L'ambassadeur souligne l'excellence des relations Angola/Ghana

  • Ambassadeur d'Angola en République du Ghana, Augusto da Silva Gugú
Accra - L'ambassadeur d'Angola au Ghana, Augusto da Silva Cunha, a déclaré samedi à Accra, que les relations bilatérales entre les deux pays étaient avantageuses et "à un bon niveau".

Dans une interview à la presse, dans le cadre de la visite d'Etat que le Président de la République, João Lourenço, effectuera à partir de lundi 2 août, le diplôme a indiqué que les deux Etats approfondissent les relations bilatérales dans le cadre des instruments signé en 2019, lors de la visite de l'homme d'Etat ghanéen en Angola.

Selon le texte, l'Angola travaille à la mise en œuvre des accords signés en 2019, en mettant l'accent sur la suppression des visas dans les passeports diplomatiques et de service, le processus étant déjà soumis à l'Assemblée nationale.

Concernant le commerce, l'ambassadeur a expliqué que le volume ne correspond toujours pas aux intentions de l'Angola, avec un long chemin à parcourir.

Dans ce domaine, il a indiqué que l'Angola exporte des matières premières telles que le fer, l'acier et les produits marins vers le Ghana, mais l'intention est de l'étendre.

Augusto da Silva Cunha souligne comme un avantage le fait que le Ghana soit l'un des 10 pays d'Afrique de l'Ouest, avec d'autres comme le Togo et le Nigeria.

Selon le diplomate, ces dernières années, le Ghana a enregistré une croissance économique saine, malgré les effets causés par la pandémie du Covid-19, et avec une politique stable.

L'Angola et le Ghana, qui partagent une histoire commune dans la lutte pour l'indépendance nationale, ont signé les premiers instruments juridiques en 1976.

Pour renforcer les échanges et les partenariats stratégiques, les deux gouvernements ont signé en Angola, en 2019, lors de la visite du Président du Ghana, Akufo Addo, un Mémorandum dans le domaine de l'Éducation, en vue de la mobilité des enseignants et des chercheurs dans les institutions d'enseignement supérieurs et centres de recherche scientifique.

Ils ont également signé l'Accord sur le fonctionnement de la Commission de coopération bilatérale, visant à établir un cadre permettant la mise en œuvre de la Commission bilatérale, créée à la lumière de l'article 7 de l'Accord général de coopération économique, scientifique, technique et culturelle.

Parmi les accords figure également la suppression des visas réciproques dans les passeports diplomatiques et de service, qui vise à faciliter la mobilité migratoire en faveur des citoyens des deux pays titulaires de passeports diplomatiques et de service.

Dans le scénario politique et économique mondial actuel, marqué par la forte contraction des économies en raison de la pandémie du Covid-19, les deux États s'attendent à une collaboration plus étroite, dans les domaines de l'énergie, du pétrole et des hydrocarbures.

Dans une interview à la presse, dans le cadre de la visite d'Etat que le Président de la République, João Lourenço, effectuera à partir de lundi 2 août, le diplôme a indiqué que les deux Etats approfondissent les relations bilatérales dans le cadre des instruments signé en 2019, lors de la visite de l'homme d'Etat ghanéen en Angola.

Selon le texte, l'Angola travaille à la mise en œuvre des accords signés en 2019, en mettant l'accent sur la suppression des visas dans les passeports diplomatiques et de service, le processus étant déjà soumis à l'Assemblée nationale.

Concernant le commerce, l'ambassadeur a expliqué que le volume ne correspond toujours pas aux intentions de l'Angola, avec un long chemin à parcourir.

Dans ce domaine, il a indiqué que l'Angola exporte des matières premières telles que le fer, l'acier et les produits marins vers le Ghana, mais l'intention est de l'étendre.

Augusto da Silva Cunha souligne comme un avantage le fait que le Ghana soit l'un des 10 pays d'Afrique de l'Ouest, avec d'autres comme le Togo et le Nigeria.

Selon le diplomate, ces dernières années, le Ghana a enregistré une croissance économique saine, malgré les effets causés par la pandémie du Covid-19, et avec une politique stable.

L'Angola et le Ghana, qui partagent une histoire commune dans la lutte pour l'indépendance nationale, ont signé les premiers instruments juridiques en 1976.

Pour renforcer les échanges et les partenariats stratégiques, les deux gouvernements ont signé en Angola, en 2019, lors de la visite du Président du Ghana, Akufo Addo, un Mémorandum dans le domaine de l'Éducation, en vue de la mobilité des enseignants et des chercheurs dans les institutions d'enseignement supérieurs et centres de recherche scientifique.

Ils ont également signé l'Accord sur le fonctionnement de la Commission de coopération bilatérale, visant à établir un cadre permettant la mise en œuvre de la Commission bilatérale, créée à la lumière de l'article 7 de l'Accord général de coopération économique, scientifique, technique et culturelle.

Parmi les accords figure également la suppression des visas réciproques dans les passeports diplomatiques et de service, qui vise à faciliter la mobilité migratoire en faveur des citoyens des deux pays titulaires de passeports diplomatiques et de service.

Dans le scénario politique et économique mondial actuel, marqué par la forte contraction des économies en raison de la pandémie du Covid-19, les deux États s'attendent à une collaboration plus étroite, dans les domaines de l'énergie, du pétrole et des hydrocarbures.