L'Angola réitère sa coopération avec l'ONU

  • Sede da ONU em Nova Iorque
Luanda - L'Angola a réaffirmé, ce mardi, l'engagement de continuer à coopérer avec l'ONU pour parvenir à un monde plus pacifique et durable, capable d'atteindre les Objectifs de développement durable et l'Agenda 2030 des Nations Unies.

Le souhait est exprimé dans un communiqué du ministère des Relations extérieures (MIREX), concernant le 44e anniversaire de l'admission du pays en tant que 146e État membre de l'ONU, dans lequel la promotion du principe de solidarité est suggérée, "où personne n'est laissé pour compte".

Selon le communiqué, l’Angola continuera à contribuer en tant que membre actif de l'organisation, reconnaissant le rôle crucial de leadership de l'ONU dans ce contexte de la pandémie Covid-19, où les États sont appelés à travailler ensemble pour la paix et la stabilité régionales et mondiales, en respectant les droits stipulés dans la Charte des Nations Unies.

A propos de l'événement, le MIREX rappelle que, depuis son admission en tant que membre à part entière de l'organisation, l’Angola fait des pas importants vers l'instauration de la paix et de l'harmonie internationales.

À cette fin, l’Angola développe des relations amicales et de coopération avec différents États, en adoptant une politique étrangère d'ouverture sur le monde, marquée par sa présence dans la discussion des grandes questions internationales, en promouvant la paix, la résolution pacifique des conflits, en promouvant et protégeant les droits de l'homme, en préservant l'avenir des nouvelles générations.

Suite aux avancées "remarquables" dans le domaine de la défense et de la protection des droits universels inscrits dans la Constitution de la République et dans la préservation et le respect des engagements juridiques internationaux pris en octobre 2017, l’Angola a été élu, pour la troisième fois, en tant qu'Etat membre du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

L'Angola a défendu à plusieurs reprises le principe de l'intégrité territoriale, de l'égalité souveraine des États, du respect de la souveraineté ainsi que de l'existence d'une coopération mutuellement avantageuse, fondée sur la défense du multilatéralisme, en tant que forme de coopération pour le règlement des conflits internationaux et le développement.

Selon le communiqué du MIREX, le pays défend aujourd'hui la reforme de la composition du Conseil de sécurité des Nations Unies, sur la base du "Consensus d'Ezulwini", défendu par l'Union africaine, prônant l'élargissement du nombre de sièges permanents, afin de permettre une plus grande représentation des Pays africains.

Dans un autre domaine de la note, le MIREX considère l'ONU comme le Centre géostratégique mondial et souligne qu'elle reconnaît le rôle historique joué par cet organisation tout au long de la période de guerre en Angola, vécue entre 1975 et 2002.

Le MIREX souligne sa contribution à la réalisation d'une paix efficace et durable et à l'envoi de missions de maintien de la paix, telles qu'UNAVEM I, II et III, et la MONUA, en plus de l'aide alimentaire, par le biais du Programme alimentaire mondial (PAM) aux personnes déplacées.

Le souhait est exprimé dans un communiqué du ministère des Relations extérieures (MIREX), concernant le 44e anniversaire de l'admission du pays en tant que 146e État membre de l'ONU, dans lequel la promotion du principe de solidarité est suggérée, "où personne n'est laissé pour compte".

Selon le communiqué, l’Angola continuera à contribuer en tant que membre actif de l'organisation, reconnaissant le rôle crucial de leadership de l'ONU dans ce contexte de la pandémie Covid-19, où les États sont appelés à travailler ensemble pour la paix et la stabilité régionales et mondiales, en respectant les droits stipulés dans la Charte des Nations Unies.

A propos de l'événement, le MIREX rappelle que, depuis son admission en tant que membre à part entière de l'organisation, l’Angola fait des pas importants vers l'instauration de la paix et de l'harmonie internationales.

À cette fin, l’Angola développe des relations amicales et de coopération avec différents États, en adoptant une politique étrangère d'ouverture sur le monde, marquée par sa présence dans la discussion des grandes questions internationales, en promouvant la paix, la résolution pacifique des conflits, en promouvant et protégeant les droits de l'homme, en préservant l'avenir des nouvelles générations.

Suite aux avancées "remarquables" dans le domaine de la défense et de la protection des droits universels inscrits dans la Constitution de la République et dans la préservation et le respect des engagements juridiques internationaux pris en octobre 2017, l’Angola a été élu, pour la troisième fois, en tant qu'Etat membre du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

L'Angola a défendu à plusieurs reprises le principe de l'intégrité territoriale, de l'égalité souveraine des États, du respect de la souveraineté ainsi que de l'existence d'une coopération mutuellement avantageuse, fondée sur la défense du multilatéralisme, en tant que forme de coopération pour le règlement des conflits internationaux et le développement.

Selon le communiqué du MIREX, le pays défend aujourd'hui la reforme de la composition du Conseil de sécurité des Nations Unies, sur la base du "Consensus d'Ezulwini", défendu par l'Union africaine, prônant l'élargissement du nombre de sièges permanents, afin de permettre une plus grande représentation des Pays africains.

Dans un autre domaine de la note, le MIREX considère l'ONU comme le Centre géostratégique mondial et souligne qu'elle reconnaît le rôle historique joué par cet organisation tout au long de la période de guerre en Angola, vécue entre 1975 et 2002.

Le MIREX souligne sa contribution à la réalisation d'une paix efficace et durable et à l'envoi de missions de maintien de la paix, telles qu'UNAVEM I, II et III, et la MONUA, en plus de l'aide alimentaire, par le biais du Programme alimentaire mondial (PAM) aux personnes déplacées.