La CEAST réitère l'importance de l'enquête sur Cafunfo

  • L'archevêque de Luanda, Filomeno Vieira Lopes
Luanda - Le président de la Conférence épiscopale d'Angola et de Sao Tomé (CEAST), Filomeno Vieira Lopes, a réitéré mercredi, dans la capitale angolaise, la position de cette institution sur la nécessité de mener une enquête indépendante sur les événements de Cafunfo (Lunda Norte).

S'adressant à la presse, à l'issue d'une audience accordée par la vice-présidente du MPLA, Luísa Damião, il a déclaré que la question était inévitable, d’où la préoccupation de l'Église à ce sujet.

 

«Il s’avère indispensable une enquête indépendante afin que nous puissions vraiment savoir ce qui s'est passé», a déclaré l'archevêque de Luanda, Filomeno Vieira Lopes, qui était accompagné de l'archevêque de Saurimo (Lunda Sul), José Manuel Imbamba, et de l'évêque de Benguela, António Jaka, respectivement, vice-président et secrétaire général de la CEAST.

 

Pour le prélat, la perte de vies humaines est toujours un événement grave «et le pays que nous rêvons et voulons est un pays où la vie de chacun est respectée, où le peuple peut, en toute sérénité, travailler à construire son propre avenir», a-t-il souligné.

 

Il a aussi fait savoir que la CEAST considère la déclaration du Président de la République, João Lourenço, sur le sujet comme «assez équilibrée, harmonieuse et constructive».

 

 

S'adressant à la presse, à l'issue d'une audience accordée par la vice-présidente du MPLA, Luísa Damião, il a déclaré que la question était inévitable, d’où la préoccupation de l'Église à ce sujet.

 

«Il s’avère indispensable une enquête indépendante afin que nous puissions vraiment savoir ce qui s'est passé», a déclaré l'archevêque de Luanda, Filomeno Vieira Lopes, qui était accompagné de l'archevêque de Saurimo (Lunda Sul), José Manuel Imbamba, et de l'évêque de Benguela, António Jaka, respectivement, vice-président et secrétaire général de la CEAST.

 

Pour le prélat, la perte de vies humaines est toujours un événement grave «et le pays que nous rêvons et voulons est un pays où la vie de chacun est respectée, où le peuple peut, en toute sérénité, travailler à construire son propre avenir», a-t-il souligné.

 

Il a aussi fait savoir que la CEAST considère la déclaration du Président de la République, João Lourenço, sur le sujet comme «assez équilibrée, harmonieuse et constructive».