Le ministre de l'Intérieur appelle le personnel à éviter les excès

  • Ministro do Interior, Eugênio Laborinho
Luanda - Le ministre de l'Intérieur, Eugénio Laborinho, a appelé mercredi, à Luanda, les agents de la Police nationale à tout faire pour éviter certains excès, des erreurs professionnelles commises dans le maintien de l'ordre public dans tout le pays.

S'exprimant à l'ouverture du conseil consultatif du ministère de l'intérieur, le ministre a déclaré qu'entre l'ordre supportable et le désordre insupportable, comme nous l'avons vu lors des deux dernières manifestations, il faut agir avec équilibre, proportionnalité et toujours basé sur la Constitution et à la loi en vigueur en Angola.

«Il est tout à fait vrai que les protestations ou manifestations ont une portée constitutionnelle, mais plus encore, elles doivent obéir à la loi elle-même et être réalisées pacifiquement, ce qui ne s'est pas produit ces derniers jours. Car, même si les promoteurs parlaient de manifestation pacifique, leur discours sur les réseaux sociaux et les médias conventionnels révèle une attitude différente à ce sujet », a-t-il déclaré.

Le ministre Eugénio Laborinho a également souligné que l'exécutif angolais, dirigé par Son Excellence le Président de la République, João Lourenço, a mis en œuvre un ensemble de réformes économiques et financières, en vue de corriger une série de failles que présente notre système économique, pendant des décennies, afin d’assurer aux citoyens de meilleures conditions de vie, entraînant une stabilité sociale.

 «Comme dans tout pays du monde confronté à une crise comme la nôtre, les réformes économiques et financières en cours ont rendu la vie des citoyens plus difficile, en plus des limites imposées par Covid-19. Cependant, certains secteurs de notre société ont mal compris l’inflation inhérente aux réformes en cours.

Il a ajouté que les mesures de prévention et de contrôle de la pandémie de Covid-19 avaient été adoptées par tous les citoyens et services. Au niveau du ministère de l'Intérieur, il a souligné le fait que les prisons dans le pays n'ont pas enregistré, jusqu'à présent, de nombreux cas positifs, ce qui démontre, en fait, que les services pénitentiaires ont adopté les mesures les plus correctes concernant la prévention du Covid-19.

Par ailleurs, il a admis que les incendies, les vols, les accidents de la route, les violations sexuelles, les escroqueries, les meurtres et tant d'autres maux sociaux continuaient de se produire, ce qui justifie d'emblée le travail permanent et acharné de l'institution.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé que, dans le domaine de la sécurité publique, au cours des trois derniers trimestres, un total de 1315 (+63) armes à feu de différents calibres avaient été saisies.

Ce département ministériel a enregistré 7413 (-819) délits frontaliers,3567 (+366) délits économiques, avec 2774 (+236) détentions.

7365 (+1 038) crimes ont été élucidés, ainsi que 33 398 (-20 556) citoyens de nationalités différentes ont été expulsés pour immigration illégale.

En ce qui concerne les services pénitentiaires, 24 794 (+992) personnes sont détenues, dont 2 476 (+351) dépassaient la détention préventive.

Dans le domaine de la protection civile, 3 988 (+40)  cas ont été enregistrés, causant 882 (-123) morts et 752 (-210) blessés.

Quant au Conseil élargi, auquel les délégués provinciaux participent par vidéoconférence, à cause des limites imposées par le Covid-19, les participants abordent des questions sur les procédures des Forces et services du ministère de l’Intérieur, la proposition de modification du Statut organique, les statuts de rémunération des organes, le projet de loi sur la fonction de police, le projet de loi sur le régime juridique des armes et munitions, utilisation des armes à feu et autres moyens coercitifs.

La réunion se termine ce jeudi.

S'exprimant à l'ouverture du conseil consultatif du ministère de l'intérieur, le ministre a déclaré qu'entre l'ordre supportable et le désordre insupportable, comme nous l'avons vu lors des deux dernières manifestations, il faut agir avec équilibre, proportionnalité et toujours basé sur la Constitution et à la loi en vigueur en Angola.

«Il est tout à fait vrai que les protestations ou manifestations ont une portée constitutionnelle, mais plus encore, elles doivent obéir à la loi elle-même et être réalisées pacifiquement, ce qui ne s'est pas produit ces derniers jours. Car, même si les promoteurs parlaient de manifestation pacifique, leur discours sur les réseaux sociaux et les médias conventionnels révèle une attitude différente à ce sujet », a-t-il déclaré.

Le ministre Eugénio Laborinho a également souligné que l'exécutif angolais, dirigé par Son Excellence le Président de la République, João Lourenço, a mis en œuvre un ensemble de réformes économiques et financières, en vue de corriger une série de failles que présente notre système économique, pendant des décennies, afin d’assurer aux citoyens de meilleures conditions de vie, entraînant une stabilité sociale.

 «Comme dans tout pays du monde confronté à une crise comme la nôtre, les réformes économiques et financières en cours ont rendu la vie des citoyens plus difficile, en plus des limites imposées par Covid-19. Cependant, certains secteurs de notre société ont mal compris l’inflation inhérente aux réformes en cours.

Il a ajouté que les mesures de prévention et de contrôle de la pandémie de Covid-19 avaient été adoptées par tous les citoyens et services. Au niveau du ministère de l'Intérieur, il a souligné le fait que les prisons dans le pays n'ont pas enregistré, jusqu'à présent, de nombreux cas positifs, ce qui démontre, en fait, que les services pénitentiaires ont adopté les mesures les plus correctes concernant la prévention du Covid-19.

Par ailleurs, il a admis que les incendies, les vols, les accidents de la route, les violations sexuelles, les escroqueries, les meurtres et tant d'autres maux sociaux continuaient de se produire, ce qui justifie d'emblée le travail permanent et acharné de l'institution.

Le ministre de l’Intérieur a annoncé que, dans le domaine de la sécurité publique, au cours des trois derniers trimestres, un total de 1315 (+63) armes à feu de différents calibres avaient été saisies.

Ce département ministériel a enregistré 7413 (-819) délits frontaliers,3567 (+366) délits économiques, avec 2774 (+236) détentions.

7365 (+1 038) crimes ont été élucidés, ainsi que 33 398 (-20 556) citoyens de nationalités différentes ont été expulsés pour immigration illégale.

En ce qui concerne les services pénitentiaires, 24 794 (+992) personnes sont détenues, dont 2 476 (+351) dépassaient la détention préventive.

Dans le domaine de la protection civile, 3 988 (+40)  cas ont été enregistrés, causant 882 (-123) morts et 752 (-210) blessés.

Quant au Conseil élargi, auquel les délégués provinciaux participent par vidéoconférence, à cause des limites imposées par le Covid-19, les participants abordent des questions sur les procédures des Forces et services du ministère de l’Intérieur, la proposition de modification du Statut organique, les statuts de rémunération des organes, le projet de loi sur la fonction de police, le projet de loi sur le régime juridique des armes et munitions, utilisation des armes à feu et autres moyens coercitifs.

La réunion se termine ce jeudi.