L'Angola réaffirme son engagement envers l'Agenda de l'UA

  • Le Chef de l'État angolais, João Lourenço
Luanda - Le Chef de l'État angolais, João Lourenço, a réaffirmé vendredi, à Luanda, l'attachement de l'Angola à l'Agenda 2063 de l'Union africaine (UA), dont l'accent est mis sur le développement durable, la cohésion sociale et la paix sur le continent.

S'exprimant lors du deuxième Forum d'Assouan pour la paix et le développement durable en Afrique, une initiative du Gouvernement égyptien, le Président João Lourenço a souligné l'importance de cet agenda pour le continent.

Lors de la réunion, qui s'est déroulée par visioconférence, le numéro un angolais a rappelé que l'Agenda 2063 vise à stimuler les solutions africaines aux problèmes africains, à la recherche de «l'Afrique que nous voulons», comme le stipule la Charte de l'Union africaine.

João Lourenço, qui a participé au Forum, en tant qu'invité du Président de la République arabe d'Égypte, Abdel Fattah AlSisi, a rappelé que, ces dernières années, l'Angola a développé des mécanismes inclusifs pour renforcer la cohésion nationale.

Il a déclaré que ces mécanismes prennent forme avec l'implication de tous dans le processus de construction d'une paix durable et capable d'apporter des impacts économiques et sociaux positifs sur la vie des citoyens.

 Il a informé que l'Angola menait des actions visant à promouvoir durablement le développement socio-économique et les politiques qui ont permis l'inclusion économique et sociale des familles les plus vulnérables.

Lors du Forum qui se termine le même jour, l'homme d'État angolais a encouragé les efforts conjoints des dirigeants africains dans la recherche de la paix et de la sécurité régionales, qui sont des facteurs prioritaires dans l'agenda de chaque pays.

Il a rappelé que, dans ce domaine, l'Angola a développé des actions spécifiques afin de garantir sa mise en œuvre effective par le dialogue entre les pays de la sous-région.

 Concernant la deuxième édition du «Forum biennal-panafricain de Luanda pour la culture de la paix», qui s'est tenue en Angola en 2019, il a considéré qu'il s'agissait d'une affirmation claire de la confiance des États dans la construction de nouvelles façons de matérialiser la culture de la paix sur le continent.

Pour le Président angolais, l'engagement des acteurs politiques et de la société civile africaine est extrêmement important, dans la compréhension totale des enjeux, afin de transformer l'amélioration des indicateurs de développement en actions efficaces, pour le bien-être des communautés africaines.

L'événement, une réflexion à grande échelle sur ce qu'il faut faire dans la période post-covid dans les sociétés africaines, s'est déroulé sous le thème «Façonner la nouvelle normalité de l'Afrique: récupérer plus fort, reconstruire mieux».

 

 

S'exprimant lors du deuxième Forum d'Assouan pour la paix et le développement durable en Afrique, une initiative du Gouvernement égyptien, le Président João Lourenço a souligné l'importance de cet agenda pour le continent.

Lors de la réunion, qui s'est déroulée par visioconférence, le numéro un angolais a rappelé que l'Agenda 2063 vise à stimuler les solutions africaines aux problèmes africains, à la recherche de «l'Afrique que nous voulons», comme le stipule la Charte de l'Union africaine.

João Lourenço, qui a participé au Forum, en tant qu'invité du Président de la République arabe d'Égypte, Abdel Fattah AlSisi, a rappelé que, ces dernières années, l'Angola a développé des mécanismes inclusifs pour renforcer la cohésion nationale.

Il a déclaré que ces mécanismes prennent forme avec l'implication de tous dans le processus de construction d'une paix durable et capable d'apporter des impacts économiques et sociaux positifs sur la vie des citoyens.

 Il a informé que l'Angola menait des actions visant à promouvoir durablement le développement socio-économique et les politiques qui ont permis l'inclusion économique et sociale des familles les plus vulnérables.

Lors du Forum qui se termine le même jour, l'homme d'État angolais a encouragé les efforts conjoints des dirigeants africains dans la recherche de la paix et de la sécurité régionales, qui sont des facteurs prioritaires dans l'agenda de chaque pays.

Il a rappelé que, dans ce domaine, l'Angola a développé des actions spécifiques afin de garantir sa mise en œuvre effective par le dialogue entre les pays de la sous-région.

 Concernant la deuxième édition du «Forum biennal-panafricain de Luanda pour la culture de la paix», qui s'est tenue en Angola en 2019, il a considéré qu'il s'agissait d'une affirmation claire de la confiance des États dans la construction de nouvelles façons de matérialiser la culture de la paix sur le continent.

Pour le Président angolais, l'engagement des acteurs politiques et de la société civile africaine est extrêmement important, dans la compréhension totale des enjeux, afin de transformer l'amélioration des indicateurs de développement en actions efficaces, pour le bien-être des communautés africaines.

L'événement, une réflexion à grande échelle sur ce qu'il faut faire dans la période post-covid dans les sociétés africaines, s'est déroulé sous le thème «Façonner la nouvelle normalité de l'Afrique: récupérer plus fort, reconstruire mieux».