L'autonomisation des femmes contribue à la réduction de la pauvreté - Vice-présidente du MPLA

  • Luísa Damião, Vice-présidente du MPLA
Luanda - La vice-présidente du MPLA, Luísa Damião, a déclaré mardi, à Luanda, que l'autonomisation des femmes, en tant que puissant agent de changement, contribue à la réduction de la pauvreté au sein des familles angolaises.

S’exprimant à l’ANGOP à propos du mois de mars dédié à la femme, de la journée de la femme angolaise (2 mars) et journée internationale de la femme (8 mars), Luísa Damião a déclaré que la priorité du MPLA était de soutenir les familles dans le besoin et de motiver les entreprises, les hommes d’affaires et les citoyens, à relancer l’économique.

Parmi les nombreuses questions abordées lors de l’interview, la dirigeante du MPLA, qui se considère comme une citoyenne profondément engagée pour la justice et la solidarité, a évoqué l'inclusion sociale, la justice, le développement et la démocratie.

Journaliste de profession, Luísa Damião n’a pas laisser de côté «les médias» qui, en ce moment du recouvrement d’avoirs (dans le pays), ont, selon elle, acquis une plus grande conscience critique, avec des radios de plus en plus plurielles et dynamiques, et avec la franche croissance des organes alternatives, telles que les plateformes numériques et les réseaux sociaux (...).

S’exprimant à l’ANGOP à propos du mois de mars dédié à la femme, de la journée de la femme angolaise (2 mars) et journée internationale de la femme (8 mars), Luísa Damião a déclaré que la priorité du MPLA était de soutenir les familles dans le besoin et de motiver les entreprises, les hommes d’affaires et les citoyens, à relancer l’économique.

Parmi les nombreuses questions abordées lors de l’interview, la dirigeante du MPLA, qui se considère comme une citoyenne profondément engagée pour la justice et la solidarité, a évoqué l'inclusion sociale, la justice, le développement et la démocratie.

Journaliste de profession, Luísa Damião n’a pas laisser de côté «les médias» qui, en ce moment du recouvrement d’avoirs (dans le pays), ont, selon elle, acquis une plus grande conscience critique, avec des radios de plus en plus plurielles et dynamiques, et avec la franche croissance des organes alternatives, telles que les plateformes numériques et les réseaux sociaux (...).