Les Églises appellent au dialogue entre Angolais

  • Foto família dos membros das igrejas que participaram no culto ecuménico dos 45 anos de independência
  • Celebração do culto ecuménico dos 45 anos de independência
  • Celebração do culto ecuménico dos 45 anos de independência
  • Celebração do culto ecuménico dos 45 anos de Indepedência
Luanda - Les chefs religieux ont appelé samedi à Luanda à une culture du dialogue et de la prévention des réactions ou solutions violentes, qu'elles soient politiques ou sociales.

Les leaders religieux reconnaissent le moment critique et les défis que traverse le pays, en raison de l'augmentation du chômage, de la faim, de la violence domestique, de la criminalité, de la prostitution, du déni de paternité, ainsi que de la consommation excessive d'alcool.


Dans ce contexte, ils appellent les Angolais à maintenir leur engagement envers Dieu et le pays, ainsi qu'à promouvoir une culture de dialogue et de préservation de la paix obtenue avec beaucoup de sacrifices.


La révérende Deolinda Dorca Teca a défendu la promotion d'initiatives qui favorisent le dialogue pour des solutions pacifiques aux différends.


Deolinda Dorca Teca conseille au Gouvernement de continuer à suivre la voie du dialogue, car le processus de la conquête de la paix sociale est constant.


«C'est un travail patient, qui recherche la vérité et la justice, qui honore la mémoire des victimes de la liberté et qui ouvre, pas à pas, une espérance commune, plus forte que la vengeance», a déclaré Dorca Teca.


À son tour, l'archevêque Dom Filomeno Vieira Dias a laissé un message de foi et d'espoir aux Angolais, faisant référence au fait que le culte n'était pas simplement un simple sentiment nostalgique, mais plutôt pour reconnaître l'origine de l'Angolanité.


Le prélat a également invité la classe politique à prier, car la paix sociale naît d'un cœur en paix.

 

Le culte œcuménique faisant allusion à 45 ans d'indépendance nationale a réuni le ministre de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement, Jomo Fortunato, la secrétaire d'État à la Culture, Maria de Jesus da Piedade, et d'autres personnalités de l'État et des leaders religieux.

 

Les leaders religieux reconnaissent le moment critique et les défis que traverse le pays, en raison de l'augmentation du chômage, de la faim, de la violence domestique, de la criminalité, de la prostitution, du déni de paternité, ainsi que de la consommation excessive d'alcool.


Dans ce contexte, ils appellent les Angolais à maintenir leur engagement envers Dieu et le pays, ainsi qu'à promouvoir une culture de dialogue et de préservation de la paix obtenue avec beaucoup de sacrifices.


La révérende Deolinda Dorca Teca a défendu la promotion d'initiatives qui favorisent le dialogue pour des solutions pacifiques aux différends.


Deolinda Dorca Teca conseille au Gouvernement de continuer à suivre la voie du dialogue, car le processus de la conquête de la paix sociale est constant.


«C'est un travail patient, qui recherche la vérité et la justice, qui honore la mémoire des victimes de la liberté et qui ouvre, pas à pas, une espérance commune, plus forte que la vengeance», a déclaré Dorca Teca.


À son tour, l'archevêque Dom Filomeno Vieira Dias a laissé un message de foi et d'espoir aux Angolais, faisant référence au fait que le culte n'était pas simplement un simple sentiment nostalgique, mais plutôt pour reconnaître l'origine de l'Angolanité.


Le prélat a également invité la classe politique à prier, car la paix sociale naît d'un cœur en paix.

 

Le culte œcuménique faisant allusion à 45 ans d'indépendance nationale a réuni le ministre de la Culture, du Tourisme et de l'Environnement, Jomo Fortunato, la secrétaire d'État à la Culture, Maria de Jesus da Piedade, et d'autres personnalités de l'État et des leaders religieux.