Le ministre réitère la nécessité d'honorer la mémoire des héros de Baixa de Cassanje

  • João Ernesto dos Santos,  Ministro da Defesa e Veteranos da Pátria, no Namibe durante as Celebrações do 4 de Janeiro
Mozambique - Le ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants de la patrie, João Ernesto dos Santos, a déclaré lundi dans la ville de Moçâmedes que la meilleure façon d'honorer la mémoire de ceux qui ont fait de leur mieux et ont perdu la vie dans la lutte pour l'indépendance nationale c'était transmettre l'héritage d'un patriotisme authentique à la jeunesse.

S'exprimant lors de la cérémonie centrale de la Journée des martyrs de la répression coloniale (4 janvier), le ministre a souligné qu'il était impératif que les Angolais connaissent profondément l'histoire des martyrs de la répression coloniale, en particulier les jeunes, la force motrice de la société.

Selon lui, l'effort et le sacrifice des paysans de Baixa de Cassanje ont projeté le nom de l'Angola et de son peuple à travers l'Afrique et le monde.

Il a ajouté que le 4 janvier (1961) déclenché un esprit de lutte pour la conquête des droits dans le monde du travail, contre l'humiliation, les asymétries économiques et toutes les injustices, pour la liberté.

Selon lui, les Angolais doivent continuer à défendre les intérêts supérieurs de la Nation, en consolidant l'unité nationale et la réconciliation, car la cohésion est fondamentale pour qu'un pays soit en progrès et en développement permanents.

Pour le ministre, l'action courageuse et héroïque des paysans assassinés dans la région de Baixa de Cassanje a eu un impact transcendant, car à partir de cette date un nouvel espoir renaît pour le peuple angolais, réveillant les populations et permettant de réaffirmer la conviction qu'il était possible de renverser le colonialisme portugais.

À la suite de ces événements et d'autres événements survenus à travers le continent et dans le monde, l'action héroïque des Angolais est devenue une référence dans le long processus de lutte des peuples pour leur autodétermination, situation qui aggraverait la répression coloniale, dans une tentative de briser les aspirations à l'indépendance de l'Angola.

En l'honneur des compatriotes assassinés par l'armée portugaise de l'époque, dans la région de Baixa de Cassanje, province de Malange, le «4 de Janeiro» a été institué comme la Journée des martyrs de la répression coloniale.

L'exploitation des paysans et l'oppression, associées à la fin de la Seconde Guerre mondiale et à l'indépendance des pays africains, particulièrement l'ancien Congo belge, actuellement la République démocratique du Congo (RDC), qui partage une frontière de 2511 kilomètres avec l'Angola, a conduit à l'émergence d'un large et fort mouvement de revendications, mené par les paysans des centres agricoles de Baixa de Cassanje.

Baixa de Cassanje est une immense dépression de 80 000 kilomètres et répartie entre Malanje, le Lunda Norte etLunda Su. Elle comprend les villages de Sunginge, Zungue, Kassange, Wholodia Coxi, Santa Comba, Mulundo, entre autres.

S'exprimant lors de la cérémonie centrale de la Journée des martyrs de la répression coloniale (4 janvier), le ministre a souligné qu'il était impératif que les Angolais connaissent profondément l'histoire des martyrs de la répression coloniale, en particulier les jeunes, la force motrice de la société.

Selon lui, l'effort et le sacrifice des paysans de Baixa de Cassanje ont projeté le nom de l'Angola et de son peuple à travers l'Afrique et le monde.

Il a ajouté que le 4 janvier (1961) déclenché un esprit de lutte pour la conquête des droits dans le monde du travail, contre l'humiliation, les asymétries économiques et toutes les injustices, pour la liberté.

Selon lui, les Angolais doivent continuer à défendre les intérêts supérieurs de la Nation, en consolidant l'unité nationale et la réconciliation, car la cohésion est fondamentale pour qu'un pays soit en progrès et en développement permanents.

Pour le ministre, l'action courageuse et héroïque des paysans assassinés dans la région de Baixa de Cassanje a eu un impact transcendant, car à partir de cette date un nouvel espoir renaît pour le peuple angolais, réveillant les populations et permettant de réaffirmer la conviction qu'il était possible de renverser le colonialisme portugais.

À la suite de ces événements et d'autres événements survenus à travers le continent et dans le monde, l'action héroïque des Angolais est devenue une référence dans le long processus de lutte des peuples pour leur autodétermination, situation qui aggraverait la répression coloniale, dans une tentative de briser les aspirations à l'indépendance de l'Angola.

En l'honneur des compatriotes assassinés par l'armée portugaise de l'époque, dans la région de Baixa de Cassanje, province de Malange, le «4 de Janeiro» a été institué comme la Journée des martyrs de la répression coloniale.

L'exploitation des paysans et l'oppression, associées à la fin de la Seconde Guerre mondiale et à l'indépendance des pays africains, particulièrement l'ancien Congo belge, actuellement la République démocratique du Congo (RDC), qui partage une frontière de 2511 kilomètres avec l'Angola, a conduit à l'émergence d'un large et fort mouvement de revendications, mené par les paysans des centres agricoles de Baixa de Cassanje.

Baixa de Cassanje est une immense dépression de 80 000 kilomètres et répartie entre Malanje, le Lunda Norte etLunda Su. Elle comprend les villages de Sunginge, Zungue, Kassange, Wholodia Coxi, Santa Comba, Mulundo, entre autres.