João Lourenço rencontre le président de la CEEAC

 
  
  • Chefe de Estado angolano, João Lourenço (à dir.), reúne-se com o seu homólogo da República do Congo e Presidente da Comunidade Económica dos Estados da África Central, Dennis Sassou Nguessou (à esq.)
  • Bandeiras de Países Africanos em Libreville Gabão
  • Chefe de Estado angolano, João Lourenço
  • Passagem da presidência da CEEAC do Chefe de Estado gabonês, Ali Bongó, para o seu homólogo congolês Dennis Sassou Nguessou.
  • Cimeira de Chefes de Estado e de Governo da Comunidade Económica dos Estados da África Central
Libreville (de l'envoyé spécial) - Le Chef de l'État angolais, João Lourenço, a tenu ce vendredi à Libreville (Gabon), une réunion privée avec son homologue de la République du Congo et président de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), Dennis Sassou Nguessou.

La réunion s'est déroulée en marge du sommet de la CEEAC, au cours duquel Dennis Sassou Nguessou a assumé la présidence tournante (d’un an) de l'organisation, en remplacement du président gabonais, Ali Bongo.

Le président angolais a également tenu des réunions séparées avec ses homologues de la République centrafricaine (RCA), Faustin Touadera, et du Tchad, Idris Deby.

L'instabilité politique en RCA, qui organise les élections le 27 décembre de cette année, avec 24 candidats à la présidence du pays, a dominé la rencontre entre João Lourenço et Faustin Touadera.

Sommet

S'adressant à la presse, le ministre angolais des Relations extérieures, Téte António, a déclaré que, compte tenu de la situation en RCA, les dirigeants de la CEEAC avaient décidé de nommer un médiateur permanent pour s'occuper des affaires intérieures du pays dans un proche avenir.

Ils ont également accepté de déployer une mission d'observation électorale dans ce pays, en vue de garantir qu'elles se déroulent de manière pacifique.

Le chef de la diplomatie angolaise a également informé que les dirigeants de la CEEAC étaient parvenus à un consensus sur le plan stratégique indicatif, présenté par le président du comité d'organisation, l'Angolais Gilberto Veríssimo.

Les enjeux politiques, diplomatiques, économiques, financiers et sociaux de l'organisation ont été analysés lors du sommet, qui a été précédé de réunions au niveau des experts et des ministres, par visioconférence, depuis Libreville.

La CEEAC a été créée en décembre 1981 à Libreville, au Gabon, où se trouve son siège, et est devenue opérationnelle en 1985.

Ses objectifs sont de promouvoir un développement autosuffisant, avec un accent particulier sur la stabilité économique et l'amélioration de la qualité de vie des citoyens de la communauté.

La CEEAC comprend l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, la  République du Congo, la République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Rwanda, São Tomé et Principe et le Tchad.

La réunion s'est déroulée en marge du sommet de la CEEAC, au cours duquel Dennis Sassou Nguessou a assumé la présidence tournante (d’un an) de l'organisation, en remplacement du président gabonais, Ali Bongo.

Le président angolais a également tenu des réunions séparées avec ses homologues de la République centrafricaine (RCA), Faustin Touadera, et du Tchad, Idris Deby.

L'instabilité politique en RCA, qui organise les élections le 27 décembre de cette année, avec 24 candidats à la présidence du pays, a dominé la rencontre entre João Lourenço et Faustin Touadera.

Sommet

S'adressant à la presse, le ministre angolais des Relations extérieures, Téte António, a déclaré que, compte tenu de la situation en RCA, les dirigeants de la CEEAC avaient décidé de nommer un médiateur permanent pour s'occuper des affaires intérieures du pays dans un proche avenir.

Ils ont également accepté de déployer une mission d'observation électorale dans ce pays, en vue de garantir qu'elles se déroulent de manière pacifique.

Le chef de la diplomatie angolaise a également informé que les dirigeants de la CEEAC étaient parvenus à un consensus sur le plan stratégique indicatif, présenté par le président du comité d'organisation, l'Angolais Gilberto Veríssimo.

Les enjeux politiques, diplomatiques, économiques, financiers et sociaux de l'organisation ont été analysés lors du sommet, qui a été précédé de réunions au niveau des experts et des ministres, par visioconférence, depuis Libreville.

La CEEAC a été créée en décembre 1981 à Libreville, au Gabon, où se trouve son siège, et est devenue opérationnelle en 1985.

Ses objectifs sont de promouvoir un développement autosuffisant, avec un accent particulier sur la stabilité économique et l'amélioration de la qualité de vie des citoyens de la communauté.

La CEEAC comprend l’Angola, le Burundi, le Cameroun, la République centrafricaine, la  République du Congo, la République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, le Rwanda, São Tomé et Principe et le Tchad.