Appel au renforcement de la mobilisation pour l'inscription électorale non officielle

  • Ministre de l'Administration du Territoire, Marcy Lopes
Luanda - Le ministre de l'Administration du territoire, Marcy Lopes, a appelé ce mardi, à Luanda, les partis politiques et les membres de la société civile à intensifier la mobilisation des citoyens pour l'inscription électorale officieuse, qui débute jeudi dans le pays.

Marcy Lopes, qui s'est exprimée lors d'une rencontre avec des journalistes, des faiseurs d'opinion et des internautes, a exhorté les partis politiques à éviter le discours de fraude, justifiant que des actes de ce genre nuisent au processus, éloignant les citoyens des listes électorales et des urnes.

« Lors des élections de 2017, par exemple, le taux d'abstention aurait atteint 30 % en raison de ces pratiques », a-t-il souligné.

Le ministre a assuré la transparence de l'inscription électorale officieuse, indiquant que le bulletin de vote était "très difficile à falsifier", car il comporte huit éléments de sécurité, alors qu'un chèque bancaire n'en a que cinq, écartant la possibilité d'une fraude électorale généralisée.

Il a rappelé que, pour effectuer la mise à jour des données électorales, les électeurs de doivent présenter leur carte d'identité aux Guichets uniques de service public et à l'étranger dans les missions diplomatiques et consulaires.

« Nous garantissons l'engagement de l'Exécutif à renforcer le programme de massification de la carte d'identité dans le pays et dans la diaspora, le nombre de postes passera de 12 à 18 », a-t-il évoqué.

En Angola, l'inscription électorale officieuse des majeurs devrait commencer le 23 du mois en cours et s'étendre jusqu'en mars 2022, tandis qu’à l’étranger, l'inscription sur les listes électorales est prévue pour janvier 2022.

Marcy Lopes, qui s'est exprimée lors d'une rencontre avec des journalistes, des faiseurs d'opinion et des internautes, a exhorté les partis politiques à éviter le discours de fraude, justifiant que des actes de ce genre nuisent au processus, éloignant les citoyens des listes électorales et des urnes.

« Lors des élections de 2017, par exemple, le taux d'abstention aurait atteint 30 % en raison de ces pratiques », a-t-il souligné.

Le ministre a assuré la transparence de l'inscription électorale officieuse, indiquant que le bulletin de vote était "très difficile à falsifier", car il comporte huit éléments de sécurité, alors qu'un chèque bancaire n'en a que cinq, écartant la possibilité d'une fraude électorale généralisée.

Il a rappelé que, pour effectuer la mise à jour des données électorales, les électeurs de doivent présenter leur carte d'identité aux Guichets uniques de service public et à l'étranger dans les missions diplomatiques et consulaires.

« Nous garantissons l'engagement de l'Exécutif à renforcer le programme de massification de la carte d'identité dans le pays et dans la diaspora, le nombre de postes passera de 12 à 18 », a-t-il évoqué.

En Angola, l'inscription électorale officieuse des majeurs devrait commencer le 23 du mois en cours et s'étendre jusqu'en mars 2022, tandis qu’à l’étranger, l'inscription sur les listes électorales est prévue pour janvier 2022.