Le président portugais remet la valeur d'un prix à Caritas du Mozambique

  • Le président de la CPLP, João Lourenço, remet le prix" José de Oliveira, à son homologue portugais, Marcelo Rebelo de Sousa
Luanda - Le président de la République portugaise, Marcelo Rebelo de Sousa, a fait samedi, don à Caritas de Mozambique, d'une valeur de 30 000 euros du prix José Aparecido de Sousa.

Nominé par le Real Gabinete de Leitura,une institution historique de Rio de Janeiro (Brésil), Marcelo Rebelo de Sousa a remporté le prix, en reconnaissance de sa carrière unique en tant que journaliste, professeur et homme politique, dans la défense et la promotion des valeurs de la Communauté des pays de langue portugaise et pour sa forte contribution à la promotion et à la diffusion de la langue portugaise.

L'annonce a été faite à l'issue de la XIIIe Conférence des chefs d'État et de gouvernement de la CPLP.

Dans de brèves déclarations, après avoir reçu le prix, Marcelo Rebelo de Sousa a souligné la figure de José Aparecido de Sousa, dans l'agrandissement et la projection de l'organisation dans le monde, ainsi qu'il a salué le travail développé par Caritas du Mozambique, comme une forme de justifier sa décision.

Cette année, parmi les nominés pour le prix figuraient, outre le président portugais, les anciens secrétaires exécutifs de la CPLP Maria do Carmo Silveira (mandat 2016-2018), Murade Murargy (2012-2016), le poète José Luís Tavares, l'Université de Coimbra - Alma Mater Portuguesa, les professeurs de littérature portugaise et brésilienne, Roberto Vecchi, de littérature hispano-américaine, Jorge Schwartz, la Société allemande des pays africains de langue portugaise et l'expert en proverbes André Almeida Panzo.

Créé en 2011 et organisé tous les deux ans, le prix prévoit l'attribution d'un diplôme de mérite et de valeur monétaire et vise à honorer des personnalités et des institutions qui se distinguent dans la défense, la valorisation et la promotion de la communauté lusophone.

José Aparecido de Oliveira était un homme politique et ancien ministre de la Culture au Brésil, considéré comme l'un des principaux défenseurs de la création de la CPLP.

Le premier lauréat, en 2012, était l'ancien chef d'État brésilien, Lula da Silva, suivi de l'ancien président du Timor-Oriental, Xanana Gusmão (2013), du Centre épiscopal timorais (2014), l'ancien président portugais Jorge Sampaio (2015), l'ancien haut représentant de l'Union africaine en Europe, Carlos Lopes (2016), le diplomate Lauro Moreira (2016) et le secrétaire général de l'ONU, António Guterres (2018).

 La XIII Conférence des chefs d'État et de gouvernement s'est tenue à Luanda sous le slogan « Construire et renforcer un avenir commun et durable », l'Angola assumant la présidence de l'organisation pour les deux prochaines années (2021-2023).

Fondée le 17 juillet 1996 à Lisbonne (Portugal), la CPLP est composée de neuf États, notamment l'Angola, le Brésil, le Mozambique, le Cap Vert, São Tomé et Príncipe, la Guinée équatoriale, le Timor oriental, la Guinée Bissau et le Portugal, pays qui héberge le siège de l'organisation.

Nominé par le Real Gabinete de Leitura,une institution historique de Rio de Janeiro (Brésil), Marcelo Rebelo de Sousa a remporté le prix, en reconnaissance de sa carrière unique en tant que journaliste, professeur et homme politique, dans la défense et la promotion des valeurs de la Communauté des pays de langue portugaise et pour sa forte contribution à la promotion et à la diffusion de la langue portugaise.

L'annonce a été faite à l'issue de la XIIIe Conférence des chefs d'État et de gouvernement de la CPLP.

Dans de brèves déclarations, après avoir reçu le prix, Marcelo Rebelo de Sousa a souligné la figure de José Aparecido de Sousa, dans l'agrandissement et la projection de l'organisation dans le monde, ainsi qu'il a salué le travail développé par Caritas du Mozambique, comme une forme de justifier sa décision.

Cette année, parmi les nominés pour le prix figuraient, outre le président portugais, les anciens secrétaires exécutifs de la CPLP Maria do Carmo Silveira (mandat 2016-2018), Murade Murargy (2012-2016), le poète José Luís Tavares, l'Université de Coimbra - Alma Mater Portuguesa, les professeurs de littérature portugaise et brésilienne, Roberto Vecchi, de littérature hispano-américaine, Jorge Schwartz, la Société allemande des pays africains de langue portugaise et l'expert en proverbes André Almeida Panzo.

Créé en 2011 et organisé tous les deux ans, le prix prévoit l'attribution d'un diplôme de mérite et de valeur monétaire et vise à honorer des personnalités et des institutions qui se distinguent dans la défense, la valorisation et la promotion de la communauté lusophone.

José Aparecido de Oliveira était un homme politique et ancien ministre de la Culture au Brésil, considéré comme l'un des principaux défenseurs de la création de la CPLP.

Le premier lauréat, en 2012, était l'ancien chef d'État brésilien, Lula da Silva, suivi de l'ancien président du Timor-Oriental, Xanana Gusmão (2013), du Centre épiscopal timorais (2014), l'ancien président portugais Jorge Sampaio (2015), l'ancien haut représentant de l'Union africaine en Europe, Carlos Lopes (2016), le diplomate Lauro Moreira (2016) et le secrétaire général de l'ONU, António Guterres (2018).

 La XIII Conférence des chefs d'État et de gouvernement s'est tenue à Luanda sous le slogan « Construire et renforcer un avenir commun et durable », l'Angola assumant la présidence de l'organisation pour les deux prochaines années (2021-2023).

Fondée le 17 juillet 1996 à Lisbonne (Portugal), la CPLP est composée de neuf États, notamment l'Angola, le Brésil, le Mozambique, le Cap Vert, São Tomé et Príncipe, la Guinée équatoriale, le Timor oriental, la Guinée Bissau et le Portugal, pays qui héberge le siège de l'organisation.