L'exécutif réitère son engagement à améliorer l'exercice de la Communication sociale

  • Jornalistas angolanos
Luanda - L'exécutif angolais a réitéré, ce lundi, son engagement en faveur de la promotion d'un meilleur environnement politique et juridique, qui favorise le développement de la Communication sociale.

Dans une déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai), le ministère des Télécommunications, des Technologies de l'Information et de la Communication Sociale exprime le souhait que cet environnement permette la faisabilité de la mission sociale de la presse, tout en respectant les principes universellement acceptés.          
Le département ministériel réaffirme son engagement à poursuivre les actions en faveur du renforcement du secteur et appelle les professionnels à exercer un journalisme de plus en plus compétent, rigoureux, responsable, impartial et patriotique.

Il encourage un journalisme qui respecte l'éthique et la déontologie de la profession et de la loi, capable de contribuer à la consolidation de l'État démocratique et de droit, à l'unité nationale, au développement économique et social et à l'intériorisation du sentiment patriotique.

Selon ce département ministériel, la Journée mondiale de la liberté de la presse devrait servir d'incitation pour tous, afin que, ensemble, ils fassent de l'information, en tant que bien public, une réalité dans la société angolaise.

Dans sa déclaration, il déclare que l'information supposée être un bien public doit se traduire par une prise de conscience de la nécessité de garantir la viabilité économique des médias, la transparence des entreprises d’Internet et la littératie sur les moyens de communication et d'information.

Le ministère relève le défi lancé cette année par l'UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, et affirme qu'il s'est engagé à poursuivre ses efforts pour créer les conditions pour que l'information, en tant que bien public, devienne une réalité dans la vie de chacun.

Le Monde célèbre aujourd'hui la Journée de la liberté de la presse, 3 mai, une date fixée par les Nations Unies en 1993, en faveur de la défense de la liberté d'expression, de l'accès universel à l'information et de l'exercice du journalisme en tant que service public.

Cette année, la célébration de la date a lieu sous le slogan «L'information comme bien public», défini par l'UNESCO pour 2021, dans un scénario médiatique difficile, compte tenu du contexte politique, économique et social mondial actuel, aggravé par la Covid-19.

Selon MINTTICS, la célébration du 28ème anniversaire de la proclamation de la Journée mondiale de la liberté de la presse est l'occasion pour chacun de réfléchir à l'urgence du droit à la liberté de la presse et d'expression à exercer librement et de manière responsable.

Et à cet égard, il déclare que les journalistes ont une mission particulière, car, de plus en plus, il devient impératif que les journalistes produisent d'informations véridiques, d'intérêt public, qui diffèrent de celles diffusées par d’autres plateformes de communication, sans rigueur journalistique.

Dans une déclaration à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse (3 mai), le ministère des Télécommunications, des Technologies de l'Information et de la Communication Sociale exprime le souhait que cet environnement permette la faisabilité de la mission sociale de la presse, tout en respectant les principes universellement acceptés.          
Le département ministériel réaffirme son engagement à poursuivre les actions en faveur du renforcement du secteur et appelle les professionnels à exercer un journalisme de plus en plus compétent, rigoureux, responsable, impartial et patriotique.

Il encourage un journalisme qui respecte l'éthique et la déontologie de la profession et de la loi, capable de contribuer à la consolidation de l'État démocratique et de droit, à l'unité nationale, au développement économique et social et à l'intériorisation du sentiment patriotique.

Selon ce département ministériel, la Journée mondiale de la liberté de la presse devrait servir d'incitation pour tous, afin que, ensemble, ils fassent de l'information, en tant que bien public, une réalité dans la société angolaise.

Dans sa déclaration, il déclare que l'information supposée être un bien public doit se traduire par une prise de conscience de la nécessité de garantir la viabilité économique des médias, la transparence des entreprises d’Internet et la littératie sur les moyens de communication et d'information.

Le ministère relève le défi lancé cette année par l'UNESCO, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, et affirme qu'il s'est engagé à poursuivre ses efforts pour créer les conditions pour que l'information, en tant que bien public, devienne une réalité dans la vie de chacun.

Le Monde célèbre aujourd'hui la Journée de la liberté de la presse, 3 mai, une date fixée par les Nations Unies en 1993, en faveur de la défense de la liberté d'expression, de l'accès universel à l'information et de l'exercice du journalisme en tant que service public.

Cette année, la célébration de la date a lieu sous le slogan «L'information comme bien public», défini par l'UNESCO pour 2021, dans un scénario médiatique difficile, compte tenu du contexte politique, économique et social mondial actuel, aggravé par la Covid-19.

Selon MINTTICS, la célébration du 28ème anniversaire de la proclamation de la Journée mondiale de la liberté de la presse est l'occasion pour chacun de réfléchir à l'urgence du droit à la liberté de la presse et d'expression à exercer librement et de manière responsable.

Et à cet égard, il déclare que les journalistes ont une mission particulière, car, de plus en plus, il devient impératif que les journalistes produisent d'informations véridiques, d'intérêt public, qui diffèrent de celles diffusées par d’autres plateformes de communication, sans rigueur journalistique.