L'Exécutif apporte l’éclairage sur les lignes de la révision constitutionnelle

  • Le ministre d'État et chef de la Maison civile du Président de la République, Adão de Almeida
Luanda - La proposition de révision ponctuelle de la constitution présentée mardi par le Chef de l'Etat angolais, João Lourenço, à l'Assemblée nationale, vise à préserver la stabilité sociale, à correspondre à la réalité et aux défis du développement du pays.

L'information a été rendue publique par le ministre d'État et chef de la Maison civile du Président de la République, Adão de Almeida.

 

Lors d'une conférence de presse, le gouvernant a informé que la proposition prévoyait la révision de 40 articles de la Constitution, qui, le 5 février dernier, a fait onze (11) ans d'existence.

 

Pour Adão de Almeida, il s'agit d'une révision ponctuelle mais très importante, "car si nous avons une bonne Constitution, les notes existantes nous permettent de dire que nous pouvons avoir une Constitution un peu meilleure que celle que nous avons actuellement".

 

Il justifie de revoir la nécessité d'un renforcement institutionnel, notamment en ce qui concerne la relation entre le Président de la République et l'Assemblée nationale, ainsi que de clarifier les situations et d'éliminer les parties ambiguës.

 

Inéligibilité présidentielle

 

Selon Adão de Almeida, la Constitution actuelle mêle entraves et inéligibilité à la candidature à la présidence de la République, ce qui est clarifié dans la nouvelle proposition, maintenant les actuelles, se référant principalement aux citoyens qui détiennent une nationalité acquise, s'ajoutant aux personnes condamnées à des peines de prison de plus de trois ans, comme cela est déjà prévu pour les candidats à la fonction de député.

 

Il a également expliqué que les situations des présidents qui ont abandonné leur fonction, au cours du deuxième mandat, cette proposition les empêche de se présenter pour un troisième mandat.

 

Calendrier électoral

 

 Il a expliqué que la stabilisation du calendrier électoral est recherchée avec la fixation de la date des élections à la troisième semaine d'août, garantissant une prévisibilité et une meilleure possibilité de les organiser.

 

La vacance du poste de vice-président de la République, a-t-il précisé, est désormais proposée par le parti politique auquel appartient le candidat, après avoir écouté le Président de la République et validée par la Cour constitutionnelle.

 

Sur la base de la proposition actuelle, la Cour suprême devrait être l’organe suprême du système judiciaire, plutôt que l’organe constitutionnel. Dans ce contexte, a-t-il ajouté, le président de cette instance rejoint le Conseil de la République, ce qui porterait le nombre de membres de 10 à 15.

 

Relation entre le PR et le Parlement

 

A son tour, le ministre de l'Administration du Territoire, Marcy Lopes, a déclaré que la proposition de Loi Constitutionnelle clarifiera également la relation entre le Président de la République et celle de l'Assemblée Nationale, les mécanismes d'inspection par l'Exécutif, à travers des auditions, interpellations et commissions d'enquête parlementaires.

 

La question du gradualisme des élections municipales est ouverte au débat, sans avoir pour fait limitatif la Constitution actuelle.

 

Autres altérations

 

Selon le ministre de la Justice et des Droits de l'Homme, Francisco Queiroz, la révision constitutionnelle introduit des changements aux articles 14, 37 et 92, tout en répondant aux défis de la promotion du développement économique.

 

Il a également souligné que cela permettra la nationalisation et la confiscation des propriétés privées, s'il peut être prouvé qu'elles ont été constituées avec des fonds publics, pour autant qu'il y ait intérêt national.

 

Francisco Queirós ajoute que la limite d'âge des juges peut aller jusqu'à 70 ans.

 

 

 

 

 

 

 

L'information a été rendue publique par le ministre d'État et chef de la Maison civile du Président de la République, Adão de Almeida.

 

Lors d'une conférence de presse, le gouvernant a informé que la proposition prévoyait la révision de 40 articles de la Constitution, qui, le 5 février dernier, a fait onze (11) ans d'existence.

 

Pour Adão de Almeida, il s'agit d'une révision ponctuelle mais très importante, "car si nous avons une bonne Constitution, les notes existantes nous permettent de dire que nous pouvons avoir une Constitution un peu meilleure que celle que nous avons actuellement".

 

Il justifie de revoir la nécessité d'un renforcement institutionnel, notamment en ce qui concerne la relation entre le Président de la République et l'Assemblée nationale, ainsi que de clarifier les situations et d'éliminer les parties ambiguës.

 

Inéligibilité présidentielle

 

Selon Adão de Almeida, la Constitution actuelle mêle entraves et inéligibilité à la candidature à la présidence de la République, ce qui est clarifié dans la nouvelle proposition, maintenant les actuelles, se référant principalement aux citoyens qui détiennent une nationalité acquise, s'ajoutant aux personnes condamnées à des peines de prison de plus de trois ans, comme cela est déjà prévu pour les candidats à la fonction de député.

 

Il a également expliqué que les situations des présidents qui ont abandonné leur fonction, au cours du deuxième mandat, cette proposition les empêche de se présenter pour un troisième mandat.

 

Calendrier électoral

 

 Il a expliqué que la stabilisation du calendrier électoral est recherchée avec la fixation de la date des élections à la troisième semaine d'août, garantissant une prévisibilité et une meilleure possibilité de les organiser.

 

La vacance du poste de vice-président de la République, a-t-il précisé, est désormais proposée par le parti politique auquel appartient le candidat, après avoir écouté le Président de la République et validée par la Cour constitutionnelle.

 

Sur la base de la proposition actuelle, la Cour suprême devrait être l’organe suprême du système judiciaire, plutôt que l’organe constitutionnel. Dans ce contexte, a-t-il ajouté, le président de cette instance rejoint le Conseil de la République, ce qui porterait le nombre de membres de 10 à 15.

 

Relation entre le PR et le Parlement

 

A son tour, le ministre de l'Administration du Territoire, Marcy Lopes, a déclaré que la proposition de Loi Constitutionnelle clarifiera également la relation entre le Président de la République et celle de l'Assemblée Nationale, les mécanismes d'inspection par l'Exécutif, à travers des auditions, interpellations et commissions d'enquête parlementaires.

 

La question du gradualisme des élections municipales est ouverte au débat, sans avoir pour fait limitatif la Constitution actuelle.

 

Autres altérations

 

Selon le ministre de la Justice et des Droits de l'Homme, Francisco Queiroz, la révision constitutionnelle introduit des changements aux articles 14, 37 et 92, tout en répondant aux défis de la promotion du développement économique.

 

Il a également souligné que cela permettra la nationalisation et la confiscation des propriétés privées, s'il peut être prouvé qu'elles ont été constituées avec des fonds publics, pour autant qu'il y ait intérêt national.

 

Francisco Queirós ajoute que la limite d'âge des juges peut aller jusqu'à 70 ans.