Affaire Grecima: Manuel Rabelais condamné à 14 ans de prison

 
  
  • Député Manuel Antonio Rabelais
Luanda - L'ancien directeur du Bureau de revitalisation et Marketing de l'administration (GRECIMA), Manuel Rabelais, a été condamné à 14 ans et six mois de prison par la chambre criminelle de la Cour suprême.

Son assistant, Hilário dos Santos, a été condamné à 10 ans et six mois de prison, tous deux devront également payer 250 000 kwanzas de frais de justice.

Manuel Rabelais et Hilário dos Santos ont été jugés pour détournement de fonds et blanchiment d'argent, qui ont abouti à un détournement de fonds équivalent à 98 millions 141 mille 632 euros, entre les années 2016 et 2017.

Lors du procès, initié en 2020, les crimes de violation des règles d'exécution du plan ont été exclus, pour avoir été dépénalisés, et de procédure et bénéfice indu d'avantage, pour avoir été dépénalisés, selon le ministère public.

Rabelais a vu l'approbation par le Parlement de la suspension de son mandat de député et la conséquente perte d'immunité le 27 octobre 2020.

Dans l'ordonnance du procureur, le Ministère Public mentionne que Rabelais aurait utilisé ses pouvoirs en tant que directeur du GRECIMA pour acquérir des devises de la Banque nationale d'Angola (BNA) qui ont ensuite été acheminées vers les banques commerciales pour effectuer des opérations d'achat et de transfert de devises, alléguant l'État ".

L'accusation souligne que Manuel Rabelais, assisté du co-accusé Hilário dos Santos, a transformé le GRECIMA en une authentique maison de change, incitant les entreprises et les particuliers à déposer des kwanza en échange de devises.

Le GRECIMA a été créé en mai 2012, en tant qu'organe auxiliaire de l'ancien président angolais, José Eduardo dos Santos, et dissout, en 2017, par l'actuel Président angolais, João Lourenço.

Son assistant, Hilário dos Santos, a été condamné à 10 ans et six mois de prison, tous deux devront également payer 250 000 kwanzas de frais de justice.

Manuel Rabelais et Hilário dos Santos ont été jugés pour détournement de fonds et blanchiment d'argent, qui ont abouti à un détournement de fonds équivalent à 98 millions 141 mille 632 euros, entre les années 2016 et 2017.

Lors du procès, initié en 2020, les crimes de violation des règles d'exécution du plan ont été exclus, pour avoir été dépénalisés, et de procédure et bénéfice indu d'avantage, pour avoir été dépénalisés, selon le ministère public.

Rabelais a vu l'approbation par le Parlement de la suspension de son mandat de député et la conséquente perte d'immunité le 27 octobre 2020.

Dans l'ordonnance du procureur, le Ministère Public mentionne que Rabelais aurait utilisé ses pouvoirs en tant que directeur du GRECIMA pour acquérir des devises de la Banque nationale d'Angola (BNA) qui ont ensuite été acheminées vers les banques commerciales pour effectuer des opérations d'achat et de transfert de devises, alléguant l'État ".

L'accusation souligne que Manuel Rabelais, assisté du co-accusé Hilário dos Santos, a transformé le GRECIMA en une authentique maison de change, incitant les entreprises et les particuliers à déposer des kwanza en échange de devises.

Le GRECIMA a été créé en mai 2012, en tant qu'organe auxiliaire de l'ancien président angolais, José Eduardo dos Santos, et dissout, en 2017, par l'actuel Président angolais, João Lourenço.