L'Angola réaffirme sa culture de la paix avec la tenue de la Biennale de Luanda

  • Um ângulo do edifício do Ministério das Relações Exteriores
Luanda - Le secrétaire d'Etat à la Coopération internationale et aux communautés angolaises, Domingos Vieira Lopes, a réaffirmé, ce mardi, l’engagement de la 2e Biennale de Luanda en faveur du renforcement du climat de paix en Afrique.

Le diplomate angolais, qui s'exprimait lors de l'ouverture du séminaire sur «Le rôle de la diplomatie angolaise dans la promotion d'une culture de la paix», a souligné que l'accent mis sur une culture de la paix visait également à créer les conditions pour attirer davantage d'investissements privés étrangers vers le continent.

Domingos Vieira Lopes a défendu la nécessité d'intensifier les investissements et l'industrialisation sur le continent et, ainsi, valoriser les principaux produits d'exportation.

A cette occasion, Domingos Vieira Lopes a lancé un appel au soutien et à la participation des États membres de l'Union africaine au Forum panafricain, afin d'approfondir les connaissances sur la réalité continentale.

Il a rappelé que l’objectif du séminaire, organisé aujourd’hui de manière virtuelle, était de réfléchir sur l’expérience acquise grâce au processus de paix et de réconciliation en Angola, 19 ans plus tard.

Selon le diplomate, la rencontre visait également à partager des idées sur la meilleure façon de contribuer à la préservation de la paix, dans le cadre de la 2ème édition de la Biennale de Lunada.

Quant aux préparatifs de la 2ème édition de la Biennale de Luanda, que l'Angola organise en septembre prochain, l'ambassadeur itinérant et coordinateur du Comité national de gestion de la Biennale dans la capitale angolaise, Diekumpuna Sita José, a déclaré que le concept d'une culture de la paix a à voir avec le changement.

Il a ajouté que, dans cette perspective, l'objectif fondamental des dirigeants africains était de parvenir à une ‘‘conciliation en or’’.

Selon Diekumpuna Sita José, pour éviter l'instabilité, il est nécessaire de changer les comportements individuels et collectifs, qui doivent être basés sur la tolérance, la conciliation et la culture du dialogue.

À son tour, le coordinateur international de la Biennale de Luanda, Vicenzo Fazzino, a salué l'investissement réalisé par le gouvernement angolais dans la première édition de la Biennale de Luanda, tenue du 18 au 22 septembre 2019, qui a réuni 16 pays africains et 600 participants internationaux.

La Biennale de Luanda est une plateforme de promotion de la diversité culturelle et de l'unité africaine, lieu propice aux échanges culturels et intra-africains.

L'événement, qui a lieu tous les deux ans, rassemble des acteurs et partenaires d'un mouvement panafricain de prévention de la violence et des conflits, afin de consolider la paix.

Le diplomate angolais, qui s'exprimait lors de l'ouverture du séminaire sur «Le rôle de la diplomatie angolaise dans la promotion d'une culture de la paix», a souligné que l'accent mis sur une culture de la paix visait également à créer les conditions pour attirer davantage d'investissements privés étrangers vers le continent.

Domingos Vieira Lopes a défendu la nécessité d'intensifier les investissements et l'industrialisation sur le continent et, ainsi, valoriser les principaux produits d'exportation.

A cette occasion, Domingos Vieira Lopes a lancé un appel au soutien et à la participation des États membres de l'Union africaine au Forum panafricain, afin d'approfondir les connaissances sur la réalité continentale.

Il a rappelé que l’objectif du séminaire, organisé aujourd’hui de manière virtuelle, était de réfléchir sur l’expérience acquise grâce au processus de paix et de réconciliation en Angola, 19 ans plus tard.

Selon le diplomate, la rencontre visait également à partager des idées sur la meilleure façon de contribuer à la préservation de la paix, dans le cadre de la 2ème édition de la Biennale de Lunada.

Quant aux préparatifs de la 2ème édition de la Biennale de Luanda, que l'Angola organise en septembre prochain, l'ambassadeur itinérant et coordinateur du Comité national de gestion de la Biennale dans la capitale angolaise, Diekumpuna Sita José, a déclaré que le concept d'une culture de la paix a à voir avec le changement.

Il a ajouté que, dans cette perspective, l'objectif fondamental des dirigeants africains était de parvenir à une ‘‘conciliation en or’’.

Selon Diekumpuna Sita José, pour éviter l'instabilité, il est nécessaire de changer les comportements individuels et collectifs, qui doivent être basés sur la tolérance, la conciliation et la culture du dialogue.

À son tour, le coordinateur international de la Biennale de Luanda, Vicenzo Fazzino, a salué l'investissement réalisé par le gouvernement angolais dans la première édition de la Biennale de Luanda, tenue du 18 au 22 septembre 2019, qui a réuni 16 pays africains et 600 participants internationaux.

La Biennale de Luanda est une plateforme de promotion de la diversité culturelle et de l'unité africaine, lieu propice aux échanges culturels et intra-africains.

L'événement, qui a lieu tous les deux ans, rassemble des acteurs et partenaires d'un mouvement panafricain de prévention de la violence et des conflits, afin de consolider la paix.