La visite en Turquie vise à relancer la coopération – João Lourenço

  • Le Président de la République, João Lourenço et son homologue turc, Recep Erdogan
Luanda – Le Président de la République d’Angola, João Lourenço, a souligné ce mardi, à Ankara, la nécessité d'augmenter le niveau de coopération entre l'Angola et la Turquie.

« C'est une intention mutuelle de rattraper le temps perdu et de faire de cette visite d'Etat l'occasion de relancer la coopération », a déclaré l'homme d'Etat angolais.

Selon le Président João Lourenço, qui s'exprimait après la cérémonie de signature de 10 accords de coopération, les deux pays ouvrent une nouvelle ère dans les relations bilatérales, tenant compte du développement économique.

Ligne de crédit

Les autorités angolaises et turques négocieront une ligne de financement pour les investissements public-privés et publics.

Selon le chef de l'État angolais, l'investissement privé turc est le bienvenu dans tous les domaines et secteurs de l'économie dans lesquels les investisseurs estiment qu'il existe une viabilité économique, soit dans la modalité d'investissement privé utilisant leurs propres ressources, soit dans des partenariats public-privés, ou dans l'exécution des contrats d'infrastructures.

Il a ajouté que cette ligne de crédit avait été demandée aux autorités turques et, en général, a été immédiatement acceptée, et maintenant il reste à activer les mécanismes avec l'Eximbank en Turquie.

A ce propos, il a remercié le Président Recep Tayyip Erdogan pour son pragmatisme et sa rapidité à répondre à la demande des autorités angolaises.

Visite d'Etat en Angola

Le chef de l'Etat angolais a annoncé qu'il avait invité son homologue turc pour une visite officielle en Angola, immédiatement acceptée et prévue pour le mois d'octobre de cette année.

À son tour, le chef de l'État turc, Recep Tayyip Erdogan, a remercié la visite et s'est dit satisfait du succès de la visite, qui, à son avis, a été marquée par la signature des instruments juridiques.

Les républiques d'Angola et de Turquie ont noué des relations bilatérales en 1980, renforcées aujourd'hui par la signature de 10 accords de coopération.

Il s'agit d'accords liés aux domaines du commerce, de l'économie, des ressources minérales, des transports et diplomatiques.

« C'est une intention mutuelle de rattraper le temps perdu et de faire de cette visite d'Etat l'occasion de relancer la coopération », a déclaré l'homme d'Etat angolais.

Selon le Président João Lourenço, qui s'exprimait après la cérémonie de signature de 10 accords de coopération, les deux pays ouvrent une nouvelle ère dans les relations bilatérales, tenant compte du développement économique.

Ligne de crédit

Les autorités angolaises et turques négocieront une ligne de financement pour les investissements public-privés et publics.

Selon le chef de l'État angolais, l'investissement privé turc est le bienvenu dans tous les domaines et secteurs de l'économie dans lesquels les investisseurs estiment qu'il existe une viabilité économique, soit dans la modalité d'investissement privé utilisant leurs propres ressources, soit dans des partenariats public-privés, ou dans l'exécution des contrats d'infrastructures.

Il a ajouté que cette ligne de crédit avait été demandée aux autorités turques et, en général, a été immédiatement acceptée, et maintenant il reste à activer les mécanismes avec l'Eximbank en Turquie.

A ce propos, il a remercié le Président Recep Tayyip Erdogan pour son pragmatisme et sa rapidité à répondre à la demande des autorités angolaises.

Visite d'Etat en Angola

Le chef de l'Etat angolais a annoncé qu'il avait invité son homologue turc pour une visite officielle en Angola, immédiatement acceptée et prévue pour le mois d'octobre de cette année.

À son tour, le chef de l'État turc, Recep Tayyip Erdogan, a remercié la visite et s'est dit satisfait du succès de la visite, qui, à son avis, a été marquée par la signature des instruments juridiques.

Les républiques d'Angola et de Turquie ont noué des relations bilatérales en 1980, renforcées aujourd'hui par la signature de 10 accords de coopération.

Il s'agit d'accords liés aux domaines du commerce, de l'économie, des ressources minérales, des transports et diplomatiques.