L'Angola prépare une Agence de réglementation des médicaments

  • Session ordinaire du Conseil des ministres
Luanda - L'Angola disposera d'une Agence de réglementation des médicaments et des technologies de la santé, un organisme public axé sur les licences, le contrôle de la qualité, la sécurité et l'efficacité des médicaments.

La création de cette agence a été approuvée ce mercredi, à Luanda, lors de la III session ordinaire du Conseil des ministres, présidée par le Président de la République, João Lourenço.

Le communiqué final de la réunion indique que l'Agence de réglementation des médicaments et des technologies de la santé élaborera également des lignes directrices pour guider et réglementer le fonctionnement efficace des établissements et des organismes opérant dans le secteur.

À la même séance, des questions relatives aux secteurs de la justice, du pétrole, de l’énergie et de l’eau, de l’aménagement du territoire et des relations extérieures ont également été approuvées.

Dans le domaine du pétrole, le Conseil des ministres a approuvé l'attribution à l'Agence nationale du pétrole, du gaz et des biocarburants de droits miniers pour la prospection, la recherche, l'évaluation, le développement et la production d'hydrocarbures dans les zones de concession des blocs 27, 28 et 29.

L'objectif est de relancer l'exploration et l'augmentation de la production pétrolière, la reprise des réserves et l'amélioration des connaissances géologiques du bassin de Namibe, dans le cadre de la réforme administrative en cours en Angola.

La mesure vise également à adapter la structure et le fonctionnement des organes de l'administration indirecte de l'État à la nouvelle réalité économique, sociale et politique du pays.

Les statuts organiques de l'Autorité de régulation de l'énergie atomique, de l'Institut national des ressources en eau, de l'Institut géographique et cadastral d'Angola, de l'Institut national de l'aménagement du territoire et du développement urbain et du Bureau de l'administration du bassin versant de Cunene, Cubango et Cuvelai ont également été approuvés.

Politique étrangère

Dans ce domaine, des accords ont été approuvés entre la République d'Angola et les Émirats arabes unis sur la promotion et la protection réciproque des investissements, ainsi autre entre les gouvernements angolais et japonais, dans le domaine de la coopération technique et du programme japonais de coopération outre-mer.

Les accords entre les gouvernements angolais et espagnol, dans le domaine de la protection réciproque des investissements, et entre l'Angola et le Portugal sur les activités rémunérées des membres des familles du personnel diplomatique et consulaire, ont également été approuvés.

Le Conseil des ministres a pris connaissance de l'accord par échange de notes pour la mise en œuvre du programme économique et social entre les gouvernements angolais et japonais, ainsi que des mémorandums d'accord entre l'Angola et le Portugal sur la formation et la qualification des fonctionnaires et dans le domaine des activités maritimes et portuaires.

De même, le Conseil a été informé des mémorandums d'accord entre l'Angola et le Portugal sur la simplification, la modernisation administrative et la réforme de l'État et dans le domaine de l'éducation.

La création de cette agence a été approuvée ce mercredi, à Luanda, lors de la III session ordinaire du Conseil des ministres, présidée par le Président de la République, João Lourenço.

Le communiqué final de la réunion indique que l'Agence de réglementation des médicaments et des technologies de la santé élaborera également des lignes directrices pour guider et réglementer le fonctionnement efficace des établissements et des organismes opérant dans le secteur.

À la même séance, des questions relatives aux secteurs de la justice, du pétrole, de l’énergie et de l’eau, de l’aménagement du territoire et des relations extérieures ont également été approuvées.

Dans le domaine du pétrole, le Conseil des ministres a approuvé l'attribution à l'Agence nationale du pétrole, du gaz et des biocarburants de droits miniers pour la prospection, la recherche, l'évaluation, le développement et la production d'hydrocarbures dans les zones de concession des blocs 27, 28 et 29.

L'objectif est de relancer l'exploration et l'augmentation de la production pétrolière, la reprise des réserves et l'amélioration des connaissances géologiques du bassin de Namibe, dans le cadre de la réforme administrative en cours en Angola.

La mesure vise également à adapter la structure et le fonctionnement des organes de l'administration indirecte de l'État à la nouvelle réalité économique, sociale et politique du pays.

Les statuts organiques de l'Autorité de régulation de l'énergie atomique, de l'Institut national des ressources en eau, de l'Institut géographique et cadastral d'Angola, de l'Institut national de l'aménagement du territoire et du développement urbain et du Bureau de l'administration du bassin versant de Cunene, Cubango et Cuvelai ont également été approuvés.

Politique étrangère

Dans ce domaine, des accords ont été approuvés entre la République d'Angola et les Émirats arabes unis sur la promotion et la protection réciproque des investissements, ainsi autre entre les gouvernements angolais et japonais, dans le domaine de la coopération technique et du programme japonais de coopération outre-mer.

Les accords entre les gouvernements angolais et espagnol, dans le domaine de la protection réciproque des investissements, et entre l'Angola et le Portugal sur les activités rémunérées des membres des familles du personnel diplomatique et consulaire, ont également été approuvés.

Le Conseil des ministres a pris connaissance de l'accord par échange de notes pour la mise en œuvre du programme économique et social entre les gouvernements angolais et japonais, ainsi que des mémorandums d'accord entre l'Angola et le Portugal sur la formation et la qualification des fonctionnaires et dans le domaine des activités maritimes et portuaires.

De même, le Conseil a été informé des mémorandums d'accord entre l'Angola et le Portugal sur la simplification, la modernisation administrative et la réforme de l'État et dans le domaine de l'éducation.