des dommages graves aux tissus humains et à l'économie nationale, dont les réflexes sont encore visibles aujourd'hui, malgré les signes prometteurs de croissance économique observés entre 2008 et 2014.

 

La guerre, qui a éclaté après la proclamation de l'indépendance nationale est sans aucun doute un triste souvenir pour les Angolais, tant pour son impact social que pour ses répercussions sur la déstructuration des familles et le retard de développement du pays.

 

Face au conflit armé, l'Angola a dû suivre un chemin épineux, enregistrant environ 4,28 millions de personnes déplacées, des milliers d'orphelins, de veuves et un nombre extrêmement élevé de champs de mines.

 

Avec la guerre destructrice, le pays a connu les indicateurs les plus frappants de revers social et économique, qui n'ont commencé à ralentir qu'à partir du 4 avril 2002, lorsque les accords de paix de Luena (Moxico) ont été signés entre le Gouvernement et l'UNITA.

 

La fin des affrontements militaires a ouvert la porte à la naissance d'un nouveau pays, dont l'ANGOP présente la trajectoire et les résultats tangibles des 19 dernières années dans ce dossier spécial sur la paix et la réconciliation nationale.

 

Dans ce travail, le cher internaute va connaître les principales négociations qui ont conduit les Angolais aux accords de paix de Luena, et apprendra à connaître les projets les plus marquants de la dernière décennie, dans les domaines politique, social et économique.

 

Il sera également informé des mesures prises par l'Exécutif pour maintenir la stabilité politique, consolider la démocratie, réduire les asymétries régionales, relancer l'économie et réduire l'inflation, ainsi que pour améliorer la qualité de vie des citoyens.

 

Le présent dossier est une petite contribution de l'ANGOP qui vise essentiellement à rappeler aux Angolais et au monde à quel point il était difficile de parvenir à la paix.

 

Le but de ce travail est aussi de créer un espace de débat sur la manière dont les Angolais ont préservé les fondements de la paix et de la réconciliation, et d'avertir de la nécessité d'éviter les erreurs susceptibles de conduire à de nouveaux conflits.

 

À travers des entretiens avec des personnalités éminentes de la société civile, des articles et des commentaires sur la situation dans le pays, nos professionnels montrent la voie vers un nouvel Angola, où la paix et la justice prévalent, sans ressentiment et sans extrémisme politique.

 

Suivez-nous dans ce dossier des principaux repères que le pays a enregistré depuis 2002, fondamentalement à partir de 2008, lorsque qu’il a eu le boom économique et le début d'une nouvelle ère dans la lutte contre le sous-développement.