La division politico-administrative ne compromet pas les élections de 2022

  • Ministro e Chefe da Casa Civil do Presidente da República, Adão de Almeida, trabalha no Cuando Cubango
Dundo – Le ministre d'État et chef de la Maison civile du président de la République, Adão de Almeida, a déclaré ce jeudi, dans la ville de Dundo (Lunda Norte), que la division politico-administrative de cinq provinces angolaises n’empêcherait pas la tenue des élections générales prévues pour 2022.

En intervenant lors de la consultation sur le projet de division politico-administrative du pays dans les provinces de Malanje, Cuando Cubango, Moxico, Lunda Norte et Uíge, Adão de Almeida a déclaré qu'il n'y avait aucun lien entre les deux événements et que le calendrier électoral, qui est constitutionnellement fixé, devrait être respecté, conformément aux normes de la Constitution de la République.

Il a précisé que la division politico-administrative visait à rapprocher les services publics des citoyens, créant des conditions pour que le pays se développe, avec moins d'inégalités et d'asymétries, entre ses différentes régions.

Selon Adão de Almeida, la restructuration politico-administrative envisagée vise à améliorer la gestion du territoire et ne portera pas atteinte à la sauvegarde, à la défense et à la préservation de l'unité nationale.

Il convient de rappeler que le Président de la République, João Lourenço, a créé, en juillet dernier, la Commission multisectorielle pour changer la division politico-administrative du pays, couvrant les provinces de Cuando Cubango, Lunda Norte, Malanje, Moxico et Uíge, visant un plus grand rapprochement entre les entités administratives et les citoyens, ainsi qu'une gestion plus juste du territoire national.

Ce mardi, l'Exécutif a ouvert le processus de consultation publique sur le changement de la division politico-administrative du pays, qui se déroulera jusqu'au 16 septembre.

En intervenant lors de la consultation sur le projet de division politico-administrative du pays dans les provinces de Malanje, Cuando Cubango, Moxico, Lunda Norte et Uíge, Adão de Almeida a déclaré qu'il n'y avait aucun lien entre les deux événements et que le calendrier électoral, qui est constitutionnellement fixé, devrait être respecté, conformément aux normes de la Constitution de la République.

Il a précisé que la division politico-administrative visait à rapprocher les services publics des citoyens, créant des conditions pour que le pays se développe, avec moins d'inégalités et d'asymétries, entre ses différentes régions.

Selon Adão de Almeida, la restructuration politico-administrative envisagée vise à améliorer la gestion du territoire et ne portera pas atteinte à la sauvegarde, à la défense et à la préservation de l'unité nationale.

Il convient de rappeler que le Président de la République, João Lourenço, a créé, en juillet dernier, la Commission multisectorielle pour changer la division politico-administrative du pays, couvrant les provinces de Cuando Cubango, Lunda Norte, Malanje, Moxico et Uíge, visant un plus grand rapprochement entre les entités administratives et les citoyens, ainsi qu'une gestion plus juste du territoire national.

Ce mardi, l'Exécutif a ouvert le processus de consultation publique sur le changement de la division politico-administrative du pays, qui se déroulera jusqu'au 16 septembre.