L’ENI prévoit d'investir 7 milliards de dollars américains en Angola d'ici 2025

  • Le président João Lourenço reçoit le président de l'ENI
Luanda - La compagnie pétrolière italienne ENI-SPA a annoncé ce mardi à Luanda qu'elle prévoyait d'investir, dans les quatre prochaines années, sept milliards de dollars dans la recherche, la production, le raffinage et l'énergie solaire.

C’est ce qu’a informé à la presse à l'issue d'une audience que le Chef de l'Etat angolais, João Lourenço, a accordée au président du conseil d'administration de l'ENI-SPA, Claudio Descalzi.

À la fin de la réunion, le président exécutif de l'ENI, Guido Brusco, a déclaré qu'à l'audience, João Lourenço et Claudio Descalzi ont analysé les projets de production d'essence et de diesel biologique.

Ce sont des projets qui devraient stimuler l'agriculture et réduire les émissions de carbone.

Le responsable de l’ENI a indiqué que la province de Namibe pourrait avoir, d'ici un an, un projet de production de 50 mégawatts pour remplacer le système électrique diesel, ce qui permettra d'économiser quatre fois plus que ce qui est actuellement dépensé.

Guido Brusco a dit penser que les investissements, en cours, garantiront un grand nombre d'emplois, principalement dans le domaine de l'agriculture.

Il a indiqué avoir également rendu compte au Président de la République des succès obtenus dans la mise en œuvre de plusieurs projets dans le domaine de la recherche et de la production, au cours des trois dernières années.

Dans le domaine social, a-t-il poursuivi, des projets sont en cours à Cabinda, Huíla et Namibe pour faciliter l'accès à l'eau potable et à l'électricité, ainsi que pour améliorer les services de santé.

Il a également souligné qu'un programme de formation pour plus de 600 médecins dans les provinces de Luanda et Cabinda serait également prévu, avec la participation de spécialistes italiens et angolais.

Il a expliqué que le démarrage du projet pour les médecins a été affecté par la pandémie du covid-19.

Présente dans environ 70 pays, la multinationale italienne opère en Angola depuis 1980 et a commencé la production de pétrole en 1991.

L'Angola est un pays central pour la croissance stratégique des opérations mondiales de l'ENI, avec environ 350 employés dans le pays.

Au troisième trimestre 2020, la compagnie pétrolière a produit 1,7 million de barils par jour, enregistrant une réduction de 10% par rapport à la même période (1,74 million de barils par jour).

En janvier 2020, l’ENI a obtenu une nouvelle licence d'exploration et de production dans le bassin inexploré de Namibe (offshore). Opérant dans le bloc 28, la société détient une participation de 60%.

L’ENI détient également une participation de 13,6% dans Angola LNG, qui exploite une usine de gaz naturel liquéfié, située à Soyo, dans la province de Zaire.

C’est ce qu’a informé à la presse à l'issue d'une audience que le Chef de l'Etat angolais, João Lourenço, a accordée au président du conseil d'administration de l'ENI-SPA, Claudio Descalzi.

À la fin de la réunion, le président exécutif de l'ENI, Guido Brusco, a déclaré qu'à l'audience, João Lourenço et Claudio Descalzi ont analysé les projets de production d'essence et de diesel biologique.

Ce sont des projets qui devraient stimuler l'agriculture et réduire les émissions de carbone.

Le responsable de l’ENI a indiqué que la province de Namibe pourrait avoir, d'ici un an, un projet de production de 50 mégawatts pour remplacer le système électrique diesel, ce qui permettra d'économiser quatre fois plus que ce qui est actuellement dépensé.

Guido Brusco a dit penser que les investissements, en cours, garantiront un grand nombre d'emplois, principalement dans le domaine de l'agriculture.

Il a indiqué avoir également rendu compte au Président de la République des succès obtenus dans la mise en œuvre de plusieurs projets dans le domaine de la recherche et de la production, au cours des trois dernières années.

Dans le domaine social, a-t-il poursuivi, des projets sont en cours à Cabinda, Huíla et Namibe pour faciliter l'accès à l'eau potable et à l'électricité, ainsi que pour améliorer les services de santé.

Il a également souligné qu'un programme de formation pour plus de 600 médecins dans les provinces de Luanda et Cabinda serait également prévu, avec la participation de spécialistes italiens et angolais.

Il a expliqué que le démarrage du projet pour les médecins a été affecté par la pandémie du covid-19.

Présente dans environ 70 pays, la multinationale italienne opère en Angola depuis 1980 et a commencé la production de pétrole en 1991.

L'Angola est un pays central pour la croissance stratégique des opérations mondiales de l'ENI, avec environ 350 employés dans le pays.

Au troisième trimestre 2020, la compagnie pétrolière a produit 1,7 million de barils par jour, enregistrant une réduction de 10% par rapport à la même période (1,74 million de barils par jour).

En janvier 2020, l’ENI a obtenu une nouvelle licence d'exploration et de production dans le bassin inexploré de Namibe (offshore). Opérant dans le bloc 28, la société détient une participation de 60%.

L’ENI détient également une participation de 13,6% dans Angola LNG, qui exploite une usine de gaz naturel liquéfié, située à Soyo, dans la province de Zaire.