Le Président angolais encourage les efforts pour la paix en RCA

  • Le Président angolais, João Lourenço, lors du mini-sommet de la CIRGL
Luanda - Le Chef de l'Etat angolais, João Lourenço, a encouragé ce jeudi, à Luanda, son homologue centrafricain, Faustin Touadera, à continuer de prendre en charge le processus de paix dans son pays, en faveur de la réconciliation entre les différentes forces internes.

S'exprimant lors de l'ouverture du mini-sommet des chefs d'État de la Conférence internationale sur la région des Grande Lacs (CIRGL), João Lourenço a souligné la nécessité de respecter la feuille de route commune pour la paix en République centrafricaine (RCA), comme le principal instrument de paix dans ce pays.

Le Président en exercice de la CIRGL a déclaré que la RCA ne devait pas manquer cette occasion de parvenir à la paix, afin de capitaliser les efforts des différents intérêts nationaux et du contingent des Nations Unies.

Dans son intervention, João Lourenço a également jugé essentiel de profiter des avancées réalisées dans le domaine des négociations avec les forces politiques internes de l'opposition, la société civile et les leaders des groupes rebelles.

Sur la levée de l'embargo sur les armes imposé à la RCA, il a souligné que la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, de juillet de cette année, indiquait déjà un relatif assouplissement de l'embargo.

Le Président João Lourenço a souligné qu'avec la tenue du mini-sommet de ce jeudi, la région se dirige vers la conclusion d'un cycle d'étapes qui pourrait bientôt aboutir à une solution durable en RCA.

En sa qualité de Président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grande Lacs, João Lourenço a réitéré le soutien inconditionnel de la CIRGL à la paix et à la stabilité en RCA.

Ce mini-sommet de Luanda, a-t-il ajouté, joignant sa voix à celle de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de l'Union africaine et des Nations Unies, pour la libération immédiate et inconditionnelle du Président déchu de la Guinée, Alpha Condé.

Le mini-sommet des chefs d'État de la CIRGL, le troisième du genre qu'accueille Luanda, débat la situation sécuritaire en République centrafricaine.

La RCA est plongée dans une situation d'insécurité croissante depuis le coup d'État perpétré par le groupe « Seleka » en 2013, qui a entraîné la chute de François Bozizė, ancien président centrafricain.

La CIRGL a été créée dans le but de résoudre les problèmes de paix et de sécurité après les conflits politiques qui ont ravagé la région en 1994.

Les membres de la CIRGL sont l'Angola, le Burundi, le Congo, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud, la République-Unie de Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie.

S'exprimant lors de l'ouverture du mini-sommet des chefs d'État de la Conférence internationale sur la région des Grande Lacs (CIRGL), João Lourenço a souligné la nécessité de respecter la feuille de route commune pour la paix en République centrafricaine (RCA), comme le principal instrument de paix dans ce pays.

Le Président en exercice de la CIRGL a déclaré que la RCA ne devait pas manquer cette occasion de parvenir à la paix, afin de capitaliser les efforts des différents intérêts nationaux et du contingent des Nations Unies.

Dans son intervention, João Lourenço a également jugé essentiel de profiter des avancées réalisées dans le domaine des négociations avec les forces politiques internes de l'opposition, la société civile et les leaders des groupes rebelles.

Sur la levée de l'embargo sur les armes imposé à la RCA, il a souligné que la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, de juillet de cette année, indiquait déjà un relatif assouplissement de l'embargo.

Le Président João Lourenço a souligné qu'avec la tenue du mini-sommet de ce jeudi, la région se dirige vers la conclusion d'un cycle d'étapes qui pourrait bientôt aboutir à une solution durable en RCA.

En sa qualité de Président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grande Lacs, João Lourenço a réitéré le soutien inconditionnel de la CIRGL à la paix et à la stabilité en RCA.

Ce mini-sommet de Luanda, a-t-il ajouté, joignant sa voix à celle de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de l'Union africaine et des Nations Unies, pour la libération immédiate et inconditionnelle du Président déchu de la Guinée, Alpha Condé.

Le mini-sommet des chefs d'État de la CIRGL, le troisième du genre qu'accueille Luanda, débat la situation sécuritaire en République centrafricaine.

La RCA est plongée dans une situation d'insécurité croissante depuis le coup d'État perpétré par le groupe « Seleka » en 2013, qui a entraîné la chute de François Bozizė, ancien président centrafricain.

La CIRGL a été créée dans le but de résoudre les problèmes de paix et de sécurité après les conflits politiques qui ont ravagé la région en 1994.

Les membres de la CIRGL sont l'Angola, le Burundi, le Congo, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud, la République-Unie de Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie.