L'ancien PDG de TCUL extradé du Portugal vers l'Angola

  • Le Palais de justice
Luanda – L'ancien président du Conseil d'administration de l’entreprise des transports urbains de Luanda (TCUL), Abel António Cosme, extradé du Portugal vers l'Angola, est arrivé à Luanda ce mardi, a appris l'ANGOP.

Abel Cosme, qui était un fugitif recherché devant la justice, fait partie des personnes impliquées dans "l'affaire CNC", accusée de malversation en tant que gérant d'Unicargas.

Le principal accusé dans ce procès était l'ancien ministre des Transports, Augusto da Silva Tomás, condamné à 14 ans de prison pour le délit de détournement de fonds, blanchiment d'argent, association de malfaiteurs, entre autres crimes.

Dans le même processus, l'ancien directeur général du CNC, Manuel António Paulo, a été condamné à 10 ans de prison, et les anciens directeurs adjoints Isabel Bragança et Rui Manuel Moita, à 12 ans et 10 ans, respectivement.

L'employé Eurico Pereira da Silva a été condamné à deux ans de prison, avec sursis.

En raison de l'appel déposé, la plénière de la Cour suprême a décidé, en décembre 2019, de réduire les peines des accusés, celle d'Augusto Tomás étant réduite de 14 à huit ans.

Abel Cosme, qui était un fugitif recherché devant la justice, fait partie des personnes impliquées dans "l'affaire CNC", accusée de malversation en tant que gérant d'Unicargas.

Le principal accusé dans ce procès était l'ancien ministre des Transports, Augusto da Silva Tomás, condamné à 14 ans de prison pour le délit de détournement de fonds, blanchiment d'argent, association de malfaiteurs, entre autres crimes.

Dans le même processus, l'ancien directeur général du CNC, Manuel António Paulo, a été condamné à 10 ans de prison, et les anciens directeurs adjoints Isabel Bragança et Rui Manuel Moita, à 12 ans et 10 ans, respectivement.

L'employé Eurico Pereira da Silva a été condamné à deux ans de prison, avec sursis.

En raison de l'appel déposé, la plénière de la Cour suprême a décidé, en décembre 2019, de réduire les peines des accusés, celle d'Augusto Tomás étant réduite de 14 à huit ans.