Le Président Sassou N'Guesso plaide pour la paix en RCA

  • Le Président congolais, Denis Sassou-Nguesso
Luanda - Le Président du Congo, Denis Sassou N'Guesso, a défendu ce jeudi, à Luanda, l'engagement continu des dirigeants de la région centre de l'Afrique, pour le règlement pacifique de la crise politique en République centrafricaine (RCA).

S'exprimant lors du mini-sommet des chefs d'État de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL), le dirigeant congolais a souligné l'importance de soutenir le peuple centrafricain, en vue d'un avenir apaisé.

Denis Sassou N'Guesso est également président en exercice de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC).

À son tour, le chef de l'État de la RCA, Faustin Touaderá, a reconnu le soutien apporté par les homologues de la CIRGL et a appelé à l'unité pour lutter contre l'instabilité politique et militaire en Afrique.

Selon lui, le climat d'instabilité que connaît depuis de nombreuses années la population centrafricaine a fragilisé l'économie et le tissu social du pays.

La RCA est plongée dans une situation d'insécurité croissante depuis le coup d'État perpétré par le groupe « Seleka » en 2013, qui a conduit à la chute de François Bozizė, ancien président centrafricain.

Depuis de nombreuses années, la paix et la sécurité en RCA sont un sujet de préoccupation pour d'autres pays d'Afrique centrale, a déclaré à son tour le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki, qui a estimé qu'il était essentiel de passer des paroles aux actes.

"Le temps des mots est déjà révoqué en RCA (...) il nous faut des actes concrets de solidarité africaine", a-t-il déclaré.

Le diplomate tchadien au service de l'Union africaine a appelé à la fin des hostilités et à la recherche de solutions pacifiques, par le dialogue, entre les parties impliquées dans le conflit en RCA.

Le mini-sommet des chefs d'État de cette région, qui se termine ce jeudi, a été convoqué par le Président en exercice de la CIRGL, João Lourenço, pour discuter des questions sur la situation sécuritaire en République centrafricaine.

Les membres de l'organisation sont l'Angola, le Burundi, le Congo, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud, la République Unie de Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie.

S'exprimant lors du mini-sommet des chefs d'État de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL), le dirigeant congolais a souligné l'importance de soutenir le peuple centrafricain, en vue d'un avenir apaisé.

Denis Sassou N'Guesso est également président en exercice de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC).

À son tour, le chef de l'État de la RCA, Faustin Touaderá, a reconnu le soutien apporté par les homologues de la CIRGL et a appelé à l'unité pour lutter contre l'instabilité politique et militaire en Afrique.

Selon lui, le climat d'instabilité que connaît depuis de nombreuses années la population centrafricaine a fragilisé l'économie et le tissu social du pays.

La RCA est plongée dans une situation d'insécurité croissante depuis le coup d'État perpétré par le groupe « Seleka » en 2013, qui a conduit à la chute de François Bozizė, ancien président centrafricain.

Depuis de nombreuses années, la paix et la sécurité en RCA sont un sujet de préoccupation pour d'autres pays d'Afrique centrale, a déclaré à son tour le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki, qui a estimé qu'il était essentiel de passer des paroles aux actes.

"Le temps des mots est déjà révoqué en RCA (...) il nous faut des actes concrets de solidarité africaine", a-t-il déclaré.

Le diplomate tchadien au service de l'Union africaine a appelé à la fin des hostilités et à la recherche de solutions pacifiques, par le dialogue, entre les parties impliquées dans le conflit en RCA.

Le mini-sommet des chefs d'État de cette région, qui se termine ce jeudi, a été convoqué par le Président en exercice de la CIRGL, João Lourenço, pour discuter des questions sur la situation sécuritaire en République centrafricaine.

Les membres de l'organisation sont l'Angola, le Burundi, le Congo, la République démocratique du Congo, la République centrafricaine, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud, la République Unie de Tanzanie, l'Ouganda et la Zambie.