Le Chef de l’Etat clôture sa journée avec des rencontres d’affaires

  • Le Président de la République, João Lourenço, a rencontré des hommes d'affaires en Turquie
Ankara – Le Président de la République, João Lourenço, a clôturé mercredi, le programme officiel de sa première visite d’Etat en Turquie, marquée par la signature de dix instruments juridiques et une série de rencontres d’affaires.

Le dernier jour de la journée du Chef de l’Etat angolais, qui a quitté la capitale du pays ce jeudi (29), a été marqué par sa participation au Forum entrepreneurial Angola-Turquie, un événement au cours duquel il a souligné le potentiel économique de l'Angola et demandé des investissements turcs.

S'exprimant lors du forum, qui a réuni plusieurs hommes d'affaires des deux États, João Lourenço a déclaré que l'Angola entend renforcer les relations économiques, financières et commerciales avec la Turquie, afin d'établir les bases d'une coopération stratégique.

Devant des dizaines d'hommes d'affaires locaux, le Chef de l'État a indiqué qu'il entend attirer davantage d'investisseurs dans le pays, en apportant des capitaux financiers, des technologies de pointe et des connaissances, afin d'augmenter, rapidement et efficacement, la production de biens et de services.

João Lourenço a évoqué les avantages réels d'investir en Angola, les principaux domaines dans lesquels on peut compter sur les investissements privés de la Turquie, et ce que les Angolais veulent réellement dans ce partenariat stratégique avec les Turcs, laissant l'invitation à investir dans le pays.

Le message du Chef de l'État angolais a été salué par le secteur des affaires en Turquie, qui se dit prêt à apporter des connaissances techniques et technologiques et à promouvoir l'emploi en Angola, comme l'a déclaré l'homme d'affaires Ahmet Calik, de la société Calik Holding.

S'adressant à la presse angolaise, après une audience avec João Lourenço, il a déclaré que les deux Etats ont vécu une journée historique dans leurs relations de coopération bilatérale, compte tenu des résultats du forum.

« Lors d'une réunion à deux, le président nous a demandé de renforcer les relations et les contacts avec l'AIPEX et en réponse à cela, nous tiendrons des réunions virtuelles en octobre prochain, pour avoir des nouvelles », a-t-il expliqué, déclarant vouloir investir en Angola dans plusieurs domaines.

Il a dit que son entreprise opère dans plusieurs secteurs, tels que les mines, la construction, la banque, le textile, entre autres, mais souhaite investir dans les secteurs de l'énergie, des mines et de la pétrochimie.

Il a ajouté que son groupe d'entreprises estime un investissement en Angola de 1,5 à 2 milliards USD, soulignant que, plus que de créer des emplois, l'un de ses défis est de former la jeunesse angolaise.

"C'est notre politique de nationaliser notre présence en Turquie", a-t-il déclaré.

"Le président nous a motivés pour aller en Angola et nous le sommes. Demain (jeudi) nous allons rencontrer la direction de l'entreprise, pour voir les prochaines étapes que nous allons franchir en Angola et encore une fois je remercie le président pour cette rencontre", a-t-il souligné.

En substance, le président angolais a accordé sept audiences à des hommes d'affaires turcs, qui se sont engagés à se rendre en Angola pour y faire des investissements.

Concernant cette première visite d'un chef d'État angolais en Turquie, le ministre des Relations Extérieures, Tete António, a affirmé qu'elle avait produit des résultats concrets et ouvert un nouveau cycle de coopération bilatérale, qui pourrait être consolidé avec la visite du président turc à Angola.

La visite de l'homme d'Etat, à l'invitation de son homologue angolais, est prévue en octobre.

"Cette visite en Angola est aussi l'expression de la considération que ce pays porte à l'Angola et de la relation que nous commençons à consolider", a déclaré le ministre des Relations Extérieures.

Quant au Forum économique, le ministre des Relations Extérieures a expliqué qu'il contribuera à la relation de coopération économique entre les deux Etats, soulignant qu'il s'agit d'une nouvelle page ouverte dans ce partenariat.

"C'est une nouvelle page qui s'ouvre, qui sort avec des résultats concrets", a-t-il déclaré. Or, mardi dernier, le président de la République, João Lourenço, a indiqué, lors d'une conférence de presse, que sa visite de travail était très importante, c'est-à-dire un succès.

L'homme d'Etat a déclaré avoir profité de l'occasion pour faire le point sur l'état de la coopération bilatérale lors de la rencontre privée avec son homologue et lors des entretiens officiels entre les deux délégations, ayant décidé la nécessité d'augmenter considérablement l'état de la coopération.

Le dernier jour de la journée du Chef de l’Etat angolais, qui a quitté la capitale du pays ce jeudi (29), a été marqué par sa participation au Forum entrepreneurial Angola-Turquie, un événement au cours duquel il a souligné le potentiel économique de l'Angola et demandé des investissements turcs.

S'exprimant lors du forum, qui a réuni plusieurs hommes d'affaires des deux États, João Lourenço a déclaré que l'Angola entend renforcer les relations économiques, financières et commerciales avec la Turquie, afin d'établir les bases d'une coopération stratégique.

Devant des dizaines d'hommes d'affaires locaux, le Chef de l'État a indiqué qu'il entend attirer davantage d'investisseurs dans le pays, en apportant des capitaux financiers, des technologies de pointe et des connaissances, afin d'augmenter, rapidement et efficacement, la production de biens et de services.

João Lourenço a évoqué les avantages réels d'investir en Angola, les principaux domaines dans lesquels on peut compter sur les investissements privés de la Turquie, et ce que les Angolais veulent réellement dans ce partenariat stratégique avec les Turcs, laissant l'invitation à investir dans le pays.

Le message du Chef de l'État angolais a été salué par le secteur des affaires en Turquie, qui se dit prêt à apporter des connaissances techniques et technologiques et à promouvoir l'emploi en Angola, comme l'a déclaré l'homme d'affaires Ahmet Calik, de la société Calik Holding.

S'adressant à la presse angolaise, après une audience avec João Lourenço, il a déclaré que les deux Etats ont vécu une journée historique dans leurs relations de coopération bilatérale, compte tenu des résultats du forum.

« Lors d'une réunion à deux, le président nous a demandé de renforcer les relations et les contacts avec l'AIPEX et en réponse à cela, nous tiendrons des réunions virtuelles en octobre prochain, pour avoir des nouvelles », a-t-il expliqué, déclarant vouloir investir en Angola dans plusieurs domaines.

Il a dit que son entreprise opère dans plusieurs secteurs, tels que les mines, la construction, la banque, le textile, entre autres, mais souhaite investir dans les secteurs de l'énergie, des mines et de la pétrochimie.

Il a ajouté que son groupe d'entreprises estime un investissement en Angola de 1,5 à 2 milliards USD, soulignant que, plus que de créer des emplois, l'un de ses défis est de former la jeunesse angolaise.

"C'est notre politique de nationaliser notre présence en Turquie", a-t-il déclaré.

"Le président nous a motivés pour aller en Angola et nous le sommes. Demain (jeudi) nous allons rencontrer la direction de l'entreprise, pour voir les prochaines étapes que nous allons franchir en Angola et encore une fois je remercie le président pour cette rencontre", a-t-il souligné.

En substance, le président angolais a accordé sept audiences à des hommes d'affaires turcs, qui se sont engagés à se rendre en Angola pour y faire des investissements.

Concernant cette première visite d'un chef d'État angolais en Turquie, le ministre des Relations Extérieures, Tete António, a affirmé qu'elle avait produit des résultats concrets et ouvert un nouveau cycle de coopération bilatérale, qui pourrait être consolidé avec la visite du président turc à Angola.

La visite de l'homme d'Etat, à l'invitation de son homologue angolais, est prévue en octobre.

"Cette visite en Angola est aussi l'expression de la considération que ce pays porte à l'Angola et de la relation que nous commençons à consolider", a déclaré le ministre des Relations Extérieures.

Quant au Forum économique, le ministre des Relations Extérieures a expliqué qu'il contribuera à la relation de coopération économique entre les deux Etats, soulignant qu'il s'agit d'une nouvelle page ouverte dans ce partenariat.

"C'est une nouvelle page qui s'ouvre, qui sort avec des résultats concrets", a-t-il déclaré. Or, mardi dernier, le président de la République, João Lourenço, a indiqué, lors d'une conférence de presse, que sa visite de travail était très importante, c'est-à-dire un succès.

L'homme d'Etat a déclaré avoir profité de l'occasion pour faire le point sur l'état de la coopération bilatérale lors de la rencontre privée avec son homologue et lors des entretiens officiels entre les deux délégations, ayant décidé la nécessité d'augmenter considérablement l'état de la coopération.